Revenir à la rubrique : Santé

Sensibilisation au cancer à Saint-Paul: Prévenir pour mieux guérir

Une matinée de sensibilisation au cancer était organisée ce jeudi matin à la gare routière de Saint-Paul. L'occasion de rappeler l'importance de la prévention.

Ecrit par zinfos974 – le vendredi 05 février 2021 à 09H59

Si le Covid-19 occupe une large place dans les esprits, les autres pathologies ne doivent pas pour autant être oubliées. En cette journée mondiale de lutte contre le cancer, une matinée d’information était organisée ce jeudi matin à la gare routière de Saint-Paul pour rappeler l’importance de la prévention.
 
« L’idée est que les Saint-Paulois prennent mieux en compte leur santé. Chaque personne qui vient sera mieux informée et mieux soignée », se félicite Laetitia Lebreton, élue déléguée à la politique de prévention. La municipalité, labellisée Ville Santé OMS, mettra en place « une action une fois par mois calquée sur les journées nationales », précise-t-elle. La prochaine sera réalisée à Plateau-Caillou, sur le thème de l’endométriose, avant des journées consacrées au diabète, à Mafate, au mois de mars. 

Ne pas faire l’autruche

Sous son stand ce jeudi, la Ligue cancer 974 invite à s’informer sur tous les types de cancers et à réaliser des dépistages. « Notre but c’est d’alerter les gens, s’ils voient quelque chose d’anormal, il faut qu’ils cherchent plus loin, ça ne sert à rien de faire l’autruche », indique Brigitte Lagardère-Eymery, vice-présidente de la ligue. 
 
Pour le cancer du sein, l’autopalpation apparaît comme un moyen efficace de prévention, avant même les mammographies prévues à partir de 50 ans. Sur le stand de l’association Asetis, un buste de femme permet d’ailleurs de montrer les bons gestes. « L’idée est d’aller palper soi-même sa poitrine, une fois par mois, après les règles, quand le sein est bien détendu », explique Flore, infirmière coordinatrice des programmes d’éducation thérapeutique au sein de l’association.

Parmi les signes qui peuvent alerter : l’aspect de la peau qui se modifie, des rougeurs, une sensation de chaleur, un écoulement, ou des boules dans le sein. « A la moindre anomalie, il faut en parler avec son médecin, son gynécologue ou sa sage-femme », insiste Flore. Il est d’ailleurs recommandé de faire effectuer une palpation une fois par an par un professionnel de santé. 

Indices UV extrêmes

Egalement sur place ce jeudi, l’association « Mission Soleil Réunion ». « On est sur des indices UV extrêmes à La Réunion et encore plus en été », explique Emilie, assistante de direction, rappelant les dangers pour la peau mais aussi pour les yeux. « Il est important de voir un dermatologue et un ophtalmologue tous les ans, dès le plus jeune âge ».  

 

Chaque année, un centaine de nouveaux cas de mélanomes sont décelés. « Ils ont été multipliés par cinq à la Réunion ces dix dernières années, » note-t-elle. En outre,« les carcinomes épidermoïdes et basocellulaires sont en quantité astronomique sur l’île avec parfois des délabrements complets du visage », précise Camille Scalbert, dermatologue au CHOR. À cela s’ajoutent les risques pour les yeux, notamment de cataracte ou de ptérygion.

Pour se protéger, les recommandations sont les suivantes : « éviter le soleil entre 10 et 14H, porter une casquette ou un chapeau à bord large, des lunettes de soleil, des habits couvrants, au moins pour les épaules et le dos, et mettre de la crème solaires sur les parties découvertes ». 

9 cancers sur 10 guéris s’ils sont pris à temps

En France, les cancers du sein, du col de l’utérus et du colon entrent dans le cadre d’un dépistage organisé. « Chaque année, on envoie environ 400.000 courriers aux Réunionnaises et aux Réunionnais », explique Julie Casterman, du CRCDC Réunion (Centre Régional de Coordination des Dépistages des Cancers). « Moins de la moitié d’entre eux passent à l’acte ». La matinée de sensibilisation permet ainsi de rappeler que « si on prend à temps le cancer, 9 sur 10 guérissent ».

« Dépister permet de diagnostiquer précocement certains cancers et d’éviter ainsi des traitements lourds. Dans certains cas, le dépistage peut même permettre de détecter des lésions précancéreuses et de les traiter avant qu’elles ne se transforment en cancer », rappelle le CRCDC. À noter que 333 cancers du sein ont été détectés sur notre île en 2018/2019, 59 cancers du col de l’utérus en 2013, 121 cancers du colon en 2018/2019.

 

​Alors que la santé passe aussi par l’alimentation, l’activité physique et le mode de vie dans son ensemble, sur les réseaux sociaux, le #largpalokor a été lancé pour inciter les internautes à partager leurs gestes santé et inviter leur communauté à faire de même.

120 décès prématurés évitables par an

« Je trouve que ce genre de journée c’est très bien. On a besoin de renseignements, de conseils. On ne sait pas toujours quoi faire », réagit Marie-France, venue faire le tour des stands. Pour elle, ce genre d’action devrait être reconduit le plus souvent possibles. « Ça nous aide à réfléchir, des fois on mange trop de viande, le repas n’est pas très équilibré, on a besoin d’être guidé »

Le cancer est la première cause de mortalité prématurée dans l’île avec 400 décès prématurés par an et 120 décès prématurés évitables par an. Selon l’étude « Les Cancers à La Réunion », menée en 2019 par l’Observatoire régional de la Santé, on dénombre en moyenne 1 123 décès par an pour cause de tumeurs entre 2013 et 2015 à La Réunion, dont 674 hommes et 449 femmes.

« Les chiffres sont là mais pourtant la crise sanitaire actuelle entraîne la diminution du nombre de consultations par peur de contracter le virus de la Covid-19 », note la municipalité. Pourtant, « le risque de décéder d’un cancer diminue grâce aux progrès thérapeutiques et à la précocité du diagnostic », est-il rappelé. Autant de raisons de jouer un rôle actif dans sa santé, afin de prévenir pour mieux guérir.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.

Aurar : La plainte de la CGSS classée sans suite

Alors que le parquet a décidé de classer l’affaire et a notifié la CGSS en 2022, l’association n’a été informée de cette décision qu’en juin dernier. Une très bonne nouvelle pour l’Aurar, qui espère que la fin des investigations permette de renouer avec la confiance des patients.

Le vaccin contre le chikungunya Ixchiq autorisé sur le marché européen

La société pharmaceutique franco-autrichienne Valneva a obtenu l’autorisation de vendre sur les territoire de l’Union européenne son vaccin contre le chikungunya dénommé Ixchiq. Cette maladie transmise par le moustique tigre avait causé de nombreux morts dans l’île à son apparition en 2005.