Revenir à la rubrique : Faits divers

Soupçons de malversations : L’autorisation de la Croix Marine de La Réunion suspendue par le préfet

Face au signalement de la Direction de l'économie, de l'emploi, du travail et des solidarités (DEETS) et aux faits dénoncés par la présidente démissionnaire, le préfet a décidé de suspendre l'autorisation de l'association qui a en charge des majeurs placés sous tutelle ou curatelle par la justice.

Ecrit par N.P. – le mardi 28 mai 2024 à 11H37
Image Pixabay

La liste des griefs reprochés est importante mais surtout susceptible de relever de poursuites devant la justice. L’association La Croix Marine de La Réunion, déjà dans la tourmente en 2014, renoue avec des pratiques répréhensibles.

La présidente démissionnaire de l’association a sonné l’alerte en février dernier, dénonçant des faits de vol au préjudice de personnes âgées mais aussi d’escroquerie en bande organisée. Une enquête de la DEETS a également débouché sur un signalement auprès du Parquet de Saint-Denis. S’en est suivi rapidement la démission des membres du conseil d’administration.

Dans ce contexte qui ne “garantit pas une prise en charge et un accompagnement individualisé de qualité“ des majeurs protégés dans l’association a la charge, le préfet a décidé de suspendre l’autorisation de la Croix Marine de la Réunion pour une durée de 6 mois du service délégué à la protection des majeurs et du service aux prestations familiales de l’association La Croix Marine.

Dans son arrêté pris ce lundi 27 mai, le représentant de l’État pointe des “dysfonctionnements majeurs et des faits susceptibles de revêtir la qualification pénale d’escroquerie, abus de confiance, de détournement de fonds au préjudice de majeurs protégés”. Ces irrégularités ont ainsi été rendues “possibles par les insuffisances dans l’organisation administrative et comptable et les difficultés en raison de l’absence gouvernance”, indique-t-il.

Aux tensions entre la direction et la gouvernance relevées par ailleurs par le Journal de l’île en février et mai dernier, il faut ajouter une opacité sur les comptes d’une association qui gère les prestations des majeurs protégés et qui bénéficie aussi d’importantes subventions pour fonctionner.

Une absence actuelle de gouvernance qui “ne permet pas de travailler sur les procédures de prévention et d’alerte” et tandis que directeur travaille “sans surveillance” est également pointée par les services de la préfecture.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
11 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le jeune chauffard ayant foncé sur des policiers interdit de séjour pendant cinq ans

Amir F., 28 ans, a comparu devant le tribunal correctionnel ce vendredi pour avoir volontairement foncé sur des policiers à Saint-Denis, sous l’emprise de l’alcool. Lors de l’audience, il a exprimé des excuses et affirmé ne pas se souvenir des événements. Le tribunal a prononcé une peine de trois ans de prison dont un avec sursis probatoire, une incarcération immédiate ainsi qu’une interdiction de séjour de cinq ans.

Korbey d’or : K.O debout pour Sergio Toinette condamné 4 ans de prison avec mandat de dépôt

Le 12 avril dernier, l’ancien dirigeant de Korbey d’Or était jugé pour abus de biens sociaux, corruption et blanchiment. Six de ses proches étaient également poursuivis dans cette affaire d’infractions économiques et financières dont le montant des détournements et des tours de passe-passe entre la société de services à la personne et ses satellites fait tourner la tête. Petit exemple d’un florilège, les 457.000 euros d’espèces qui se sont volatilisées pour se retrouver sur le compte des dirigeants via une porteuse d’enveloppes. Ce vendredi, le tribunal correctionnel a condamné Sergio Toinette à 4 ans de prison avec mandat de dépôt.