Revenir à la rubrique : Faits divers

Saint-Leu : Il va porter plainte contre sa victime après avoir tenté de l’égorger

Un trentenaire a été jugé en comparution immédiate par le tribunal de Saint-Pierre pour avoir poignardé un autre homme qui a miraculeusement survécu. Le prévenu n'avait pas hésité à se rendre à la gendarmerie pour porter plainte alors que sa victime était encore hospitalisée. Il a été condamné à 16 mois de prison, dont 8 avec sursis.

Ecrit par G.D. – le mercredi 28 février 2024 à 06H15

Dans la nuit de samedi à dimanche, Julien*, 33 ans, rentre chez lui vers 3h du matin après une nuit de beuverie. À l’extérieur de son immeuble, il voit un groupe de jeunes, parmi lesquels se trouve Evan*, 21 ans, avec qui les relations sont tendues depuis plusieurs mois. En un échange de regards, la bagarre éclate entre les deux hommes.

Julien se dirige vers son appartement et Evan le suit. Alors que le premier ouvre la porte, le second force pour rentrer dans l’appartement. Le trentenaire se saisit alors d’un couperet et frappe son rival au cou, au bras et sur le corps. Réalisant qu’il saigne, Evan s’enfuit, mais prend un nouveau coup dans le dos. Julien le poursuit dans la résidence.

Les voisins appellent les gendarmes qui interviennent. Julien s’est enfui, tandis qu’Evan est transporté à l’hôpital. Le lendemain matin, Julien se présente à la gendarmerie pour porter plainte contre Evan. Il est directement placé en garde à vue. À sa sortie de l’hôpital, Evan sera également placé en garde à vue avant d’être relâché rapidement.

« On a évité le pire »

Face aux juges, Julien assure qu’il n’a fait que se défendre et que c’est Evan qui l’a poussé à commettre ce geste. « J’ai vu qu’il était bizarre, ses yeux sortaient. Il a menacé de me tuer avec ma femme et mes enfants », assure-t-il. Des explications qui auraient pu convaincre si son casier judiciaire ne comportait pas trois condamnations avec arme, dont une déjà pour des coups de couteau. De son côté, la victime est inconnue de la Justice.

« On a évité le pire, mais il tente d’expliquer que c’est lui la victime », argue Me Farid Isse qui représente la victime. Un avis partagé par le procureur qui rappelle que « si l’entaille avait touché la carotide, c’était fini. Quand on va chercher un couteau de boucher, on ne joue pas la carte de la légitime défense, car c’est totalement disproportionné », souligne le parquetier avant de requérir une peine de deux ans de prison ferme.

Malgré cela, Me Ali Ben Ahmed va maintenir sa ligne de défense autour de la légitime défense de son client. « Ces jeunes font vivre un enfer aux habitants. Il ne savait pas qu’il était seul, il pensait qu’ils étaient plusieurs. En plus, il suffit de voir les gabarits pour comprendre que mon client se serait fait fracasser », ajoute-t-il.

Finalement, il est condamné à 16 mois de prison, dont huit assortis d’un sursis probatoire de deux ans.

*Prénoms d’emprunt

Thèmes : Saint-Leu
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Mort de Dimitri Saugrin : Retournement de situation lors du procès en appel des accusés

Deux cousins sont rejugés pour la mort de Dimitri Saugrin survenue en mai 2019. L’homme avait été abattu devant chez ses parents dans la Cité Cotur au Port. Florent Pomeng avait été condamné à 30 ans de prison alors que John Fruteau de Laclos avait été acquitté des faits d’assassinat. Les accusés ont cette fois-ci été tous les deux reconnus coupables.

Fraude aux municipales à l’Etang-Salé : « Cette manipulation électorale a atteint son objectif »

Le volet pénal des élections municipales de 2020 à l’Etang-Salé s’est à nouveau joué devant la justice ce jeudi. Lors du premier procès à St-Pierre, les cinq personnes poursuivies avaient été relaxées. Le ministère public a requis des peines amende à l’encontre de trois d’entre eux, ceux qui avaient des responsabilités administratives et électorales le jour des faits. La décision de la cour d’appel est tombée ce jeudi 11 avril, les prévenus sont, comme en première instance, relaxés.

Bordeaux : Un mort et un blessé grave après une attaque au couteau

Ce mercredi soir, un assaillant a mortellement blessé un homme de 37 ans sur les quais de la Garonne. Après s’en être pris à un autre passant, l’homme a été neutralisé par des policiers. La piste terroriste semble pour l’instant écartée par les enquêteurs, qui s’orientent plutôt vers une rixe sur fond d’alcool.