Revenir à la rubrique : Blog de Pierrot

[Pierrot Dupuy] Le Canard enchainé en remet une couche sur Annick Girardin

Si Annick Girardin pensait avoir cloué le bec au Canard en répondant lapidairement « ce sont des calomnies » aux accusations sur son manque de transparence quant à ses liens avec son compagnon, elle s’est lourdement trompée. Dans son édition de demain mercredi que nous avons pu consulter en avant-première, le Canard enchainé fait de nouvelles révélations. […]

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 30 octobre 2019 à 21H56

Si Annick Girardin pensait avoir cloué le bec au Canard en répondant lapidairement « ce sont des calomnies » aux accusations sur son manque de transparence quant à ses liens avec son compagnon, elle s’est lourdement trompée.

Dans son édition de demain mercredi que nous avons pu consulter en avant-première, le Canard enchainé fait de nouvelles révélations.

Revenons sur [les premières informations de la semaine dernière]urlblank:https://www.zinfos974.com/Le-Canard-enchaine-epingle-Annick-Girardin-pour-un-defaut-de-transparence-sur-ses-liens-avec-son-concubin_a145546.html . Le journal satirique avait épinglé le compagnon de la ministre des Outre-Mer pour une série de marchés qu’il avait facilement remportés à Saint-Pierre et Miquelon.

Jean-François Vigneau, c’est le nom du compagnon de la ministre, s’était vu attribuer un marché en juillet 2013 par le service de l’Aviation civile de Saint-Pierre et Miquelon pour le gardiennage de la station Galileo, le concurrent européen du GPS américain, pour un montant de 792.702 euros sur trois ans. Détail piquant : il était le seul à avoir soumissionné.

Beaucoup plus embarrassant, le Canard avait révélé qu’au moment du lancement de l’appel d’offres, Jean-François Vigneau ne possédait ni la société, ni les habilitations nécessaires. La société GSI avait été créée quelques jours plus tard et les habilitations avaient été obtenues en un temps anormalement court auprès du ministère de l’Intérieur, alors que sa compagne était députée de l’archipel. Elle allait devenir ministre de François Hollande l’année suivante.

Trois ans plus tard, nouvel appel d’offre pour le même marché arrivé à terme. Mais cette fois, il est stipulé que le postulant doit présenter des expériences dans le secteur de la sécurité au cours des trois dernières années. Coïncidence heureuse : c’est exactement le profil de la société GSI et elle est même la seule à pouvoir répondre à des critères aussi exigeant sur le territoire de Saint-Pierre et Miquelon. Résultat : elle est encore la seule à candidater et est donc logiquement retenue pour un marché revu à la hausse de 882 648 euros hors taxes. 

Le dernier marché remporté par GSI pour contrôler les passagers à l’embarquement à l’aéroport l’aurait également été sans concurrence, pour un montant de 741 924 euros HT. Là encore, ça devient une habitude, GSI était le seul à concourir.

Interrogée par le Canard enchaîné, Annick Girardin avait affirmé se tenir « éloignée de tout ça« . Selon elle, elle n’est ni mariée, ni pacsée à son concubin et avec « des foyers fiscaux et des résidences principales » différents, ce qui ne l’obligeait pas à déclarer les activités professionnelles de son conjoint à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). 

Lors de son arrivée à La Réunion, la ministre avait ajouté : “Les attaques politiques je peux les accepter, c’est le jeu, sur le reste il faut quand même sortir les preuves avant de dire ce genre de calomnies”.

Un nouveau contrat et un gendre actionnaire de la société

Elle a sans doute eu tort de titiller le Canard. En réplique, ce dernier publie demain mercredi de nouvelles révélations (voir copie de l’article ci-dessous).

On apprend ainsi qu’outre ces deux contrats payés avec de l’argent public, le concubin en aurait décroché un troisième, d’un montant de 699.184€ HT, pour assurer la sécurité de la station de télévision publique La 1ère sur le territoire de Saint-Pierre et Miquelon. Encore de l’argent public et encore une fois, GSI était la seule à avoir candidaté. Ca devient une habitude…

Mais surtout, alors que la ministre avait affirmé au Canard qu’elle n’était pas actionnaire de GSI, pas plus qu’un membre de sa famille, le journal révèle que le conjoint de la fille d’Annick Girardin, c’est à dire son gendre, possédait 10% dans le capital de la société…

Autre élément : Alors que, dans sa déclaration à la HATVP (Haute autorité pour la transparence de la vie publique) le 18 avril 2014, Annick Girardin avait décrit son compagnon comme un « demandeur d’emploi » ayant déposé un « projet de création d’entreprise – aboutissement juillet 2014« , ce dernier avait déjà créé sa société GSI un an auparavant et avait déjà remporté des marchés financés avec de l’argent public…

Attendons pour voir ce que répondra la ministre cette fois-ci…

 

[Pierrot Dupuy] Le Canard enchainé en remet une couche sur Annick Girardin

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Le podcast de Pierrot] Les riches paieront… Êtes-vous riche ?

Je voudrais aujourd’hui vous inciter à prendre un peu de hauteur.
Un candidat dans votre circonscription peut vous paraitre sympathique, ça peut même être un copain d’enfance ou quelqu’un avec qui vous jouez au foot ou de la guitare. C’est tout naturellement que vous pourriez être incité(e) à voter pour lui.
Je voudrais juste attirer votre attention sur le fait que ce copain, une fois élu, siègera au sein d’un groupe à l’Assemblée nationale et qu’il appliquera les directives de son parti.
On n’est pas libre quand on fait partie d’un groupe. Il y a une réunion en préalable au cours de laquelle on discute avant de voter en interne. Et une fois que la majorité s’est prononcée, vous êtes obligé€ de respecter les consignes de vote du groupe.
Tout ça pour vous dire quoi ? Avant de voter, regardez bien les programmes des différents partis nationaux. Renseignez-vous, lisez tout ce qui s’écrit, écoutez les analyses des économistes. Le 8 juillet, il sera trop tard.

La presse écrite doit vivre

Difficile d’évoquer aujourd’hui un autre sujet que le procès en référé qui s’est déroulé ce matin devant le tribunal de commerce de Saint-Denis entre le JIR de Jacques Tillier d’un côté et l’imprimerie ICP Roto représentée par son président Alfred Chane Pane de l’autre côté. Au final, la Justice a tranché : en l’absence de contrat liant les deux parties, elle ne peut contraindre l’une d’elles, en l’occurrence ICP Roto, à contracter avec l’autre, le JIR. Si un contrat avait existé, elle aurait pu obliger l’imprimeur à l’appliquer. Mais en droit français, pour qu’un contrat soit valable, il faut qu’il y ait accord sur l’objet et le prix. Ce qui n’était manifestement pas le cas en l’espèce.

[Pierrot Dupuy] Contrairement à ce que vous croyez, La Réunion ne serait pas protégée par l’OTAN en cas de guerre

Depuis quelques semaines, l’actualité bruisse de rumeurs concernant le potentiel déclenchement d’une 3ème guerre mondiale. Il faut dire que les sujets d’inquiétude ne manquent pas : guerre en Ukraine aux portes de l’Europe, guerre à Gaza où les morts se compteraient selon le Hamas par dizaines de milliers, risque de conflit entre l’Iran et Israël, la Chine qui cache de moins en moins ses intentions belliqueuses vis-à-vis de Taïwan…
Dans cet océan de mauvaises nouvelles, nous nous croyons à l’abri sur notre petite île perdue au milieu de l’océan Indien.
En plus, que peut-il nous arriver, protégés que nous sommes par la France, laquelle est elle-même membre de l’OTAN ? Bien fou celui qui oserait s’en prendre à un membre de l’Alliance Nord, et donc aux États-Unis. C’est oublier un peu vite que dans Alliance Nord, il y a Nord…