Revenir à la rubrique : Blog de Pierrot | Politique

[Le podcast de Pierrot] Duel à distance Bello/Bareigts : la présidente de Région tire la première

Pierrot Dupuy dédie son podcast du jour à la guerre des gauches entre Ericka Bareigts et Huguette Bello.

Ecrit par Pierrot Dupuy – le mardi 09 juillet 2024 à 16H40

 

Après avoir analysé les jours précédant les résultats des législatives au plan national, revenons un moment à La Réunion.

On aurait pu penser que les bons résultats de la Gauche à La Réunion allaient apaiser le conflit larvé que se livrent Huguette Bello et Éricka Bareigts : six députés sur sept pour la Gauche. Deux pour la Plateforme emmenée par la maire de Saint-Denis et quatre pour le PLR et La France insoumise représentés par la présidente de Région. Seule la 3ème circonscription leur échappe, au profit du Rassemblement national. Beau bilan malgré tout.

Eh bien pas du tout. L’inimitié est si forte qu’à peine les résultats connus, Huguette Bello a de nouveau jeté de l’huile sur le feu lundi matin à l’occasion d’une conférence de presse de bilan.

La présidente de Région s’est en préambule félicitée des résultats obtenus grâce à l’union de la Gauche, union dont elle a appelé à « préserver la cohésion » ainsi que la « solidité du bloc du Nouveau Front Populaire ».

On pouvait se dire que ça partait sur de bonnes bases.

Que nenni. C’était pour mieux regretter que cette union n’ait pas pu se mettre en place dès le premier tour comme elle le souhaitait et dénoncer les partisans de la « différenciation » souhaitée par Ericka Bareigts et ses amis, affirmant que leur stratégie « a échoué », causant même selon ses dires la perte de la troisième circonscription « au profit de l’extrême droite ».

« Ceux qui ont inspiré cette stratégie de la différenciation pour viser un soi-disant rééquilibrage ont ainsi subi un effet boomerang. Ils devront en tirer les conséquences et revenir à la réalité et à plus d’humilité », a conclu la présidente de Région.

Et vlan. Voilà qui est dit.

Un instant plus tard, c’est au tour de Patrick Lebreton d’en rajouter une couche en regrettant également « des trahisons à gauche » et le manque de soutien en faveur de certains candidats du Nouveau Front Populaire dès le premier tour. « La Plateforme réunionnaise [d’Ericka Bareigts, NDLR] avait attaqué Emmeline K/Bidi et Frédéric Maillot au premier tour. Ce piège s’est refermé sur ceux qui ont eu des positions contre-nature », a-t-il affirmé.

Manifestement, la hache de guerre entre Huguette Bello et Patrick Lebreton d’un côté, et Ericka Bareigts de l’autre, est loin d’être enterrée. Et les choses ne risquent pas de s’améliorer au cours des mois qui viennent.

Chaque jour qui passe nous rapprochera de mars 2028, date des futures régionales. C’est à la fois très loin et très proche. Ce n’est un secret pour personne qu’Ericka Bareigts sera candidate à la présidence de la Pyramide inversée et qu’elle affrontera donc directement soit Huguette Bello, soit celui ou celle qu’elle désignera.

Plus on avancera et moins les deux camps retiendront leurs coups. Et plus les dossiers où leurs intérêts respectifs seront en opposition, se multiplieront.

Pour le moment, la majorité régionale tient. Pour combien de temps encore, on ne le sait pas…

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Bilan de mi-mandat : Le terrain pour les rodéos bientôt prêt

S’il reste encore deux ans à Olivier Hoarau pour remplir ses promesses de campagne, certains dossiers continuent leur chemin comme le futur terrain de rodéos à deux-roues, ou le projet de l’Amiral. D’autres, comme la piscine intercommunale, semble encore dans les limbes.

Législatives : Après le chaos, le statu quo

Après une dissolution de l’Assemblée nationale, des élections législatives anticipées, une campagne tumultueuse et une mobilisation record des électeurs, le camp Macroniste s’est de nouveau retrouvé majoritaire lors du vote inaugural de la nouvelle législature. Yaël Braun-Pivet, protégée d’Emmanuel Macron, reprend sa place au perchoir de l’Assemblée nationale et prouve que malgré le séisme électoral, les plaques tectoniques de la politique française n’ont en fait pas vraiment bougé.