Revenir à la rubrique : Faits divers

Procès Air Austral : 4 mois avec sursis requis contre Gérard Ethève

8 heures. C’est le temps qu’il aura fallu pour débattre des faits sur lesquels s’appuie une ex-salariée de la société Air Austral pour accuser son patron, Gérard Ethève, de harcèlement moral. Rappelons que lors d’une première audience, le mardi 21 juin, les avocats de Gérard Ethève avaient souligné plusieurs vices de procédure, événement ayant causé […]

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 20 juillet 2011 à 00H47

8 heures. C’est le temps qu’il aura fallu pour débattre des faits sur lesquels s’appuie une ex-salariée de la société Air Austral pour accuser son patron, Gérard Ethève, de harcèlement moral. Rappelons que lors d’une première audience, le mardi 21 juin, les avocats de Gérard Ethève avaient souligné plusieurs vices de procédure, événement ayant causé le report du procès. Ce jour, il a bien eu lieu devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis, et en présence de Gérard Ethève.

Le procès s’est déroulé dans une ambiance plus sereine qu’au jour précédent même si les avocats parisiens de Gérard Ethève ont encore bien su se faire remarquer, leurs interventions rompant avec la discrétion et le calme de Me Vincent Hoareau, avocat de la partie civile. Discret mais pas effacé, pendant sa plaidoirie, Me Hoareau a notamment insisté sur l’idée que dans cette affaire il est nécessaire de "se baser sur les faits, et non de chercher le mobile", tentant de prouver que l’isolement et le changement des conditions de travail sont le signe du harcèlement moral dénoncé par sa cliente.

Avant les plaidoiries, 11 témoins se sont avancés à la barre. Un exercice plus ou moins facile, certains témoins actuellement en conflit avec l’entreprise, d’autres "ont sans doute des intérêts économiques à se taire", rappellera le vice-procureur. L’ancienne assistante de la plaignante a tenté de bafouiller quelques phrases pour expliquer en quoi "la situation s’est dégradée" et pourquoi elle revivait elle-même des faits qu’elle aurait vécus plus tôt. L’ancien directeur commercial semblait plus à l’aise, moins marqué. Ancien cadre à Air Austral avant de s’en aller pour une compagnie concurrente, il s’est d’ailleurs vu reproché sa "philosophie à trois balles" par la présidente du tribunal.

Vient la plaignante à la barre. Béatrice Coma-Faggion est encore fragilisée par ces événements, et laisse couler pendant l’audience quelques larmes. "Je me suis adaptée au style de management de M. Ethève. Les dysfonctionnements dont je parle relèvent du fait que d’autres cadres interfèraient dans mon travail".

Moment fort de l’audience, la plaignante s’est retournée vers Gérard Ethève pour lui demander : "Pourquoi, Monsieur, ne m’avez-vous jamais répondu?", interroge-t-elle faisant allusion aux mails d’appels au secours qu’elle avait envoyés. Pas de réaction de Gérard Ethève qui pendant le procès affirmera simplement que "ce n’est pas un problème d’Air Austral, c’est un problème de Mme Coma. Elle n’a pas voulu travailler en équipe avec les nouveaux arrivants. Elle s’est marginalisée".

Pour l’avocat de la compagnie, Jean-Michel Baloup, "ce dossier est le dossier d’un deuil. Un deuil qui est mal vécu. La relation entre la plaignante et Gérard Ethève était une relation d’exclusivité". Du côté de l’avocat de Gérard Ethève, l’absence de confrontation entre certains témoins et l’OPJ (officier de police judiciaire) est dommageable. Il a par ailleurs insisté sur des "exagérations" constatées dans cette affaire l’amenant à conclure : "La défense vous demande de ne pas céder à la dictature de l’émotion".

Le vice-procureur, Dominique Auter, a finalement requis une peine de 50.000 euros pour Air Austral, et 4 mois d’emprisonnement avec sursis simple et 10.000 euros d’amende. Le patron d’Air Austral a toujours montré son sang-froid, et jusqu’à ce soir, il a redit ne pas se sentir concerné par cette affaire de harcèlement moral. Lui et ses avocats sont confiants sur sa relaxe. Délibéré le 9 août.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Trafic de stupéfiants en bande organisée : 45 kilos de zamal péi retrouvés au domicile d’un cultivateur

Jean-Cédric L., 45 ans, a été arrêté pour avoir cultivé 45 kg de cannabis chez lui, impliqué dans un trafic entre l’Île Maurice et La Réunion. Après un an en détention provisoire, il a été placé sous contrôle judiciaire, mais reste sous les verrous après un appel du parquet. Le réseau d’envergure bien huilé révèle des envois fréquents et volumineux vers Maurice.

Soupçons d’emplois illégaux : Didier Robert, Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou se défendent à la barre

La deuxième journée du procès des emplois de cabinet de la Région a conforté la défense dans sa contestation de la partialité de l’enquête menée par l’OCLCIFF : les témoins auditionnés ont en effet tous confirmé l’effectivité des missions effectuées par les ex-conseillers techniques Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou, tandis que le troisième prévenu appelé à la barre, l’ancien président Didier Robert, a martelé sa légitimité, en tant que chef de l’administration, à choisir lui-même les personnes embauchées dans son cabinet. Enfin, le DGS d’alors Mohamed Ahmed, convoqué comme témoin, a souligné qu’un arrêté relatif à l’organisation administrative de la Région avait rattaché certains services au cabinet, sans que cela ne soit contesté ni par le contrôle de la légalité, ni par le tribunal administratif.

Rodéos urbains au Port : 10 motos saisies et détruites par la Police

Alors que depuis le début de l’année, une recrudescence des rodéos motorisés a été observée au Port avec pour conséquences deux accidents graves de la route, une opération menée par la Police ce jeudi a permis la saisie de 10 motos impliqués dans cette pratique illégale. Les deux-roues ont été détruits.