Revenir à la rubrique : Société

Saint-Leu : Un conseil municipal toujours hanté par l’ardoise de l’époque Robert

La situation économique de Saint-Leu ne cesse de s’améliorer, clame Bruno Domen, pourtant le conseil municipal de ce jeudi soir a été une occasion de plus de rappeler les conséquences de l’état des finances de la ville à l’arrivée de la majorité en 2017. Que ce soit sur les orientations budgétaires pour 2024 ou les conséquences de l’arrêté préfectoral de carence sur la construction de logements sociaux, le grand méchant est tout trouvé : Thierry Robert.

Ecrit par M.B – le samedi 02 mars 2024 à 10H54

Bruno Domen veut rassurer, oui la commune en a fini avec sa mauvaise santé financière. Ainsi, le maire de Saint-Leu peut déjà annoncer à ses administrés que la commune n’augmentera pas les impôts locaux. Avec une épargne nette en hausse et un désendettement marqué depuis 2022, la ville peut s’octroyer quelques marges. “Pour dire les choses clairement, il y avait beaucoup d’ardoise quand nous sommes arrivés en 2017, souligne le maire, on avait 450.000 euros auprès des fournisseurs par exemple”. Si la situation s’est améliorée, Saint-Leu reste “handicapé par le poids du passé, de nouveaux retards ont été pris en termes de développement des équipements publics. Mais pour la première fois, la ville est capable de proposer un PPI (programme pluriannuel d’investissement), et donc de se projeter à court terme, à moyen, mais aussi à long terme”, poursuit le maire. Cent millions d’euros de travaux sont prévus dans la décennie, dont 20% consacrés à l’éducation.

Toutefois, le récent arrêté préfectoral de carence pris le 26 décembre dernier a permis à la majorité municipale d’enfoncer le clou sur la gestion de la commune avant son arrivée. Le préfet a durement sanctionné la commune pour ne pas avoir respecté la loi sur les logements sociaux. “La ville de Saint-Leu n’a pas respecté la loi SRU depuis près de 15 ans, donc même sous l’ère T.R., s’agace Rahfick Badat, et pourquoi on a été sanctionnés là et pas les années d’avant ? Tout simplement, car l’Etat a jugé que la ville ‘n’avait pas sur la dernière période triennale tous les moyens en sa possession pour favoriser la construction de logements sociaux. Est-ce la faute de notre mandature ?”. L’adjoint à l’urbanisme pointe une hausse des coûts de construction, mais aussi une “campagne EPFR dans les années 2010, qui étaient non adaptées. À toutes ces causes déjà citées, vient s’ajouter le contexte interne de la mairie. Héritage désastreux d’une gestion non raisonnée de l’ancien temps. La santé financière de la commune n’a plus contribué à la poursuite de la campagne de construction de logements sociaux. N’oublions la méfiance des partenaires locaux, avec une dette évaluée à 12 millions d’euros. On devait à EPFR 2 millions, qu’on devait à la SIDR 7,1, à la SHLMR 2,2 millions et 1,7 million à SIDELEC. L’État a voulu faire de nous une sanction exemplaire en balayant tous nos arguments. Seront-ils capables de faire mieux ”, enfonce l’adjoint.

Une subvention pour le Séchoir, mais aussi un audit financier

La ville poursuit son soutien à l’association du Séchoir, avec une avance de 19.000 euros sur ces subventions de l’année. Pourtant, la mauvaise santé financière de la structure en 2019 avait forcé la mairie à lui versé des subsides en urgence afin de maintenir le Leu Tempo Festival. Au vu des moyens accordés chaque année par les partenaires de l’association, “il était nécessaire de réaliser cet audit financier pour le Séchoir. Mais cette année, nous allons demander un soutien plus important au Département pour le festival”, précise Bruno Domen. Avec 90.000 euros débloqués rien que pour cette manifestation, la ville veut développer ses partenariats pour se dégager des marges afin d’investir dans les infrastructures.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Emmanuelle Wargon : “La Réunion peut progresser sur le photovoltaïque”

Pour son troisième jour de visite, Emmanuelle Wargon, la présidente de la commission de régulation de l’énergie, s’est rendue dans la nouvelle centrale photovoltaïque de la rivière des Galets au Port. L’ancienne secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire du gouvernement d’Edouard Philippe a salué les progrès de l’île pour la transition énergétique.

Météo : L’Est en vigilance fortes pluies/orages

Météo-France annonce aux habitants de la zone Est de l’île de prendre leurs précautions devant une dégradation des conditions météorologiques à partir du début de l’après-midi. La vigilance devrait être maintenue jusqu’à 20h ce vendredi.

Davy Sicard réinvente le séga traditionnel avec « Kafé Griyé »

Figure emblématique de la scène musicale réunionnaise, Davy Sicard amorce un tournant majeur dans sa carrière avec son dernier projet artistique : « Kafé Griyé ». Cette tournée, qui débutera à Bras-Panon le week-end prochain, renoue avec les séga traditionnels lontan et marque une évolution significative dans le parcours de l’artiste, témoignant de sa volonté constante d’innover et de surprendre son public.