Revenir à la rubrique : Politique

Présidentielle: Vanessa Miranville « marraine » Charlotte Marchandise

À moins de dix jours de la clôture des parrainages, Vanessa Miranville a officialisé son soutien à la candidate désignée par Laprimaire.org, Charlotte Marchandise.

Ecrit par Marine Abat - marine.abat@zinfos974.com – le mercredi 08 mars 2017 à 17H53

Elle l’avait annoncé, c’est désormais chose faite. Dans le cadre de l’élection présidentielle, Vanessa Miranville, maire de la Possession, a signé le formulaire de parrainage à destination de Charlotte Marchandise ce mercredi après-midi.
 
Bien qu’à 10.000 km, [la candidate issue de Laprimaire.org]urlblank:http://www.zinfos974.com/Vainqueure-de-la-primaire-citoyenne-Charlotte-Marchandise-candidate-a-la-presidentielle_a109583.html a pu assister en direct à ce moment, grâce à un skype organisé entre les deux femmes politiques, en salle du conseil municipal. Le référent Réunion du mouvement, Frédéric Amany, était présent pour l’occasion, ainsi qu’une quinzaine de sympathisants et quelques élus.

Un parcours du combattant 

« Pour le moment, j’ai 28 soutiens officiels et 200 promesses », indique Charlotte Marchandise depuis son ordinateur, à Paris. « Va-t-on passer le cap ? Je l’espère ». Car pour pouvoir prétendre se présenter au premier tour de la présidentielle, les candidats doivent avoir récolté 500 parrainages d’élus avant le 17 mars prochain.

 

Un parcours du combattant, pour les petits candidats comme elle, désignée à l’issue d’un scrutin citoyen organisé sur internet (lequel a rassemblé près de 130.000 votants). « Certains élus ont peur de se voir retirer leurs subventions, ce qui témoigne d’un système mafieux. D’autres ne veulent pas entendre parler de la présidentielle, ou se sentent mal à l’aise par rapport à leur conseil municipal », déplore Charlotte Marchandise. 
 
Un appel au parrainage

Vanessa Miranville, elle, a tenu à lui délivrer cette « marque de confiance » en lui offrant son parrainage. Ou plutôt… son « marrainage », car en cette journée internationale des droits des femmes, la première magistrate fait part de sa volonté de pousser à la féminisation du vocabulaire : « En ce 8 mars, je ne parraine pas Charlotte Marchandise, en fait, je la marraine », glisse-t-elle en effet.
 
Quoi qu’il en soit, la maire de la Possession explique se retrouver dans cette démarche citoyenne, et partager les valeurs du mouvement. « Ce programme politique, il nous convient, car c’est un vrai programme de transition vers un autre modèle de société : une nouvelle constitution co-élaborée avec les citoyens, la création d’une assemblée délibérative avec des citoyens tirés au sort, la mise en place d’un revenu de base pour tous, une refondation du modèle de l’école », fait savoir l’élue.
 
Alors que l’accès à la présidentielle reste encore très incertain pour la candidate, Vanessa Miranville lance un appel aux élus. « Osez vous indigner, positivement, osez l’insurrection démocratique (…). Engageons la transition vers un autre modèle démocratique, osez marrainer ou parrainer Charlotte Marchandise, osons reconquérir notre démocratie », conclut-elle.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

NRL : Audrey Bélim salue la prise en compte de l’inflation par l’AFIT France

Interrogé par Audrey Bélim, Franck Leroy, nouveau président de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport (AFIT France),a assuré à la sénatrice que l’organisme prendrait en compte l’inflation dans son soutien financier au projet, jusqu’en 2028. « C’est un point fondamental qui n’était pas acquis », rappelle la parlementaire.

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.