Revenir à la rubrique : Politique

PCR: « Les Réunionnais doivent assumer eux-mêmes la responsabilité de leur pays »

À la veille de l’arrivée de François Fillon sur notre département, le PCR a adressé une lettre ouverte au candidat de la droite.

Ecrit par – le vendredi 10 février 2017 à 16H31
Pour Maurice Gironcel, fraichement élu en tant que secrétaire général du Parti communiste réunionnais, notre île est à la croisée des chemins. « Ou bien la Réunion fonce tête baissée dans le mur, ou bien nous redressons le pays pour permettre à la jeunesse de pouvoir regarder l’avenir avec confiance » a-t-il déclaré cet après-midi lors d’une conférence de presse.
 
Dans la lettre adressée à François Fillon, le parti souligne le taux de chômage alarmant de notre département, la cherté de la vie, la situation préoccupante du logement, les inégalités et l’illettrisme.
 
Les défis auxquels notre île sera confrontée bientôt, tels que la filière canne à sucre, les accords de partenariats économiques avec l’Union Européenne ou encore le réchauffement climatique inquiètent également le PCR, qui estime que « la Réunion doit disposer d’outils adaptés qui n’existent pas dans le cadre actuel ».
 
Maurice Gironcel rappelle la loi du 19 mars 1946 sur la départementalisation et estime qu’il faut « un nouveau cadre que la Constitution française permet de créer en donnant aux Réunionnais(es) plus de compétences et de pouvoirs ».
 
« Il faut tout changer et nous proposons des solutions, une orientation sur l’avenir de la Réunion » estime Maurice Gironcel, qui soutient vouloir « prendre des décisions politiques courageuses qui s’imposent ».
 
« Les Réunionnais doivent assumer eux-mêmes la responsabilité de leur pays. Nous tenons à le dire avant l’arrivée de Mr Fillon » ,
conclut ainsi le secrétaire général du PCR.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.