Revenir à la rubrique : Politique

L’économie souterraine dans le viseur d’Annick Girardin

Le point d’étape post-Gilets jaunes exposé ce dimanche matin en préfecture a été l’occasion pour la ministre des Outre-mer d’ouvrir un autre sujet sensible : celui du travail au noir.  La ministre a pris appui sur le rapport du Conseil économique, social et environnemental régional pour développer son argumentation.  « J’ai lu l’intégralité de leur rapport », annonce […]

Ecrit par LG – le dimanche 17 mars 2019 à 17H10

Le point d’étape post-Gilets jaunes exposé ce dimanche matin en préfecture a été l’occasion pour la ministre des Outre-mer d’ouvrir un autre sujet sensible : celui du travail au noir. 

La ministre a pris appui sur le rapport du Conseil économique, social et environnemental régional pour développer son argumentation. 

« J’ai lu l’intégralité de leur rapport », annonce la ministre qui retient les deux priorités édictées par les membres du CESER. « Il y a deux effets sur lesquels il nous faut agir : La baisse des prix et vous avez vu qu’on y travaillait et que ça ne se réglerait pas en trois secondes. On a réussi à faire baisser le Bouclier qualité prix et j’espère faire baisser d’autres tarifs et lutter contre les monopoles », a-t-elle rappelé.

« Se dire un certain nombre de vérités »

Outre la baisse des prix, la synthèse du CESER s’applique à promouvoir la production péi pour favoriser la création d’emplois.

« Produire davantage local, c’est l’essentiel du rapport du CESER. Ça veut dire quoi produire davantage ? Sans doute de meilleurs prix mais ça veut dire aussi de l’emploi. Ce deuxième volet – et c’est la priorité du Président de la République – c’est que l’emploi soit toujours plus payé que les minima sociaux. C’est ça qu’il faut qu’on arrive à faire. Et puis c’est lutter contre tout ce qui est informel dans ce pays, toute l’économie informelle du territoire. Parce qu’elle existe ! Et peut être se dire un certain nombre de vérités sur ces choses. Et moi c’est ce que je veux savoir dans les deux – trois mois qui viennent. Et à partir de là il y aura un certain nombre de décisions qui vont peut être surprendre mais qui deviendront des évidences, et de l’emploi qui pourra se créer », a-t-elle lancé à la fin de sa toute première intervention de ce déplacement sur trois jours à La Réunion.

Ce mardi à Saint-Pierre, la ministre assistera justement à une séquence consacrée à l’emploi lors d’une visite d’une entreprise de production locale.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La grande reporter Mémona Hintermann s’interroge sur une contagion calédonienne

Dans une chronique publiée dans la Dépêche, la Réunionnaise s’interroge sur une possible contagion de la situation en Nouvelle-Calédonie sur les autres territoires ultramarins. L’ancienne membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel dresse un tableau alarmant de la situation des Outre-mer, en taclant au passage le président de la République et les élus locaux.