Revenir à la rubrique : Faits divers

Mathieu Caizergues : les recherches prennent du retard

Le sentier de Roche Plate fait l'objet de travaux de purge cette semaine. Les conditions sont d'autant plus difficiles pour Acropro, la société mandatée par la justice pour retrouver trace du gendarme mystérieusement disparu le 23 juin 2017.

Ecrit par zinfos974 – le lundi 28 juin 2021 à 10H24

Début juin dernier, la société Acropro désignée par la chambre de l’instruction[ pour reprendre les recherches de Mathieu Caizergues]urlblank:https://www.zinfos974.com/Disparition-de-Mathieu-Caizergues-Les-recherches-pour-retrouver-son-corps-reprennent_a169914.html engageait ses équipes dans le rempart du Maïdo.

[La première semaine avait été consacrée aux repérages]urlblank:https://www.zinfos974.com/Recherche-Mathieu-Caizergues-desesperement_a170054.html , avec notamment l’aide d’un hélicoptère, et à la mise en place. Les cordistes ont ensuite pu partir à l’assaut de la falaise. La fouille doit s’étendre sur 800 mètres : une opération périlleuse du fait de la friabilité de la roche à cet endroit. Les recherches ont d’ailleurs pris du retard à cause de la météo.
Les professionnels ne prennent aucun risque et la moindre farine met fin à l’expédition de la journée, ce qui est arrivé plusieurs fois depuis le début des interventions.

[L’équipe d’Acropro]urlblank:https://www.zinfos974.com/Photos-Les-cordistes-recherchent-Mathieu-Caizergues_a170467.html démarre à 6h30 chaque matin du parking du Maïdo avant de faire 30 minutes de marche pour rejoindre l’observatoire. La descente sur les lieux où le gendarme aurait pu tomber il y a quatre ans dure une heure.

Les cordistes passent ensuite chaque buisson au peigne fin, notamment des fougères très présentes dont il faut écarter délicatement chaque feuille. Les chercheurs font de même avec la rocaille. Sous chaque pierre, la possibilité de retrouver une trace du jeune gendarme est prise en compte.

[Ces opérations minutieuses]urlblank:https://www.zinfos974.com/Photos-Caizergues-Les-cordistes-se-lancent-dans-une-difficile-recherche-le-long-du-rempart-du-Maido_a170128.html prennent donc beaucoup de temps. D’autant plus qu’il faut compter une heure trente de remontée sur la terre ferme, les cordistes s’assurant les uns les autres. Encore 45 minutes de marche sont nécessaires pour rejoindre les véhicules.

Cette semaine, le sentier qui mène à Roche Plate fait l’objet d’une purge dans l’objectif d’une réouverture proche. Les cordistes d’Acropro doivent composer avec cette nouvelle donnée.

Le délai de rendu de leurs conclusions à la juge d’instruction en charge du dossier prévu pour début juillet devrait donc être prolongé.

En attendant d’éventuels résultats, les deux accompagnateurs de Mathieu Caizergues restent mis en examen pour « non assistance à personne en danger ». Une mise en examen qui pourrait être annulée si des traces du gendarme étaient retrouvées.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Mort de Dimitri Saugrin : Retournement de situation lors du procès en appel des accusés

Deux cousins sont rejugés pour la mort de Dimitri Saugrin survenue en mai 2019. L’homme avait été abattu devant chez ses parents dans la Cité Cotur au Port. Florent Pomeng avait été condamné à 30 ans de prison alors que John Fruteau de Laclos avait été acquitté des faits d’assassinat. Les accusés ont cette fois-ci été tous les deux reconnus coupables.

Fraude aux municipales à l’Etang-Salé : « Cette manipulation électorale a atteint son objectif »

Le volet pénal des élections municipales de 2020 à l’Etang-Salé s’est à nouveau joué devant la justice ce jeudi. Lors du premier procès à St-Pierre, les cinq personnes poursuivies avaient été relaxées. Le ministère public a requis des peines amende à l’encontre de trois d’entre eux, ceux qui avaient des responsabilités administratives et électorales le jour des faits. La décision de la cour d’appel est tombée ce jeudi 11 avril, les prévenus sont, comme en première instance, relaxés.