Revenir à la rubrique : Faits divers

Meurtre de Vanina : Ridaï-Mdallah Mari sera bien jugé aux assises

Il y aura bien un procès public dans le sordide meurtre de la jeune Vanina. La chambre de l’instruction a décidé de faire comparaître Ridaï-Mdallah Mari à la barre de la cour d’assises de Saint-Denis.  L’avocat du meurtrier de Vanina avait fait appel de la décision du juge renvoyant leur client devant la cour d’assises. Sa demande […]

Ecrit par Régis Labrousse – le lundi 18 mai 2020 à 14H15

Il y aura bien un procès public dans le sordide meurtre de la jeune Vanina. La chambre de l’instruction a décidé de faire comparaître Ridaï-Mdallah Mari à la barre de la cour d’assises de Saint-Denis. 

L’avocat du meurtrier de Vanina avait fait appel de la décision du juge renvoyant leur client devant la cour d’assises. Sa demande avait été examinée lors d’une audience d’appel le 7 avril dernier pour une décision attendue ce vendredi 15 mai. 

L’avocat de Ridaï-Mdallah Mari avait fait valoir le compte-rendu des experts psychiatriques qui avaient conclu à l’abolition du discernement de Ridaï-Mdallah Mari au moment des faits. 

Vanina avait été mortellement poignardée dans la nuit du 2 au 3 mai 2018. L’étudiante était alors âgée de 20 ans. Les faits s’étaient déroulés à la Convenance à Saint-Marie. 

Le mis en cause, qui a utilisé une arme blanche, avait été interpellé dan un état second. D’abord conduit à l’hôpital avant d’être placé en garde à vue, il avait été ensuite placé en détention provisoire le temps de l’instruction. À l’époque interrogé sur les circonstances de ce meurtre, Eric Tuffery, procureur de la République, le décrira comme étant d’une « grande sauvagerie ».

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.