Revenir à la rubrique : Social

Mobilisation des agriculteurs : Le préfet se veut rassurant dans le Sud

Avant de recevoir une délégation des syndicats agricoles en préfecture, Jérome Filippini s'est rendu ce mercredi matin dans le Sud au chevet des agriculteurs sinistrés, mais également mobilisés pour faire valoir leurs spécificités sur le plan national et européen.

Ecrit par Prisca Bigot – le mardi 30 janvier 2024 à 14H36

L’eau a creusé une tranchée de plus de 2 mètres par endroit dans les champs de cannes de Stéphane Lallemand au Piton Monvert. Des dégâts sur les exploitations après les épisodes successifs de fortes pluies dans le sud que le préfet devait venir voir en personne alors que la mobilisation nationale.

“Ce que vous dites, il faut le prendre en compte”, est venu rassurer Jérôme Filippini. “N’ayez aucun doute”, a poursuivi le préfet face aux agriculteurs sur la déclaration prochaine du fonds de soutien Outre-mer. “On ne va pas pouvoir changer les règles du jour au lendemain”, a relativisé le préfet qui se conforme à l’idée d’une simplification et d’une rapidité de traitement des dossiers des agriculteurs. “Je pense qu’on peut être fier d’être en France et en Europe parce qu’on a une agriculture qui est soutenue énormément en argent public et avec énormément d’argent de l’Europe. En dehors de l’Europe, la France serait morte et l’agriculture serait morte”, a répondu aux partisans de la sortie de l’Europe, Jérome Filippini. “ Mais c’est vrai qu’il y a énormément de règles qui s’ajoutent les unes aux autres pour lesquels le premier ministre a demandé de faire remonter les plus problématiques”, a-t-il conclu son rendez-vous avec les agriculteurs du sud.

Avant une table ronde prochaine entre distributeurs, importateurs et agriculteurs, le préfet organise une première réunion ce mercredi à 14H en présence de l’ensemble des syndicats agricoles, des organisations professionnelles et en la présence du directeur général des Outre-mer.

 

 

Frédéric Vienne, président de la Chambre d’agriculture, présent ce matin car « il ne renie pas sa famille syndicale” s’est montré satisfait de ces échanges. “ On sent la volonté du préfet de nous parler, de régler les problèmes de l’agriculture au niveau local”, a réagi l’ancien président de la FDSEA. Frédéric Vienne rappelle que ces spécificités sont liées à la taille du marché qui limite les investissements, la production, mais qui sont aussi la problématique de l’accès au marché des collectivités publiques. “Il y a à s’adapter sans à nous imposer de devenir des transformateurs ou des routiers”. L’adaptation également au “dérèglement climatique” dont les effets suite aux épisodes successifs d’intempéries inquiètent les agriculteurs, indique-t-il.

 

Les dégâts sur les exploitations ont été importants, a souligné Stéphane Sarnon, président de la FDSEA. La mobilisation est faible mais les revendications sont là, a insisté le syndicaliste.
Thèmes : Agriculture
S’abonner
Notification pour
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Didier
25 jours il y a

Sans l’Europe la France serait morte ? Rappelons à notre chère préfet danseur de maloya du dimanche que la France donne plus qu’elle ne reçoit de l’Europe. Je vous aime bien Mr Le Préfet mais je ne peux pas vous laisser dire de telles conneries sans réagir.

Olivier
Répondre à  Didier
25 jours il y a

Effectivement, Frexit !

Isa
25 jours il y a

Avec tout mon respect Mr le Préfet,la France serait morte sans l,Europe?Grosse bourde…pitié…je vous croyais à la hauteur de vos compétences…jusque là.

Dernière modification le 25 jours il y a par Isa
Olivier
Répondre à  Isa
25 jours il y a

Le gars se plie devant l’allemande Van Der Leyen

Olivier
25 jours il y a

Pas d’accord avec Vienne, c’est juste la saison des cyclones, aucun bouleversement climatique là-dedans.

Dans la même rubrique

SPL Estival : Le redressement judiciaire prolongé de trois mois

Le tribunal de commerce de Saint-Denis a prolongé jusqu’au 22 mai le redressement judiciaire de la SPL Estival, le temps d’affiner les contours du nouveau plan de sauvegarde économique (PSE) ébauché après la grève des salariés, en fin d’année dernière. Pour garantir la survie de l’entreprise publique de transport, environ 70 salariés auront le choix entre accepter une baisse de leur rémunération, ou partir dans le cadre d’un licenciement économique.

Les salariés de la Chambre d’agriculture obtiennent l’application de leur point d’indice

L’intersyndicale CGTR – FO – CFDT a signé ce jeudi midi un protocole de fin de conflit avec le président de la Chambre d’agriculture Frédéric Vienne. Hier soir, la préfecture a retiré son véto sur le point de blocage de l’augmentation du point d’indice des salariés, plus élevé que celui de leurs collègues de l’Hexagone, tout en se réservant le droit de revenir sur cette décision après analyse juridique de la situation.

Chambre d’agriculture : Frédéric Vienne pris entre le marteau et l’enclume

Après une rencontre jugée infructueuse avec Frédéric Vienne, les représentants du personnel de la Chambre d’agriculture ont proposé ce mercredi la reconduite de la grève. Le président de la Chambre, lui, laisse entendre que l’État est à la manœuvre pour réduire les effectifs de moitié, et glisse que le Département souhaiterait s’accaparer l’outil à des fins électoralistes.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial