Revenir à la rubrique : Faits divers | Politique

Trois ans d’inéligibilité requis contre le vice-président du Département de Mayotte Salime Mdéré

Pour avoir déclaré en direct sur une chaîne de télévision publique mahoraise « Il faut peut-être en tuer », en parlant de délinquants affrontant la police lors de l'opération Wuambushu, le vice-président du Département Salime Mdéré comparaissait ce jeudi après-midi devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis de La Réunion. La procureure adjointe, Lucile Régin, a requis trois mois de prison avec sursis simple, 5.000 euros d’amende et trois ans d’inéligibilité. Le délibéré sera rendu le 7 mars.

Ecrit par Thierry Lauret – le jeudi 01 février 2024 à 19H56

« Après l’interview, des Mahorais m’ont dit : Vous avez dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas ». Si Salime Mdéré s’est excusé à plusieurs reprises pour ses propos tenus le 24 avril dernier sur le plateau du JT de Mayotte la 1ère, il l’a parfois fait de manière pour le moins maladroite.

Le vice-président du conseil départemental de Mayotte comparaissait ce jeudi après-midi devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis pour incitation à la haine raciale, à la violence ou à la discrimination, et pour incitation à commettre un crime non suivie d’effet. Et ce pour avoir déclaré, en commentant des images de l’opération d’expulsion d’étrangers Wuambushu : « Ces délinquants, ces voyous, ces terroristes, à un moment il faut peut-être en tuer, je pèse mes mots. »

Ce soir-là, malgré l’intervention de la journaliste qui condamne ses propos, Salime Mdéré persiste et signe en français puis en shimaoré, comme l’ont souligné tour à tour les avocats des plaignants représentant les parties civiles, la Ligue des Droits de l’Homme d’une part, le MRAP et SOS Racisme d’autre part.

Après avoir relevé que les faits avaient été rapportés par le préfet de Mayotte au procureur de la République de l’île Hippocampe, la procureure adjointe Lucile Régin a insisté sur le fait que le prévenu, habitué à répondre aux médias, ne pouvait pas se prévaloir, comme il a tenté de le faire lors de l’audience, d’une mauvaise gestion du stress généré par la pression du direct, pour expliquer ce qu’il qualifie lui-même de « dérapage ».

« On n’est pas sur des expressions de la langue française qui peuvent recevoir plusieurs interprétations », fait valoir la procureure adjointe Lucile Régin, estimant qu’il y avait « une forme de revendication » des propos tenus quand Salime Mdéré se targue d’avoir dit tout haut ce que beaucoup penseraient tout bas.

Interrogé par Me Emmanuel Daoud, avocat de la LDH, sur ce que désignait le terme Mahorais à ses yeux, Salime Mdéré a assuré qu’il englobait toutes les personnes qui vivaient à Mayotte, y compris les étrangers, s’ils manifestaient la volonté de s’insérer. « Vous avez pourtant soutenu publiquement à de multiples reprises l’opération Wuambushu », lui fait remarquer Me Emmanuel Daoud.

Salime Mdéré souligne son investissement dans l’insertion des jeunes en difficulté, notamment par le biais du football, pour montrer qu’il n’est pas le personnage odieux que laisseraient transparaître des paroles maladroites.

« C’est grâce à moi qu’on est allé en coupe de France contre Bordeaux », se félicite-t-il, en expliquant avoir intercédé auprès de la préfecture de Mayotte pour faire voyager des joueurs sans titre de séjour. Son avocat, Me Yanis Souhaïli, bâtonnier de Mayotte, brandit « l’exaspération » des Mahorais pour justifier le « dérapage », décrivant longuement « une île où rien ne va », considérée comme « la bâtarde » de la République par l’État qui l’a abandonnée. « La population en a marre de se faire caillasser tous les jours et personne n’est épargné. Il y a même des magistrats qui se font attaquer. La population de Mayotte est emprisonnée chez elle », dépeint Me Yanis Souhaïli, en assurant « qu’au moins 70 % de la délinquance à Mayotte, ce sont des étrangers ».

Après avoir souligné la gravité des faits lors de ses échanges avec le prévenu, la procureure adjointe Lucile Régin a requis trois mois de prison avec sursis simple, 5.000 euros d’amende et trois ans d’inéligibilité. Si Me Yanis Souhaïli a plaidé la relaxe, il a surtout insisté sur la peine d’inéligibilité, qui viserait selon lui à réduire un élu du peuple au silence. Le délibéré sera rendu le 7 mars.

Thèmes : Mayotte
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
23 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Batman
24 jours il y a

Est ce péché de dire que je suis de son avis?

Pierrot974
Répondre à  Batman
24 jours il y a

Nouvelle version du fameux « vivre ensemb » réunionnais ?

Batman
24 jours il y a

Sinon il aurait pu proposer que l’on ramène à Mayotte tout les mahorais du monde!!! Les comoriens chez eux mais les mahorais aussi chez eux!!!!!

Olivier
Répondre à  Batman
24 jours il y a

Là kréol sa pèt champagne si komor/maoré rent’ zot kaz, wa pi zot figuir la mok !

BOINA
Répondre à  Batman
24 jours il y a

Ok mais pour être cohérent les réunionnais aussi, non ?

Marie
24 jours il y a

cette procureure devrait aller « vivre » à Mayotte elle comprendrait mieux l’exaspération au lieu de faire l’effarouchée

BIBI JACKO
Répondre à  Marie
24 jours il y a

Kan ou lé élue fo eleve le débat. Ici ban mahorais i dit fo pas stigmatiser zot communauté mais par contre a zot ek comoriens zot na le droit

marc
24 jours il y a

Et l’autre qui a dit sur une chaîne national « qu’il faut les dégommer …en parlant des élus de la France insoumise !!!!! Il va en prendre combien ??

Yoda
24 jours il y a

On condamné plus sévèrement
une personne qui donne son avis q1 délinquant qui a déjà 1 casier com CV

Bouboule
24 jours il y a

Eh vous croyez qu on est pas exasperer. Nous?

Ouais...
24 jours il y a

« tout haut ce que tout le monde pense tout bas ». Pèse couillon, et n’a rien que ou y passe tribunal… N’a rien que ou la reste su la colle.

terminator
24 jours il y a

100% raison soutien a vous MR!

PEC-PEC
24 jours il y a

Pourtant en face ils ne le disent pas mais le font ! Et cela en toute impunité …

Hugo
24 jours il y a

Netanyahou ne parle pas.lui, il agit.
Pourtant pas d éligibilité pour lui…

Damn
24 jours il y a

Augmentation des billets d’avion Mayotte reunion.. Double même triplé. Avec un certificat médical + certificat séjour. Si ou lé pas content prend bâteau.. Pirogue… Et que dieu te protège lors de ta traverse.. Île la réunion finie arrive comme passoire troué de nos jours….

Mi di Mi pense
24 jours il y a

Ce mec reconnu coupable en 1ère instance pourra recopier 100 fois ci-sous :

“ Les hommes politiques on devrait les faire soufflés dans le ballon pour savoir s’ils ont droit de conduire la France au désastre “
Coluche
Artiste, Comique (1944 – 1986)

Coco sec
Répondre à  Mi di Mi pense
24 jours il y a

Gran-mounn la di trop bon trop couillon.
Allons continuer parce que lo pli dire la penkor arrivé

Marie A.
24 jours il y a

Bonjour, pourquoi le dossier a été délocalisé à la Réunion ?

Pascale
Répondre à  Marie A.
23 jours il y a

Il n’y a pas de cour d’appel à Mayotte… l’appel se fait à la Réunion c’est pour ça!
Mais franchement vu le taux de corruption péi, ils devraient vite réclamer une cour d’appel juste pour eux…

Marie A.
Répondre à  Pascale
21 jours il y a

L’article évoque le  » tribunal correctionnel  » et non la chambre de l’appel correctionnel, donc soit j’ai tort mais l’article est incomplet, soit j’ai raison mais ça n’explique toujours pas pourquoi l’affaire est jugée à la Réunion.

Pascale
23 jours il y a

Lucile Régin? une nouvelle venue? je ne la connais pas encore celle la… 🙂

Jacques
Répondre à  Pascale
23 jours il y a

Je ne comprends pas, elle ne vous a pas encore invitée chez elle.

Mayotte Comores
23 jours il y a

A Mayotte, les mahorais disent que 70% des violences sont commises par les étrangers c à dire les comoriens. Mais à la Réunion ce ne sont surtout les mahorais qui sont des délinquants.
Pourquoi se déraciner si ce n’est pss pour s’élever dans sa vie?
Trop de jeunes mahorais dans la drogue l’alcool et la délinquance violente. Et ils donnent le mauvais exemple à leurs petits frères. La Réunion va tenir jusqu’à quand?

Dans la même rubrique

Risque de pénurie de lait maternel à La Réunion : Frédéric Maillot interpelle le ministère

Un risque de pénurie de lait maternel pèse sur les services de néonatologie de La Réunion. Alors que l’île compte plus de prématurés que l’Hexagone, Frédéric Maillot estime « inconcevable » qu’il n’y ait pas de lactarium sur notre île, d’autant plus que la démographie est en progression. Le député interpelle Frédéric Valletoux, ministre délégué chargé de la santé, dans le courrier ci-dessous.