Revenir à la rubrique : Faits divers

Le Tampon : Au tribunal pour 3 jours de fête pendant Batsiraï

Mathias ne sait écouter la musique que très fort. A l'occasion de son anniversaire en février 2022, le jeune homme a fait la fête dans son appartement malgré l'alerte rouge déclenchée au passage du cylone Batsiraï.

Ecrit par PB – le vendredi 28 avril 2023 à 15H21

Décibels à fond, portes qui claquent, éclats de voix… et cela de jour comme de nuit alors qu’à l’extérieur les rafales de vent et la pluie balayent La Réunion. Mathias semble lui fêter ses 30 ans sur plusieurs jours du 3 au 5 février 2022.
 
Le jeune homme est coutumier des nuisances sonores. Ses voisins avaient déjà porté plainte en décembre 2021. Il avait été condamné à 210H de TIG. 
 
Mais Mathias n’a apparemment pas compris la leçon puisqu’il s’est racheté une enceinte quelques semaines après. 
 
Des faits particulièrement désagréables, pointe la procureure qui rappelle que ce célibataire sans enfant encourt pour ces faits 1 an d’emprisonnement et 15.000 euros d’amende. Sans activité professionnelle, le jeune homme perd la possibilité de devoir régler seulement une amende et 3 mois de sursis sont requis par le parquet. 
 
Un précédent sursis révoqué, Mathias écope finalement en son absence de 3 mois d’emprisonnement délictuel. Sa peine pourra être aménagée. Il devra payer à sa voisine constituée partie civile 500 euros de préjudice moral.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Inéligibilité d’André Thien Ah Koon : Le jugement d’appel confirmé

Une erreur dans le libellé du jugement rendu par la cour d’Appel en mai dernier a permis au maire du Tampon de continuer à exercer ses différents mandats encore quelque temps. Ce jeudi, après avoir évoqué l’affaire en chambre du conseil et à huis clos, la cour a corrigé l’erreur et confirmé l’inéligibilité de l’édile.