Revenir à la rubrique : Blog de Pierrot | Politique

[Le podcast de Pierrot] Jordan Bardella : Cachez ces amis que je ne saurais voir

Pierrot Dupuy revient aujourd'hui sur les arrangements d'arrière-cuisine de l'homme fort du Rassemblement national entre les Européennes et les Législatives.

Ecrit par Pierrot Dupuy – le jeudi 11 juillet 2024 à 17H30

 

« Couvrez ce sein que je ne saurais voir « , faisait dire Molière à Tartuffe. Jordan Bardella semble avoir repris cette citation en l’adaptant légèrement. Ce qui pourrait donner, dans sa bouche : « Cachez ces amis qu’on ne saurait voir« .

A la surprise générale, nous avons appris lundi que Jordan Bardella allait prendre la présidence du groupe « Patriotes pour l’Europe » au Parlement européen.

On pourrait se dire que, à défaut d’avoir obtenu le poste de Premier ministre qu’il convoitait tant, il avait fait le choix de se rabattre sur Bruxelles. Ce qui lui permettra au passage, on l’espère, de mieux connaitre les locaux du Parlement européen, lui qui avait brillé par ses absences lors de la dernière mandature.

Mais ce n’est pas ça qui pose problème.

Le problème, c’est qu’on apprend dans le même temps que cette nomination était décidée depuis un moment déjà mais que la nouvelle n’avait volontairement pas été annoncée entre les deux tours.

Sans doute parce que les deux postes sont incompatibles. Annoncer qu’il acceptait de prendre la présidence d’un groupe au Parlement européen, c’était avouer qu’il savait qu’il n’avait aucune chance de gagner les élections comme il le clamait pourtant au même moment sur tous les plateaux de télévision. Mais aussi parce que cela aurait relancé les soupçons de sympathies pro-russes et aurait révélé la véritable politique de démolition de l’Europe que le RN comptait mettre en œuvre en compagnie de Viktor Orban.

Sans doute aussi que la révélation des noms des futurs amis de Jordan Bardella aurait risqué de faire tache en pleine tentative du Rassemblement national de faire bonne figure. De se normaliser, pour reprendre leur expression.

Pendant que les députés LFI débarquaient dans l’hémicycle habillés de bric et de broc, et encore je suis gentil, pendant qu’ils hurlaient à qui mieux mieux et enchainaient les incidents de séance, les députés RN appliquaient à la lettre les consignes de Marine Le Pen. Ils se faisaient tous remarquer par leurs costumes cravates et par leur retenue. Il fallait se dédiaboliser, essayer de montrer que le RN était devenu un parti fréquentable, presque comme les autres.

Par exemple, pour tenter de faire oublier les amitiés embarrassantes de Marine Le Pen et de nombre de députés RN avec Vladimir Poutine, qui lui avait octroyé un prêt au parti de plusieurs millions et dont elle avait dit à plusieurs reprises qu’elle était une fervente admiratrice, elle avait fait disparaitre du site du RN le livret « Défense » dans lequel elle proposait une « alliance stratégique » avec Moscou et souhaitait la disparition de l’OTAN. Comme par hasard, un des plus grands souhaits de Vladimir Poutine. Apparaitre comme un sous-marin de la Russie complotant contre les intérêts de la France et de l’Europe aurait risqué d’être problématique pour celle qui se définit comme une « patriote ».

Les masques ont commencé à tomber pendant l’entre-deux tours lorsque la presse a révélé le lourd passé antisémite ou homophobe de nombre de candidats d’extrême droite, quand ce n’était pas des condamnations pour prise d’otages. Chassez le naturel, il revient au galop.

Jordan Bardella et Marine Le Pen ont essayé de justifier ces erreurs de casting par le fait qu’ils n’avaient pas eu le temps, en une quinzaine de jours, d’éplucher le CV de chacun des candidats.

Deux remarques, à ce sujet.

Un, c’est oublier que depuis des mois, ils répétaient à l’envi qu’ils étaient prêts en cas de dissolution, que leurs candidats étaient choisis depuis longtemps et qu’ils attendaient avec hâte de retourner devant les électeurs.

Mais surtout, personne ne s’est posé la question de savoir pourquoi autant de cas ont posé problème. Dans tout parti politique, il peut y avoir une brebis galeuse. Allez, peut-être deux. Mais là, on en a recensé plus de 150. C’était bien que le vivier de militants du RN est essentiellement constitué de racistes et d’homophobes. Ce ne sont pas des accidents, c’est la norme.

S’il était besoin d’avoir une preuve supplémentaire, il suffit de s’appuyer sur un autre proverbe : « Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es ».

Quels sont les amis de Jordan Bardella au sein de ce fameux groupe « Les Patriotes pour l’Europe » ?

Commençons par Viktor Orban. Ami très proche de Vladimir Poutine, il a tout fait pour empêcher les aides de l’Europe à l’Ukraine. Et plutôt que de quitter l’UE comme l’ont fait les Britanniques, il a choisi de la saper de l’intérieur. Faisant ainsi le jeu de Poutine qui ne veut pas d’une Europe forte face à lui. Viktor Orban cherche à constituer une minorité de blocage, capable d’empêcher tout approfondissement de l’intégration européenne. Et il veut favoriser une UE réduite à son strict minimum.

A l’insu de ses 26 autres partenaires qu’il est censé représenter en tant que président en exercice du Conseil européen, il s’est rendu à Moscou auprès de Vladimir Poutine, pourtant visé par des sanctions et poursuivi par la justice internationale. Il est ensuite allé voir le Turc Erdogan, et le Chinois Xi, trois dictateurs.

Le premier ministre hongrois comptait sur la victoire du Rassemblement national aux législatives en France pour tuer l’Europe de l’intérieur. Déception. Il table maintenant sur un retour au pouvoir de Donald Trump en novembre aux Etats-Unis. Espérons qu’il sera à nouveau déçu.

Son premier vice-président au sein de ce groupe « Les Patriotes pour l’Europe » est le général italien Roberto Vannacci, du parti politique d’extrême droite la Lega. Fervent admirateur de Mussolini, Roberto Vannacci avait fait parler de lui après la publication d’un texte homophobe et xénophobe.

C’est lui qui par exemple avait déclaré : « Chers homosexuels, vous n’êtes pas normaux. Il faut s’en remettre ! La normalité, c’est l’hétérosexualité. Mais si tout vous semble normal, c’est à cause des intrigues du lobby gay international qui a banni des termes qui, il y a quelques années encore, figuraient dans nos dictionnaires : pédéraste, folle, inverti, tapette, emmanché, fiotte, tafiole, lopette, tarlouze, sodomite — qui sont aujourd’hui susceptibles de vous faire passer devant un tribunal « . Ou alors : « Je pense que l’avortement est une nécessité malheureuse à laquelle les femmes sont obligées de recourir. Je ne crois pas que ce soit un droit. Je suis contre ».

Voilà les amis de Jordan Bardella.

 

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
68 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique