Revenir à la rubrique : Politique

St-André: L’opposition demande l’annulation de l’élection de Joé Bédier et de ses adjoints

"Celui qui va gérer les destinées de la commune pendant six ans commence très mal son mandat municipal". Candidat malheureux face à Joé Bédier à Saint-André lors des dernières municipales, Jean-Marie Virapoullé n'en a pas fini avec le nouvel édile saint-andréen. Soutenu par l'opposition, l'ex-troisième adjoint demande l'annulation de cette élection en raison notamment du "non-respect" des conditions de vote au scrutin secret lors de l'élection du maire le 4 juillet dernier.

Ecrit par – le lundi 13 juillet 2020 à 11H13

J’ai demandé l’annulation de l’élection du maire et de ses adjoints en date  du 4 juillet 2020 au préfet qui assure le contrôle de légalité et dans un recours auprès du tribunal administratif. En effet, lors de cette séance la majorité municipale n’a pas respecté les conditions de  vote au scrutin secret pour l’élection du maire. L’ensemble des élus présents ont dû prendre le seul bulletin sur la table, celui de M. Joé Bédier et le  mettre dans l’enveloppe devant la secrétaire Mme Primilla Cevamy, les deux  assesseurs Mme Sabrina Dijoux, M. Laurent Ramassamy et le président de séance M. Péquin.

Pour preuve, nous avons comme pièce à conviction le direct de la séance du conseil municipal diffusée sur la page Facebook de la ville. Un constat d’un huissier de justice qui a visionné ce live, confirme nos propos et apporte la preuve incontestable de cette violation manifeste de la loi. L’élection des adjoints est quant à elle entachée de deux graves irrégularités : comme pour celle du maire, le principe du vote au scrutin secret n’a pas été respecté. D’autre part, les règles de la parité ont été violées. En effet, la loi stipule  que concernant les adjoints «La liste est composée alternativement d’un candidat de chaque sexe» . Hors dans le cas d’espèce le nouveau conseil municipal compte treize adjoint(e)s au maire qui ne respectent cette règle de l’alternance. Ainsi la sixième adjointe est Mme Alexa Soupou et la septième adjointe ( donc de même sexe ) se nomme Mme Stéphanie Poïny-Toplan . De même la règle de l’alternance n’est pas respectée pour la neuvième et la dixième adjointes qui sont respectivement Mme Catherine Anne Payet et Mme Jimmye Coupou.

Le premier acte officiel de Joé Bédier et de sa majorité municipale qui est un moment solennel  celui de l’élection du maire et de ses adjoints est manifestement contraire à la loi. Celui qui va gérer les destinées de la commune pendant six ans commence très mal son mandat municipal. Il se comporte en petit dictateur en occultant délibérément le principe démocratique fondamental,  celui du scrutin secret qui garantit la liberté du vote et de choix de chacun. Cette violation manifeste du droit de vote ne cache- t-elle pas l’existence de dissensions naissantes  au sein de cette majorité concernant l’élection des adjoints ?

Dès l’annonce du résultat des élections municipales, j’ai félicité Joé Bédier élu démocratiquement et j’ai rappelé que notre groupe sera présent tout au long de cette mandature et exercera une opposition constructive et vigilante. L’opposition sera  particulièrement vigilante quant au respect de la loi sur les différentes délibérations qui seront votées au conseil municipal. Nous porterons donc la voix de la résistance lorsque cela sera utile et notamment pour défendre la liberté de chacun.

Pour le groupe de l’opposition de Saint-André
Jean-Marie Virapoullé

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

NRL : Audrey Bélim salue la prise en compte de l’inflation par l’AFIT France

Interrogé par Audrey Bélim, Franck Leroy, nouveau président de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport (AFIT France),a assuré à la sénatrice que l’organisme prendrait en compte l’inflation dans son soutien financier au projet, jusqu’en 2028. « C’est un point fondamental qui n’était pas acquis », rappelle la parlementaire.

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.