Revenir à la rubrique : Faits divers

Saint-Pierre : « Papa a étranglé maman »

Du haut de ses 9 ans, un Saint-Pierrois a trouvé le courage de dénoncer les violences de son père commises sur sa mère. Ce mercredi, le géniteur a été condamné à 18 mois de prison dont 8 assortis d'un sursis probatoire, par le tribunal correctionnel.

Ecrit par – le mercredi 28 juillet 2021 à 17H22

Réveillé par des hurlements au beau milieu de la nuit, un garçonnet de 9 ans s’empresse d’aller vers la chambre de sa mère, le 23 juillet dernier. Il découvre avec effroi son père à califourchon sur sa maman, lui assénant des coups de poing au visage.
 
« Va dormir. Je vais tuer ta maman », lui confie son géniteur.
 
Craignant pour la vie de sa mère, l’enfant demande courageusement de l’aide à sa voisine. Un geste salvateur qui met un terme au déchaînement de violence du Saint-Pierrois.
 
Appelés sur les lieux, les secours prennent en charge la victime. Au total, 8 jours d’ITT lui seront délivrés.
 
L’agresseur, lui, a déjà pris la poudre d’escampette. Il refera surface quelques jours plus tard, dans le Nord de l’île.
 
L’air détaché, les mains dans les poches, le prévenu a reconnu les faits en les minimisant, ce mercredi, devant le tribunal correctionnel de Saint-Pierre.
 
« Elle était en train de texter. Elle n’a pas voulu me montrer son téléphone. Quand on aime quelqu’un, on montre son téléphone« , affirme-t-il. Et de poursuivre : « C’est elle qui a commencé. C’est une folle. Mais, c’est vrai, je lui ai mis 3 coups de poing« .
 
« Votre fils a assisté à la scène. Il a confié aux enquêteurs : ‘Papa était soûl. Papa a étranglé maman. Papa est méchant’« , fait lecture la présidente d’audience.
 
« Il prend les intérêts de sa mère. C’est normal ! », fustige le géniteur.
 
Condamné par le passé pour avoir violenté sa même compagne, le trentenaire avait écopé d’un mois de prison avec sursis.
 
Après avoir fustigé le comportement « déplorable » du mis en cause, l’avocat de la partie civile a justifié l’absence de sa cliente lors du procès par « la crainte d’être tuée« . « Elle envisage de quitter La Réunion pour vivre en métropole« , indique la robe noire.
 
À l’heure des réquisitions, le ministère public a déploré « l’absence totale de réflexion » du prévenu. « Il n’a pas saisi la gravité des faits qui lui sont reprochés« , souligne-t-elle avant de requérir 18 mois de prison dont 8 assortis d’un sursis probatoire pendant 2 ans.
 
La défense, elle, a mis en exergue « l’influence de la mère sur l’enfant« . « Il aurait pu être imprégné par les émotions de sa mère. Il faut donc prendre son témoignage avec précaution« , plaide l’avocate.
 
Après réflexion, le tribunal a décidé de suivre les réquisitions du parquet. En sus, le prévenu a  l’interdiction d’entrer en contact avec sa victime. Par ailleurs, il a l’obligation de suivre un stage de sensibilisation aux violences conjugales et des soins.
 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Tentative de meurtre au carré cathédrale : Avant son jugement en appel, le suspect souhaite retrouver la liberté

Un acquittement pour tentative de meurtre « incompréhensible » selon le parquet général qui a fait appel de la décision de la cour d’assises prononcée en septembre dernier. Julien G. est poursuivi pour avoir planté une lame dans la carotide d’un touriste suite à une discussion animée sur fond d’alcool avec des touristes en décembre 2020 au centre-ville de Saint-Denis. Il souhaite attendre son nouveau procès en liberté.

Tentative de féminicide : L’auteur des coups de feu est décédé

Un drame s’est produit ce mercredi à Sainte-Marie aux alentours de 14 heures. Un quadragénaire a tiré sur sa compagne avec un fusil avant de retourner l’arme contre lui. La victime, âgée de 48 ans, a été transportée au CHU de Saint-Denis en état d’urgence absolue.  L’homme, gravement touché, est mort.

Maltraitance animale : Un individu interpellé et placé en garde à vue

Mercredi 28 février 2024, un individu défavorablement connu des services de police pour des faits de maltraitance envers les animaux a été interpellé. Il avait été filmé, en décembre dernier, alors qu’il frappait sa chienne avec un bâton sur son balcon. Placé en garde à vue, l’auteur devra répondre de ses actes devant le tribunal judiciaire, indique la Police Nationale de La Réunion sur sa page Facebook.

Ste-Suzanne : Les gendarmes mettent fin à une série de cambriolages

Le 26 février 2024, les enquêteurs de la Brigade Territoriale Autonome (BTA) de Sainte-Suzanne ont élucidé 4 cambriolages dont 3 concernant des écoles élémentaires. Les militaires de la compagnie de Saint-Benoit ont interpellé deux individus dont l’auteur principal a reconnu les faits.

Ste-Marie : Une femme gravement blessée par son compagnon

Un homme a tiré sur sa compagne à Sainte-Marie ce mercredi. L’individu s’est par la suite infligé une blessure. Les deux ont été transportés dans un état grave au Centre hospitalier universitaire de Félix Guyon à Bellepierre.