Revenir à la rubrique : Société

Le parc zoologique prend la direction du Sud

Il n’y aura pas de tigres, de félins, d’oiseaux sur la partie Est du parc du Colosse. Le conseil municipal n’a pas souhaité accueillir le projet de parc zoologique à Saint-André. Bernard Gougache et ses partenaires espèrent trouver du foncier et un meilleur accueil dans le Sud.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le mardi 07 octobre 2008 à 06H52

Eric Fruteau, maire et conseiller général de Saint-André, a dit non au projet du parc zoologique du Colosse. “Nous n’avons pas eu suffisamment de garanties sur le partenaire financier, la maîtrise foncière n’est pas faite au jour d’aujourd’hui”.
“Et je pense que dans ce genre de projet pharaonique, il est nécessaire de ne pas se précipiter et de prendre son temps. Je pense que la priorité pour les Saint-Andréens, c’est l’amélioration du cadre de vie”.
“C’est pour cela que nous disons que le zoo ne se fera pas au Colosse”, a expliqué Eric Fruteau.
Ces réponses, Bernard Gougache les a lues dans les journaux et entendu à la radio. “Je n’ai pas encore de réponse officielle”. Le promoteur du parc zoologique au Colosse a souhaité apporter quelques éclaircissements sur son projet.
“D’une part, la municipalité savait qu’on ne pouvait avancer sans son accord. Les banquiers ne finaliseront pas la partie financière, tant qu’on n’a pas l’accord d’une commune”.
“Par rapport au foncier, on n’avait pas besoin des quinze hectares dès le départ. Ce qui était indispensable, c’était les cinq hectares, la municipalité avait deux ans et demi pour s’approprier les dix autres hectares. C’était faisable”.
“Car, nous avions déjà un avis favorable de la part de l’ancienne municipalité. La nouvelle équipe municipale a changé la donne, tant pis. Le seul préjudice pour nous, ce sont les sept mois perdus”.
Bernard Gougache a déjà entamé des démarches avec deux nouvelles municipalités. “Le parc zoologique se fera sans doute de l’autre côté du département, mais je ne peux pas vous dire dans quelle ville puisque nous sommes en discussion”.
« De l’autre côté du département« , il faut comprendre que le parc zoologique se fera dans le Sud. Nous avons donc appelé la municipalité saint-pierroise pour savoir s’il y avait des négociations. “Ce projet devrait se faire dans la ville d’à côté”. A moins d’un revirement de situation, Le Tampon est l’une des deux communes avec lesquelles, Bernard Gougache et ses partenaires ont commencé la quête de foncier.
Les échanges vont se poursuivre d’ici une dizaine de jours.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Salon VivaTech – Maya Césari : « On est le seul stand de cette dimension des départements d’Outre-mer »

Le salon VivaTech, plus grand événement européen dédié aux start-ups, bat son plein à Paris. Au milieu des géants des hautes technologies, une petite dizaine de start-ups péi sont prêtes à démontrer le talent local. Cette délégation a été sélectionnée par la Région Réunion pour représenter les innovations de l’île. Maya Césari, conseillère régionale responsable de l’innovation et de la croissance bleue, explique pourquoi elle a tenu à cette présence réunionnaise.

Salon VivaTech : « La Réunion a sa place dans cet écosystème »

Hanifah Locate, directrice de la recherche et de l’innovation à la Région Réunion, s’est rendue au salon VivaTech à Paris. Elle accompagne une dizaine de start-ups qui sont venues présenter leurs produits et affirmer la volonté régionale d’être un futur hub pour l’innovation.

Bouteille de gaz à 15 euros : La Région va prolonger le dispositif jusqu’à la fin de l’année

Les élus de la commission permanente de la Région ont voté ce vendredi une enveloppe supplémentaire de 1,5 million d’euros afin de garantir le dispositif de plafonnement du prix la bonbonne de gaz à 15 euros jusqu’au mois prochain. Si Huguette Bello appelle les pétroliers à une participation à cet effort de solidarité, la présidente de la Région va proposer le vote d’un budget supplémentaire afin de garantir le dispositif jusqu’à fin 2024.