Revenir à la rubrique : Politique

Législatives : B.Domen, J.M’Doihoma et M.Hoarau font les comptes du 1er tour

Le trio de maires du Sud-Ouest de La Réunion, Bruno Domen, Juliana M'Doihoma et Mathieu, parlent d'une même voix comme avant le premier tour des élections législatives. Ils livrent leur analyse du scrutin et ont décidé cette fois encore de ne soutenir aucun candidat pour le second tour, tout en évoquant leurs inquiétudes quant à la montée du RN à La Réunion.

Ecrit par N.P. – le mercredi 03 juillet 2024 à 20H00

Une plateforme 2.0 de l’Union de la droite et des centres est en train de se former dans le Sud-Ouest de La Réunion. Bruno Domen, maire de Saint-Leu, Juliana M’Doihoma, maire de Saint-Louis et Mathieu Hoarau, maire de l’Étang-Salé, signent un communiqué de presse où ils abordent les enseignements du premier tour des élections législatives anticipées. Le trio de « jeunes maires » s’était déjà mobilisé durant la campagne pour dénoncer la situation du monde politique réunionnais et pour déclarer qu’ils ne soutiendraient aucun candidat sur la 7e circonscription qui s’étend sur leurs trois communes.

Cette union de « jeunes maires réunionnais » fait maintenant le point sur les résultats du premier tour et tirent les enseignements du scrutin sur l’ensemble de La Réunion. Le trio d’édiles se réjouit notamment de l’élimination des « anciens maires condamnés » sur la 7e circonscription : Thierry Robert et Cyrille Hamilcaro, qualifiés de « fanfarons« . L’ancien maire de St-Louis était soutenu par Jean-Claude Lacouture, ex-édile de L’Étang-Salé, où il n’a obtenu que 377 voix. Pour l’axe Domen-M’Doihoma-Hoarau, c’est la preuve du « déclin politique de Jean-Claude Lacouture« .

Le trio de maires évoque aussi les résultats de la 3e circonscription, où Rémy Bourgogne, ancien militant LFI s’est allié à Monique Bénard. L’habitant de La Rivière Saint-Louis, considéré comme un prétendant au fauteuil de maire, « n’atteint pas sur l’ensemble du territoire riviérois 550 voix« .

Après avoir réglé leurs comptes avec les candidats qui s’étaient engagés dans les Législatives avec en ligne de mire les prochaines Municipales, le trio d’édiles a souhaité s’exprimer la montée du RN à La Réunion. « C’est clairement le signal d’un besoin de refonte en profondeur des appareils politiques classiques« , déclarent-ils avant de présenter leur solution : travailler vers une « transformation des modes d’action politique locale » à travers un « mouvement politique novateur » et pour lequel ils lancent un appel à toutes les bonnes volontées.

Enfin, Bruno Domen, Juliana M’Doihoma et Mathieu Hoarau ne donnent pour le second tour aucune consigne de vote, mais évoquent tout de même des déclarations du RN local qui démontrent « combien certaines idées de ce parti peuvent heurter notre histoire, notre identité et les valeurs de notre-vivre ensemble réunionnais. »

 

Communiqué

 

De la fin d’un cycle à l’amorce d’une nouvelle démarche réunionnaise

Dans la continuité de notre prise de parole commune du 16 juin dernier et dans la lignée de notre position de jeunes maires réunionnais, nous souhaitons aujourd’hui partager notre analyse des résultats du 1er tour de ces élections législatives anticipées sur chacune de nos communes et les leçons que nous en tirons à court et moyen terme.

  • Le rejet des condamnés et des irrespectueux du scrutin législatif

Alors que nous avions nous fait le choix de rester centrés sur le mandat municipal que la population nous a confié en 2020, nous avons abordé ces échéances notamment en dénonçant celles et ceux qui déconsidéraient ce scrutin législatif au point de vouloir le détourner via leurs candidatures à des fins municipales.

A la suite du 1er tour, nous constatons donc avec joie que la grande majorité des électeurs de nos communes ont clairement rejeté dans les urnes les candidat(e)s que nous avions nous-mêmes disqualifiés d’emblée :

  • parce qu’ils s’étaient trompés d’élections,

  • et/ou parce qu’ils avaient déjà été condamnés dans l’exercice de leur mandat.

Les électeurs ont su démasquer ces pratiques d’un autre âge qui oublient l’éthique et la responsabilité. Celles et ceux qui, prétendant(e)s au fauteuil de maire, ont voulu surfer sur cette élection à enjeu majeur pour le pays pour « compter les voix » en vue des prochaines municipales, ont reçu dès le 1er tour une belle claque électorale.

Sur la 7ème, les deux fanfarons – Thierry Robert et Cyrille Hamilcaro – qui espéraient un retour triomphal n’atteignent même pas le 2nd tour. L’offre politique qu’ils représentaient a été soit boudée dans les urnes, soit complètement refusée en générant une part d’abstention considérable.

A Saint-Louis, comme à Saint-Leu, nous avons même constaté – au-delà d’une base électorale qui s’est rétrécie (C. Hamilcaro recueille quasiment 2000 voix de moins qu’au 1er tour des municipales sur le canton de Saint-Louis, tandis que Thierry Robert perd près de 1200 voix entre le 1er tour des législatives de 2017 et celui de 2024 ) – un cercle de soutiens qui s’est réduit à peau de chagrin. En effet, les deux anciens maires candidats à la députation n’ont même pas réussi à trouver assez d’assesseurs pour tenir les bureaux de vote, et cela même en recrutant en dehors de la circonscription…

Autre score notable : celui très faible enregistré à l’Etang-Salé par l’ancien maire (ayant déjà fait l’objet de condamnation) et son équipe qui ont tous pris position pour l’ancien maire de Saint-Louis (condamné lui aussi à plusieurs reprises). Avec uniquement 377 voix en faveur de Cyrille Hamilcaro, le déclin politique de Jean-Claude Lacouture, qui n’est plus audible ni suivi, est désormais acté.

Enfin, sur la 3ème circonscription, dans les bureaux de la Rivière et de Bois de Nèfles Cocos, sans même avoir pris son envol, le candidat suppléant cette fois-ci, Rémy Bourgogne est déjà en perte de vitesse. Après avoir pour ce scrutin fait un grand écart idéologique sur fond de caprice de ne pas avoir été choisi par la France insoumise (une fois de plus) au bénéfice d’Alexis Chaussalet, ce prétendant au fauteuil de maire récolte une centaine de voix de moins qu’en 2022 dans son quartier ( Le Tapage ) et n’atteint pas sur l’ensemble du territoire riviérois 550 voix.

  • Face à la montée du populisme et la menace pour notre vivre ensemble, l’espoir d’une refondation de la politique locale

Par ailleurs, en quittant le terrain de nos communes pour mener une réflexion à l’échelle de notre île, nous prenons acte de cette montée de l’extrême droite dans les urnes. La colère de bon nombre de Réunionnaises et de Réunionnais a pour résultat de propulser au second tour de ces élections législatives anticipées des candidats sans ancrage de proximité mais portant juste l’étiquette du Rassemblement national (RN)

Or, les récentes déclarations du RN local, tendant à nier le symbole du 20 décembre à La Réunion, démontrent si besoin en était, combien certaines idées de ce parti peuvent heurter notre histoire, notre identité et les valeurs de notre-vivre ensemble réunionnais.

Désormais, « crier au loup » ne suffit plus. Il importe pour les responsables nationaux, comme pour les élus locaux que nous sommes, d’entendre avec humilité cette colère persistante d’un nombre considérable d’électeurs et d’en tirer les leçons les plus pertinentes.

Ici à La Réunion, c’est clairement le signal d’un besoin de refonte en profondeur des appareils politiques classiques qui n’ont pas su préparer la relève et qui sont considérés par un trop grand nombre de citoyens comme déconnectés des réalités de leur quotidien.

Certes, nous n’avons pas une grande expérience en politique, mais nous voulons justement en tant que jeunes maires – élus sans l’appui des ténors et en combattant les méthodes du passé – apporter notre pierre à l’édifice de la transformation des modes d’action politique locale.

En ce sens, nous poursuivrons nos échanges avec toutes les bonnes volontés qui se reconnaîtront dans cette démarche de sursaut réunionnais afin de faire émerger collectivement un mouvement politique novateur dans ses idées comme dans ses pratiques.

S’agissant du RDV de ce dimanche 7 juillet, comme au 1er tour, nous n’irons pas vers les consignes de vote infantilisantes qui irritent les électeurs. Nous partagerons simplement notre souhait de voir le plus grand nombre de Réunionnaises et de Réunionnais faire des choix « qui reflètent {leurs} espoirs, plutôt que {leurs} peurs » (Nelson Mandela)

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique