Revenir à la rubrique : Communiqué | Société

Risques et nuisances à La Réunion : Une exposition comparable quel que soit le niveau de vie

Une étude le l'Insee réalisée dans le cadre d’un partenariat entre l’Insee et la Deal indique que "les populations pauvres ne résident pas davantage que les populations plus aisées dans des zones d’exposition aux risques et nuisances". Les premiers sont concernés à hauteur de 7 %, les seconds à hauteur 5 %.

Ecrit par N.P. – le mardi 10 octobre 2023 à 12H03

Le communiqué de l’Insee :

Les bruits routiers gênent 16 % des Réunionnaises et Réunionnais, notamment dans les Bas de l’île, à une altitude de moins de 150 mètres. L’eau potable est fréquemment de mauvaise qualité pour 5 % de la population et jusqu’à la moitié lors des épisodes de fortes pluies. Les risques d’inondation concernent 11 % des habitants. Les mouvements de terrain menacent 7 % de la population, surtout dans les Hauts de l’île. Les habitants sont plus fréquemment exposés simultanément à plusieurs de ces risques ou nuisances dans la partie est de l’île. Les populations pauvres ne résident pas davantage que les populations plus aisées dans les zones d’exposition à ces risques et nuisances.

Cette étude a été réalisée dans le cadre d’un partenariat entre l’Insee et la Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Deal) de La Réunion.

Pour en savoir plus
• Robin M., Coudrin C., « À La Réunion, une même exposition aux risques et nuisances, quel que soit le niveau de
vie », Insee Analyses La Réunion n° 84, octobre 2023.
• Deal, Données environnementales mises à disposition sur Carmen sous forme de cartes.

S’abonner
Notification pour
12 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jean René
4 mois il y a

Nuisances que l’on pourrait réduire si les forces de l’ordre se donnaient la peine : les motos et voitures bruyantes. Pots d’échappements qui hurlent et pétaradent.
Sans compter les enfumeurs qui boucanent par plaisir…
Les flics sur la route c’est contrôle de vitesse, alcoolémie et stupéfiants. Pour afficher leurs scores toutes les semaines.

Palmieri
Répondre à  Jean René
4 mois il y a

Au Port c est la spécialité bruits de moto et voiture sans pot d échappement et musique pour tout le quartier tous les weekend on en a marre

polo974
4 mois il y a

7% de pauvres contre 5% de pas pauvres, ça fait juste une sur-représentation de 40% des pauvres…

Un détail…

Loto
4 mois il y a

Complètement d’accord avec Jean René, les nuisances sonores peuvent facilement diminuer si on se donnait la peine de sévir sérieusement auprès des voitures et motos pétaradants.

Il faut également piétonniser les centres villes pour que les voitures et donc le bruit n’y soient plus présents.

Enfin, l’électrification des autos contribuent aussi à diminuer le niveau global sonore à faible allure.

Croyez moi, ça existe déjà ailleurs et ça change grandement la vie.

angèle
4 mois il y a

L’exposition n’est pas la gène occasionné par…. quand on a les moyens on peut investir dans des équipements qui peuvent réduire le niveau d’exposition…. Acheter des doubles vitrages, s’équiper de panneaux solaires, acheter des bouteilles d’eau,….

Billy
4 mois il y a

Il suffit de sévir contre ces voitures racailles avec la sangle qui pendouille devant, voitures non conformes en rien,il y en a à foison, difficile de ne pas les voir et surtout entendre.Pourquoi on s’embête à passer un contrôle technique si ces petites racailles roulent pépères.interdire la musique forte et bruyante ,les boomers et autres….

Totor
Répondre à  Billy
4 mois il y a

Sono à fond la caisse les week-ends aucun respect pour les voisins chiens attachés qui aboient toute la nuit et la municipalité est au courant alors arrête avec zot l’Insee c’est juste pour faire buzz et zot i bougera pas plus que ça

Mokne
Répondre à  Totor
4 mois il y a

Bien dit. Idem pour le port a cotur, tous les samedi soir c musique et karaoké. La police est appelé mais rien ne bouge malgré leur passage. Pourquoi ne pas saisir leurs matériels.

Kayam
4 mois il y a

Quand on va faire les courses, les magasins – quels qu’ils soient – s’rait bien de ne rien entendre comme musique.

Pour 2 raisons :
1 > on nous balance des musiques qui ne nous plaisent pas : mes goûts ne sont pas les tiens. Là où je peux tenir une demi-journée dans la même ambiance, même style, même chanteur : toi tu hais les 15 premières secondes déjà (et vice-versa). En + avec ce que l’on entend zordi… dé foi vo mié na koran y koup.
Mwin la déjà di à la kés din magazin kan mwin la parti achté linge. Boum boum boum et zouk dann zorey heu…non merci. Mwin la mèm di fo mète juste en douce du jazz, du piano.
Le pire c ke pou les vendeurs c toute la journée.

2 > il y a suffisamment de bruit dans les supermarchés, magasins. Les cris des enfants, les chariots qui roulent, les cintres qui font leur chahut sur les présentoirs, les conversations au téléphone : B ousa oulé dont ? Mwin la parti trap in pak la bière…aou, ousa oulé ? Mwin lé à koté produit makiyage… Dépèche aou té ! marmay fini ariv koté la kès… mi ariv mwin la, mète toujour komision si tapi…

Nous vivons tous ça non ? alors… du silence musical svp et ça fera un bien fou.

Bruce
4 mois il y a

Encore heureux

Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION
4 mois il y a

Cette étude, bien incomplète, énonce aussi des contre-vérités.

« L’aéroport de Pierrefonds génère des nuisances sonores limitées aux salariés travaillant à proximité, en raison de son isolement, de l’orientation de ses pistes, et de sa moindre fréquentation. »
Si l’aéroport de Pierrefonds, gabegie financière pour les contribuables, effectivement ne sert quasiment pas l’intérêt général (2 vols vers Maurice/semaine, 1 dash de passage …), le nombre de mouvements de ce qui est devenu une « ruche nocive de loisirs polluants sonores et atmosphériques » est le DOUBLE de celui de l’aéroport Roland Garros ! Grosse énormité et méconnaissance de la part de l’INSEE question analyse des données. Mais le sud, c’est vrai, c’est loin, c’est le bout du monde …
Les nuisances sonores générées à partir de Pierrefonds affectent directement la zone sud, les riverains, l’agglomération Saint-Pierroise, de manière quotidienne (hélicos, pilatus et autres aéronefs divers), mais aussi une bonne partie de La Réunion ! Et le boucan sonore qui fait de la Réunion un « hot spot » de la pollution sonore, cela n’est selon l’INSEE pas « mesuré à un niveau fin » !
Exact, c’est un boucan sonore bien « grossier », avec des rédacteurs de ce rapport aux oreilles fermées, tout comme celles de l’Etat, alors que la mise en place d’un réseau de capteurs détectant l’émergence sonore des survols touristiques motorisés, demandée par les associations, est pour l’instant refusée par l’aviation civile locale.

Y a pas que ça, le bruit sous toutes ses formes est un fléau, tout le monde le sait, mais nos dirigeants sont sourds, visiblement trop préoccupés par leurs petits intérêts perso, d’où le rejet de plus en plus massif des politiciens.

La Réunion, chaque jour un peu plus, l’île de l’eskrologie.
A seulement 1,10€/L (!) de kérosène pour polluer sur nos têtes ! Pour du loisir des plus aisés !
A comparer au litre de sans-plomb et de gazole. Jusqu’à quand ce cirque sur nos têtes ?

http://citoyennedestpierre.viabloga.com/tourisme_aerien_nocif.shtml

With

Pourquoi perdez vous votre temps à faire des statistiques. Mettez le plutôt dans l’action et sanction.

Dans la même rubrique

Eleanor va-t-elle faire le tour de La Réunion ?

La tempête Eleanor devrait réaliser une boucle entière autour des Mascareignes tout en se dissipant. Le système dépressionnaire doit d’abord transiter au Sud de La Réunion ce week-end sans apporter une dégradation « significative » de la météo, avant de remonter le long de la côte Est malgache, là où elle s’est formée.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial