Revenir à la rubrique : Politique

Maison de la mer : Les opposants se relaient sur le chantier

Depuis le 27 septembre, des opposants au projet de la maison de la mer à Saint-Leu organisent un “pique-nique à durée indéterminée". Ils se relaient jour et nuit afin de protester contre ce chantier, et notamment l'abattage de trois badamiers.

Ecrit par M.B. – le dimanche 08 octobre 2023 à 06H31
Les opposants au projet occupent le front de mer depuis le 27 septembre

Présents depuis le 27 septembre, les opposants au chantier de la maison de la mer à Saint-Leu ont bien l’intention de faire capoter le projet. Si les premiers coups de pelle n’ont pas encore été donnés, les quelques filaos abattus, les barrières sur le port et le panneau annonçant le projet laissent bien voir que le calme est provisoire.

Face à ce qu’ils qualifient “d’endettement du TCO et de la mairie”, les protestataires veulent montrer que la “majorité de la population est contre”, comme l’affirme Dominique Gamal, président de l’association SOS DPM974.

Si l’association, déjà connue pour ses combats contre les paillotes et de l’Hermitage et le délicat sujet de Planch’Alizé, est en pointe sur ce dossier, les pêcheurs et des riverains font savoir leur opposition au projet.

Nous considérons que ce chantier est illégal

Deux points attirent particulièrement l’attention des militants. “D’abord, il y a ces trois badamiers. Ils sont classés comme arbres remarquables, et donc ils doivent être protégés. Alors qu’on nous avait d’abord annoncé qu’ils seraient coupés, on nous dit maintenant qu’ils vont être déplacés. Où, quand, comment ? C’est flou. Et si c’est flou, c’est qu’on soupçonne qu’ils improvisent au fur-et-à-mesure”, s’agace Dominique Gamel. “Ils ont plus de 40 ans, et sont à préserver car ils longent la voie sur le port”, poursuit l’opposant. Le collectif s’apprête également à déposer un référé-liberté, afin de libérer les arbres des barrières du chantier.

Les trois badamiers visés sont actuellement inclus dans le périmètre du chantier

L’autre interrogation soulevée par les opposants concerne la validité même du chantier. “On s’interroge sur la validité du permis de construire. Il date d’avril 2019, et a été prolongé d’un an en 2022. Or il n’y a pas eu de travaux durant toute cette période, et il aurait dû prendre fin en avril 2023. Le chantier a été lancé en septembre, et ils n’ont toujours pas apporté la preuve qu’à ce moment-là, le permis était toujours valide. Nous considérons que ce chantier est illégal, ce qui est dangereux pour les futurs ouvriers qui ne seront pas assurés”, affirme Dominique Gamel.

Une pétition est laissée à la disposition des passants “et rien que ce matin 70 personnes ont signé”, conclut le président de SOS DPM.

Interrogée, la mairie dément les affirmations des opposants. « Il y a beaucoup de désinformation autour de ce projet. Le TCO ne lancerait pas dans des travaux sans être dans les clous », clame-t-on du côté de la commune.

 

Thèmes : Saint-Leu
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
12 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une deuxième édition réussie pour le Festival de la Participation Citoyenne

Le Festival de la participation citoyenne, qui s’est tenu à Saint-Denis le 13 avril 2024, a réuni plus de 500 personnes autour de divers dispositifs de participation citoyenne, marquant également la clôture du Congrès Océan Indien de l’ANACEJ, avec des activités visant à renforcer la démocratie directe et l’engagement civique des Dionysiens.

Enfants de la Creuse : Bientôt une réparation pour les victimes ?

Alors que la mémoire autour de la déportation de près de 2000 enfants réunionnais vers l’Hexagone entre les années 1960 et 1980 reste douloureuse pour l’île, Karine Lebon a déposé une proposition de loi pour une indemnisation des victimes. La députée demande également l’instauration d’une commission “vérité et réconciliation” pour faire la lumière sur cette période sombre de La Réunion.

Polémique autour de la fresque du lycée de Vincendo : Les politiques se mobilisent

L’œuvre d’art réalisée par Méo sur une façade du lycée de Vincendo à Saint-Joseph a provoqué une polémique à cause d’un élément de la peinture. Le livre sur l’histoire de la France est rayé pour être remplacé par « Zistwar La Rényon ». La direction de l’établissement ne s’est pas directement opposée à la création artistique, mais une commission nationale va se pencher sur le sujet. De nombreux politiciens ont pris la parole en faveur de l’artiste.