Revenir à la rubrique : Faits divers

Saint-Pierre : « Papa a étranglé maman »

Du haut de ses 9 ans, un Saint-Pierrois a trouvé le courage de dénoncer les violences de son père commises sur sa mère. Ce mercredi, le géniteur a été condamné à 18 mois de prison dont 8 assortis d'un sursis probatoire, par le tribunal correctionnel.

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 28 juillet 2021 à 17H22

Réveillé par des hurlements au beau milieu de la nuit, un garçonnet de 9 ans s’empresse d’aller vers la chambre de sa mère, le 23 juillet dernier. Il découvre avec effroi son père à califourchon sur sa maman, lui assénant des coups de poing au visage.
 
« Va dormir. Je vais tuer ta maman », lui confie son géniteur.
 
Craignant pour la vie de sa mère, l’enfant demande courageusement de l’aide à sa voisine. Un geste salvateur qui met un terme au déchaînement de violence du Saint-Pierrois.
 
Appelés sur les lieux, les secours prennent en charge la victime. Au total, 8 jours d’ITT lui seront délivrés.
 
L’agresseur, lui, a déjà pris la poudre d’escampette. Il refera surface quelques jours plus tard, dans le Nord de l’île.
 
L’air détaché, les mains dans les poches, le prévenu a reconnu les faits en les minimisant, ce mercredi, devant le tribunal correctionnel de Saint-Pierre.
 
« Elle était en train de texter. Elle n’a pas voulu me montrer son téléphone. Quand on aime quelqu’un, on montre son téléphone« , affirme-t-il. Et de poursuivre : « C’est elle qui a commencé. C’est une folle. Mais, c’est vrai, je lui ai mis 3 coups de poing« .
 
« Votre fils a assisté à la scène. Il a confié aux enquêteurs : ‘Papa était soûl. Papa a étranglé maman. Papa est méchant’« , fait lecture la présidente d’audience.
 
« Il prend les intérêts de sa mère. C’est normal ! », fustige le géniteur.
 
Condamné par le passé pour avoir violenté sa même compagne, le trentenaire avait écopé d’un mois de prison avec sursis.
 
Après avoir fustigé le comportement « déplorable » du mis en cause, l’avocat de la partie civile a justifié l’absence de sa cliente lors du procès par « la crainte d’être tuée« . « Elle envisage de quitter La Réunion pour vivre en métropole« , indique la robe noire.
 
À l’heure des réquisitions, le ministère public a déploré « l’absence totale de réflexion » du prévenu. « Il n’a pas saisi la gravité des faits qui lui sont reprochés« , souligne-t-elle avant de requérir 18 mois de prison dont 8 assortis d’un sursis probatoire pendant 2 ans.
 
La défense, elle, a mis en exergue « l’influence de la mère sur l’enfant« . « Il aurait pu être imprégné par les émotions de sa mère. Il faut donc prendre son témoignage avec précaution« , plaide l’avocate.
 
Après réflexion, le tribunal a décidé de suivre les réquisitions du parquet. En sus, le prévenu a  l’interdiction d’entrer en contact avec sa victime. Par ailleurs, il a l’obligation de suivre un stage de sensibilisation aux violences conjugales et des soins.
 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Domenjod : Un agent pénitentiaire frappé par un détenu

Un agent a été frappé par un détenu ce lundi matin au centre pénitentiaire de Domenjod. L’UFAP UNSA Justice tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme concernant les difficiles conditions de travail du personnel, liées au manque de personnel et à la surpopulation carcérale.

Acquitté de la tentative d’assassinat d’une camarade de lycée, Djayan de nouveau jugé aux assises

Le 4 novembre 2022, la cour d’assises acquittait le jeune homme de 23 ans des faits criminels pour lesquels il était poursuivi. 20 ans de réclusion criminelle avaient été requis à son encontre. Le parquet général a fait appel. Ce lundi et jusqu’à mercredi, Djayan Soubaya Camatchy est rejugé pour avoir tenté d’assassiner une camarade de sa classe de Terminale dans un hangar désaffecté de Sainte-Marie en 2019.

Ermitage : Un homme meurt noyé

La plage de l’Ermitage a été le théâtre d’un drame ce dimanche après-midi. Un homme s’est retrouvé en difficulté alors qu’il se trouvait dans l’eau. Ramené sur la plage par les sauveteurs, il se trouvait en arrêt cardio-respiratoire. Malgré l’intervention des secours, la victime n’a pas pu être réanimée.