Revenir à la rubrique : Santé

Les 4 communes étaient repassées sous le seuil d’alerte avant le couvre-feu…

Olivier Hoarau s'est insurgé après avoir été mis au courant des derniers chiffres du taux d'incidence de sa commune. Le Port était repassé sous le seuil d'alerte du couvre-feu avant même que celui-ci ne soit appliqué. C'est aussi le cas pour les 3 autres villes concernées par cette mesure.

Ecrit par zinfos974 – le mardi 16 février 2021 à 18H38

Un couvre-feu après le pic des contaminations

Le maire du Port, Olivier Hoarau, s’est exprimé après la réunion entre les édiles et le préfet de La Réunion qui s’est tenue ce mardi après-midi dans l’hémicycle du Conseil départemental. Il s’agissait pour le plus haut représentant de l’Etat de faire le point sur l’évolution de l’épidémie de Coronavirus sur notre île. [Il a notamment évoqué la possibilité d’instaurer un couvre-feu dans 3 nouvelles communes]urlblank:https://www.zinfos974.com/Couvre-feu-Les-taux-d-incidence-des-communes-menacees_a166303.html .

Mais le décalage entre la prise d’information des chiffres du Covid et l’application de la mesure a pu créer un malentendu. « Le couvre-feu a pris effet à partir du 12 février. On se rend compte que du 6 au 12 février, les chiffres diminuent. À la veille du couvre-feu, les chiffres avaient baissé ! Les chiffres avaient baissé avant le démarrage du couvre-feu« , s’est exclamé le maire du Port.

Les 4 communes placées sous couvre-feu depuis le 12 février ont en effet vu leur taux d’incidence glisser sous le seuil d’alerte avant même l’instauration de la mesure de restriction des déplacements : 64 pour Le Port, 91 pour La Possession, 48 pour Saint-Leu et 64 pour Saint-Louis. Pour rappel, toutes avaient dépassé les 100 cas pour 100.000 habitants la semaine précédente.

Le taux d’incidence divisé par deux avant le couvre-feu à Saint-Louis

Même interrogation pour Juliana M’Doihoma, maire de Saint-Louis : « Ce qui m’intéresse, c’est de faire en sorte qu’on arrive dans notre commune et comme dans le reste de l’île, d’avoir les bonnes réactions et qu’on prenne les bonnes mesures pour une vraie réconciliation entre la population et les décideurs. »

Elle précise que « le taux baisse de manière très forte mais ça veut dire qu’il y a des variations d’une semaine à une autre, c’est aux scientifiques d’apporter les réponses. On a une décision de couvre-feu qui était basé sur un chiffre de 120 il y a deux semaines et là, on est sur un chiffre avant-couvre-feu qui est à 64 à peu près. Il y a des variations qui sont observées. Il y a certainement des hausses conjoncturelles. Il y a des éclairages qui sont à apporter par les autorités sanitaires. »

Un « temps d’analyse » nécessaire

Le président de l’Association des maires de La Réunion a été interrogé sur les commentaires de ses pairs. Le maire de Petite-Île, Serge Hoareau, a expliqué le processus de mise en place des mesures : « Nous sommes sur des chiffres en décalé. Lorsque le Préfet avait pris la décision, les chiffres étaient ceux de la semaine d’avant, nous ne pouvons pas prendre des décisions au jour le jour puisqu’il faut un temps d’analyse, de remontées des données. Et lorsque les données atteignent un seuil, les décisions sont prises. »

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les cas de coqueluche augmentent en France, comment protéger les nourrissons ?

Face à la recrudescence de la coqueluche en France depuis le début de l’année 2024, la Haute Autorité de santé (HAS) a publié aujourd’hui de nouvelles recommandations vaccinales.
Cette infection respiratoire, hautement contagieuse, a causé la mort de 17 personnes depuis janvier, dont 12 nourrissons âgés d’un à deux mois, un enfant de quatre ans et trois adultes de plus de 85 ans.

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.