Revenir à la rubrique : Société

Régime spécifique d’approvisionnement : « Il faut que l’État respecte sa parole », demandent les coopératives

Plusieurs coopératives et la Chambre d'Agriculture se sont rassemblées ce mardi matin en amont de la signature du plan de souveraineté alimentaire avec l'État pour dénoncer leurs inquiétudes concernant l'abondement du Régime spécifique d'approvisionnement, qui sert à pallier les surcoûts liés à l'éloignement.

Ecrit par Samuel Irlepenne, Baradi Siva – le mardi 10 octobre 2023 à 11H35

Les membres de différentes coopératives des filières agricoles et animales se sont mobilisés à quelques minutes de la signature du plan pour la souveraineté alimentaire à La Réunion avec tous les acteurs du secteur et l’État. Les organisations d’éleveurs et agriculteurs ainsi que la Chambre d’agriculture s’inquiètent d’un possible désengagement du Gouvernement en faveur du Régime spécifique d’approvisionnement avec la mise en place du nouveau programme pour l’auto-suffisance.

« On est plafonné à un certain seuil, cela fait 10 ans que l’on essaie de travailler avec l’Etat pour qu’il nous aide avec Bruxelles pour compenser le manque à gagner. Cela fait un an que l’Etat nous dit travailler et aujourd’hui on se retrouve avec un dilemme et les représentants des ministères affirment que le problème est réglé et que collectivités locales mettront main à la poche. Même si cela ne compense pas la part des prix à l’importation. Les 5 millions qui nous manquent, aujourd’hui on nous dit que ce sont les collectivités qui les ont, mais ces dernières nous disent qu’elles n’ont pas budget nécessaire pour cette somme« , déplore Henri Lebon, président de l’Urcoopa (Union Réunionnaise des Coopératives Agricoles) et de la CPPR (Coopérative des Producteurs de Porcs de la Réunion).

L’Etat et les collectivités locales se renvoient la balle, expliquent les acteurs du secteur agro-alimentaire. « Si on ne nous donne pas moyen d’aller vers l’autonomie c’est comme faire un 600 m haies avec une béquille« , lance-t-il. « Le ministre dit qu’il y a un milliard en plus pour son budget et nous, on ne demande que 5 millions. C’est vraiment malsain leur petite bagarre« , s’insurge l’éleveur.

Les agriculteurs tiennent à rappeler que le RSA (Régime de spécifique d’approvisionnement) profite à tous les Réunionnais car il s’applique aux matières premières quand elles arrivent sur l’île.  « On tient mais on sera obligé de faire répercuter ça et c’est le consommateur qui va payer« , conclut-il.

Bruno Robert, vice-président de la Chambre d’Agriculture, abonde dans le sens des coopératives : « Nous leur apportons notre soutien sans faille. On va signer tout à l’heure ce plan, les filières se sont organisées, on était sur une dynamique de conquête avec beaucoup d’initiatives mais nous avons connu malheureusement des crises. Aujourd’hui, on joue en défense, avec l’espoir de reconquérir les parts de marché« .

S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bibi Jacko
4 mois il y a

LOL zot monopole lé pas suffisant i pleur encore couyon !! zot la pou prépar le terrin pou augmente lo prix somanké !?!?

Dans la même rubrique

Eleanor va-t-elle faire le tour de La Réunion ?

La tempête Eleanor devrait réaliser une boucle entière autour des Mascareignes tout en se dissipant. Le système dépressionnaire doit d’abord transiter au Sud de La Réunion ce week-end sans apporter une dégradation « significative » de la météo, avant de remonter le long de la côte Est malgache, là où elle s’est formée.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial