Revenir à la rubrique : Faits divers

Nouvelle demande de remise en liberté pour Hosman Gangate, accusé de viol

Quatre femmes, dont son ex-épouse, brossent le portrait d'un agresseur sexuel, d'un harceleur et décrivent un phénomène d'emprise ainsi que des pulsions sexuelles aggravées par une addiction à l'alcool. De son côté, le directeur technique de la ligue réunionnaise de football conteste la décision du juge des libertés et de la détention qui a décidé de prolonger son incarcération pendant la poursuite de l'enquête. La chambre d'instruction a rejeté son appel sur décision du juge des libertés et de la détention.

Ecrit par Isabelle Serre – le mardi 13 février 2024 à 13H25

Ce mardi matin, Hosman Gangate n’avait pas été extrait de sa cellule afin d’assister à l’audience de la chambre de l’instruction. Le directeur technique de la Ligue réunionnaise de football faisait, par la voix de son avocat, appel de la décision récente du juge des libertés et de la détention de le maintenir en détention provisoire pendant la poursuite de l’enquête qui le vise.

Quatre plaignantes, dont deux se sont portées partie civile, dénoncent de façon « concordante » un agresseur sexuel exerçant une emprise. Les plaignantes, épouse, compagnes ou relations passagères, racontent les violences psychologiques et sexuelles qu’elles auraient subies de la part de cet homme à la personnalité « pathologique » dont le comportement « serait aggravé par une importante consommation d’alcool ».

« Il a commencé des soins en détention, ce n’est pas pour autant qu’il est guéri », a argumenté le ministère public au soutien de son refus de placer l’intéressé sous contrôle judiciaire. Hosman Gangate serait un alcoolique chronique, accro au sexe selon les termes de l’enquête, raison pour laquelle le parquet général craint qu’il ne renouvelle les faits ou qu’il fasse pression sur les victimes. « Son aisance financière pourrait lui permettre de fuir. On sait combien ensuite, il est difficile de remettre la main sur les suspects », poursuit l’avocate général.

Lors d’une précédente demande de remise en liberté, Hosman Gangate avait reconnu à la barre des « dysfonctionnements » et regretté « les douleurs provoquées » tout en pointant du doigt « une affaire disproportionnée ». Il avait réitéré ses excuses « aux femmes qu’il a fait souffrir » et mis en avant les 36 séances effectuées avec un professionnel afin « de ne pas reproduire les mêmes erreurs ».

« Il est illusoire qu’il change de comportement avec un bracelet électronique ou un contrôle judiciaire », a tancé l’avocate générale Nathalie Le Clerc’h. « Trois femmes ont témoigné qu’elles n’ont jamais eu de problèmes avec mon client », a rétorqué l’avocat d’Hosman Gangate.

La chambre d’instruction a finalement rejeté son appel sur décision du juge des libertés et de la détention.

Thèmes : Hosman Gangate
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
moi
17 jours il y a

La justice ne l épargne pas il n est pas assez puissant dans le milieu du football

Bigkok
Répondre à  moi
16 jours il y a

Il as pas épargnez ses femmes aussi !!! Bravo pour ce commentaire fantastique

Tatane
17 jours il y a

Té ou néna toupė de redemande la liberté bin non au trou pervers

valeo
17 jours il y a

Hosman n’aime pas la prison.

Olivier
Répondre à  valeo
16 jours il y a

na poin fomm enndan la

LAYADI
17 jours il y a

Les Osman ont peur de la prison 😂😂😂, dans ce cas, il ne faut pas fauter les Osman 😄

Olivier
Répondre à  LAYADI
16 jours il y a

faute d’arbitrage football

Bolo
17 jours il y a

Pourtant il rend fier la france enfin la reunion

Le vengeur manqué
16 jours il y a

4 femmes se plaignent et 3 autres pas. Un sacré chaud lapin cet hosman. Bien sûr cela n’a rien avoir avec le fait la sélection féminine était sa chasse gardée.
36 séances avec un professionnel alors qu’il est en prison? Je suppose que tous les justiciables bénéficient d’un tel accompagnement. Bien sûr le fait d’être le neveu d’un maire et vice-président du conseil régional n’a aucun rapport.

Dans la même rubrique

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.

Opération Place Nette : Trois individus interpellés pour port d’arme

Les fonctionnaires de la police nationale de La Réunion ont effectué des contrôles dans le cadre de l’opération « place nette » ce mercredi à Saint-Denis. À ce titre, cinq personnes ont été interpellées dans le quartier de Sainte-Clotilde, indique la police sur sa page Facebook.

Tentative de meurtre au carré cathédrale : Avant son jugement en appel, le suspect souhaite retrouver la liberté

Un acquittement pour tentative de meurtre « incompréhensible » selon le parquet général qui a fait appel de la décision de la cour d’assises prononcée en septembre dernier. Julien G. est poursuivi pour avoir planté une lame dans la carotide d’un touriste suite à une discussion animée sur fond d’alcool avec des touristes en décembre 2020 au centre-ville de Saint-Denis. Il souhaite attendre son nouveau procès en liberté.

Tentative de féminicide : L’auteur des coups de feu est décédé

Un drame s’est produit ce mercredi à Sainte-Marie aux alentours de 14 heures. Un quadragénaire a tiré sur sa compagne avec un fusil avant de retourner l’arme contre lui. La victime, âgée de 48 ans, a été transportée au CHU de Saint-Denis en état d’urgence absolue.  L’homme, gravement touché, est mort.

Maltraitance animale : Un individu interpellé et placé en garde à vue

Mercredi 28 février 2024, un individu défavorablement connu des services de police pour des faits de maltraitance envers les animaux a été interpellé. Il avait été filmé, en décembre dernier, alors qu’il frappait sa chienne avec un bâton sur son balcon. Placé en garde à vue, l’auteur devra répondre de ses actes devant le tribunal judiciaire, indique la Police Nationale de La Réunion sur sa page Facebook.