Revenir à la rubrique : Société

Quand le curé de Sainte-Suzanne se moque des autres religions

L'homélie du dimanche de Pentecôte du père Jean-François Laco, dans laquelle le curé de Sainte-Suzanne s'en prend aux paroissiens qui se tourneraient vers d'autres religions ou se confieraient à « Monsieur Aboudou ou madame Abada », a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. Le prêtre estime que ses propos ont été sortis de leur contexte.

Ecrit par Thierry Lauret – le mardi 04 juin 2024 à 14H44
Photo : page FB Jean-François Laco

Jean-François Laco aime la lumière. Celle de Dieu, dont il parle dans sa récente homélie du dimanche de Pentecôte, mais aussi celle que procurent les images qu’il publie en nombre sur les réseaux sociaux Facebook ou TikTok.

Sur sa page You Tube, qui compte 2.580 abonnés et 241 vidéos publiées, le curé de la paroisse de Sainte-Suzanne a récemment réalisé l’une de ses meilleures audiences (6.200 vues affichées ce mardi 4 juin) avec la captation vidéo de son homélie du dimanche de Pentecôte. Et pour cause : ce prêtre aux allures de prédicateur bavard, qui aime manier l’humour en créole, chanter et inviter un orchestre à sa messe, s’est particulièrement illustré le 19 mai dernier dans un prêche où il s’en est pris à celles et ceux, dont ses paroissiens, qui pratiquaient plusieurs cultes. Une habitude très ancrée à La Réunion.

Tour à tour, ceux qui font le Cavadee, les servis kabaré ou même ceux qui posent chez eux, en guise de décoration, des statuettes du « monsieur assis avec in bèl ventre » sont rappelés à l’ordre : « lé pa pou nou », martèle Jean-François Laco.

A deux reprises, le curé se fait même imitateur pour railler les « monsieur Aboudou et madame Abada » qui offrent leurs services de voyance sur les flyers distribués dans les boîtes aux lettres. Rires assurés dans l’assistance, conquise par avance par l’homme d’Eglise, qui inonde son compte TikTok d’images de plats en préparation, comme une tête de cochon ou un poisson pêché par ses soins. La gourmandise n’est plus un péché capital, ni même un vilain défaut.

 

« Il n’y a qu’une communauté qui a réagi »

 

On imagine aisément les réactions qu’auraient suscité les plaisanteries du père Jan-François Laco si elles avaient été l’œuvre d’un imam. Pour autant, certains Réunionnais n’ont pas apprécié la sortie du curé de Sainte-Suzanne et le lui ont fait savoir. « Il n’y a qu’une communauté qui a réagi, qui se sent toujours stigmatisée. C’est dommage, si on a une ouverture d’esprit », évacue le père Laco, sans nommer « la communauté » dont il parle. « On fait un amalgame avec ce que j’ai dit et le fameux vivre-ensemble. Le rôle d’un prêtre, c’est de dire : on vous montre le chemin à suivre, mais si toi, tu veux faire ta pratique, libre à toi. Moi, je ne suis pas là pour interdire, mon rôle est de rappeler ce que te dit la parole de Dieu. »

Pour se défendre, le prêtre fait valoir ses amis malbar, bouddhistes ou musulmans, et regrette que l’on « mélange le cultuel et le culturel ». « On veut nous pousser en procès. Je suis dans mon rôle de pasteur, à exhorter mes chrétiens sur la parole de Dieu. Si on regarde la vidéo de l’homélie en entier, on se dit : Il est dans son église en train de prêcher à la Pentecôte pour rappeler aux chrétiens la fidélité à Dieu », estime le catholique.

Celui-ci regrette que des passages de son homélie ont été extraits de la vidéo et publiés sur les réseaux sociaux, déclenchant le plus souvent des rires gras et des commentaires du même tonneau. « On prend un extrait, on le sort du contexte. C’est une pratique courante maintenant. Mais remettez les choses dans l’homélie de la Pentecôte. Quand je parle d’un seul Dieu, c’est aussi la fidélité », insiste-t-il. Reste que ses railleries sur les tatouages ou les piercings témoignent surtout d’un profond décalage entre un discours religieux moralisateur et une large frange de la population réunionnaise, jeune et multiculturelle.

 

Suite à la parution de notre article, l’administrateur de la page You Tube du père Laco a semble-t-il restreint l’accès de la vidéo de l’homélie du dimanche de Pentecôte. Nous vous en proposons un autre extrait ci-dessous.

Thèmes : Religion
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
121 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les Chroniques de tonton Jules #172 : « Ah que coucou ! »

« Ça y est, le v’là qui revient ! » soupirerez-vous. Eh oui ! Et s’il n’en reste qu’un… En fins observateurs que vous êtes, vous avez constaté que depuis un mois, pour des raisons qui n’ont pas voix au chapitre (mais entièrement de ma faute), j’avais cessé de faire ch… le peuple. Mais que voulez-vous, on ne se défait jamais de ses mauvaises habitudes.

J’avais cessé de donner mon opinion mais pas d’observer la société et le monde qui nous entoure. Ben… qu’il s’agisse du vaste monde ou de nos abords immédiats, c’est pas mieux. Revue de détail…

Énième rebondissement : le JIR ne sera finalement pas imprimé

Contrairement à ce qui avait été annoncé, vous ne trouverez encore une fois pas votre JIR dans vos boîtes à lettres ou chez votre vendeur habituel jeudi matin. Malgré l’acception des conditions commerciales souhaitées par Jacques Tillier, un accord n’a pu être trouvé entre les deux parties.

ICP Roto accepte d’imprimer le JiR jusqu’à la fin de la période électorale

Jacques Tillier et le JiR ont été déboutés de leur référé déposé devant le tribunal de commerce visant à obtenir l’impression du journal par ICP Roto. L’imprimeur, Alfred Chane Pane a toutefois décidé, compte tenu de la période électorale en cours, de faire paraître le quotidien durant la campagne électorale afin de permettre l’expression des candidats aux Législatives.

Le Département appuie sur le levier de l’économie

Même si cela ne relève pas de ses compétences premières, la majorité départementale a insisté sur ses investissements dans l’économie réunionnaise, ce mercredi lors de son assemblée plénière. Grâce à un emprunt bancaire, 20 millions d’euros supplémentaires seront injectés dans la filière du BTP.