Revenir à la rubrique : Politique

Municipales 2026 : Patrice Selly est candidat à sa propre succession

Après quelques tergiversations, Patrice Selly a annoncé qu'il sera bien candidat aux municipales 2026, lors d'une conférence de presse organisée avant le conseil municipal de Saint-Benoît,

Ecrit par Samuel Irlepenne, Baradi Siva – le mardi 28 mai 2024 à 19H09

Patrice Selly avait fait planer le doute il y a quelques mois, mais s’est finalement décidé à être candidat à sa propre succession à la mairie de Saint-Benoît. Une décision prise « pour continuer le travail démarré à Saint-Benoît pour redonner une attractivité à Saint-Benoît, améliorer le cadre de vie des Bénédictines et des Bénédictins, mais surtout accompagner les populations fragiles de Saint-Benoît« , assure-t-il.

 

Les doutes effacés par le soutien de la population

 

L’édile avait évoqué en début d’année un doute quant à sa candidature pour un deuxième mandat. Il avait confié lors des vœux à la presse une incertitude liée au climat délétère entourant les élus. Ce sont ses administrés qui l’ont convaincu à se présenter à nouveau en 2026, assure-t-il.

« Les échanges que j’ai pu avoir depuis le début de l’année avec la population bénédictine que je rencontre tous les jours m’ont confortés dans la réflexion qui était la mienne et dans le sens d’une volonté de revenir me présenter face à la population avec un bilan que je vais défendre« , déclare l’élu.

 

 

Un remaniement pour préparer les élections

Patrice Selly opère aussi quelques changements au niveau de son équipe municipale lors de ce conseil. Sa deuxième adjointe, Marie-Michèle Mariaye se voit privée de ses délégations. « L’objectif de ces décisions politiques que nous allons acter au sein du conseil municipal ce soir est aussi celui d’avoir à mes côtés une équipe soudée qui sera prête pour les échéances à venir et notamment pour les élections municipales en 2026 à Saint-Benoît« , explique-t-il.

 

 

Patrice Selly déplore un « éloignement » entre lui et Marie-Michèle Mariaye, 2e adjointe. « Les échanges étaient devenus quasi inexistants et ne permettaient plus un travail efficace« , explique-t-il.

 

« Il faudra avoir une équipe capable de mener à bien ces dossiers, à travailler efficacement. Et je considère aujourd’hui que l’équipe que j’ai à mes côtés peut me permettre d’atteindre l’objectif de faire de Saint-Benoît, la capitale de l’Est dans les années à venir« , lance l’élu.

 

(Samuel Irlepenne sur place)

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
62 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Jean-Marie Virapoullé : « Mon choix dans la 5ème circonscription »

Jean-Marie Virapoullé se positionne dans la 5ème circonscription. S’il fait l’impasse sur cette élection anticipée, il dévoile néanmoins aujourd’hui vers qui son choix se portera les dimanches 30 juin et 7 juillet. Le vice-président du Département et conseiller municipal de l’opposition saint-andréenne votera pour celle qui défendra à l’Assemblée le maintien du fameux « amendement Virapoullé ».

Législatives : Jean-Jacques Morel lance une « alerte cyclonique » sur une gauche « autonomiste »

Habitué des joutes électorales dans le chef-lieu, Jean-Jacques Morel repart au combat dans ces législatives anticipées sous l’étiquette du Rassemblement national, qu’il a rejoint en février dernier. L’avocat dionysien, qui aura pour suppléante Linda Samourgompoullé, compte sur la poussée du RN dans l’île pour enfin l’emporter enfin face au candidat soutenu par le Nouveau Front populaire, le socialiste Philippe Naillet, dans un remake du duel de 2022.

Législatives : La gauche fait front dans l’Ouest

L’heure était au bilan pour Perceval Gaillard et Karine Lebon, mais aussi à la présentation du programme du Nouveau Front Populaire version péi. Face au “danger du RN”, les députés sortants appellent à un sursaut des électeurs.