Revenir à la rubrique : Politique

?? Le budget de la Région validé, l’opposition déplore un « manque d’ambitions »

Réunis ce vendredi en session plénière, les conseillers régionaux ont voté à la majorité de [le budget de la collectivité]urlblank:https://www.zinfos974.com/%E2%96%B6%EF%B8%8F-Region-Un-budget-2019-construit-pour-repondre-a-l-urgence-sociale_a138852.html , d’un montant de 1 057 399 545 €. La majorité a voté pour, le groupe Le Rassemblement a voté contre et les élus du Progrès 974 se sont abstenus. En guise d’introduction, le président […]

Ecrit par zinfos974 – le vendredi 29 mars 2019 à 18H06

Réunis ce vendredi en session plénière, les conseillers régionaux ont voté à la majorité de [le budget de la collectivité]urlblank:https://www.zinfos974.com/%E2%96%B6%EF%B8%8F-Region-Un-budget-2019-construit-pour-repondre-a-l-urgence-sociale_a138852.html , d’un montant de 1 057 399 545 €. La majorité a voté pour, le groupe Le Rassemblement a voté contre et les élus du Progrès 974 se sont abstenus.

En guise d’introduction, le président de la Région, Didier Robert, a rappelé que pour la quatrième année consécutive, le budget de la collectivité dépassait le milliard d’euros, avec une part importante dédiée à l’investissement, soit 570 millions d’euros « ce qui représente 54% du budget global », tient-il à rappeler. Le montant alloué à au chantier de la NRL, avoisinant les 240 millions, sera moins important en 2019 par rapport à 2018.

En revanche, d’autres programmes vont bénéficier de plus de crédits supplémentaires comme les transports collectifs, dont le projet Run Rail, et près de 70 millions d’euros seront consacrés à la réhabilitation des lycées. « Les arbitrages opérés permettent de présenter un budget offensif, avec une épargne brute 120 millions contre 127 en 2018. Cela s’explique par des engagements plus importants, notamment dans le social, et mieux tenir compte difficultés Réunionnais », explique le locataire de la Pyramide inversée.

« Faux » lui répond Huguette Bello, qui reproche à l’actuelle mandature un « manque d’anticipation » ainsi qu’une « pauvreté » des propositions faites par la Région suite à la crise sociale de fin 2018. « J’entends les avis dithyrambiques des commissions. Mais pour nous, les 7 piliers de la mandature sont obsolètes et ne correspondent pas aux attentes des Réunionnais, vu que vous avez été obligé de revoir vos orientations budgétaires », relève Mme Bello. « Le compte n’y est pas », ajoute-t-elle. « De nombreuses questions restent sans réponses. Quelles seront les modalités mises en oeuvre pour la production locale ou pour les marchandises. Quelles sont grandes lignes modifications de l’octroi de mer ? », s’interroge-t-elle.

Son collègue de l’opposition, Joé Bédier, dénonce le « manque d’ambitions » de la collectivité régionale pour la micro-région Est, qui n’a « pas bénéficié de politique de rééquilibrage ». Il estime par ailleurs que le document budgétaire présenté ce jour « est loin de refléter la situation réelle ».

Un avis partagé par Olivier Hoarau. Le maire du Port qualifie les documents présentés comme un « naufrage ». « On vous a entendu dire que 350 millions allaient être dédiés à l’aide à l’économie. La mobilisation des 40 millions d’euros que vous annoncez pour la prise en charge du fret ne le sont pas encore car vous renvoyez l’équilibre de ce budget à une décision de la Commission européenne », regrette l’opposant. 

 

À l’occasion de cette séance plénière, les élus ont débattu de la nouvelle programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Pour rappel, la première PPE de La Réunion a été approuvée par décret le 12 avril 2017. Cette nouvelle PPE vise à donner une vision d’ensemble du système énergétique sur les plans de la demande, de la trajectoire du mix énergétique et des infrastructures correspondantes, mais également, à donner un cadre à l’intervention de l’Etat et de la Région et en particulier, aux appels d’offres dans le domaine des énergies renouvelables. La collectivité régionale planche sur un objectif de réduction de 8% de la consommation d’électricité en 2028.

La Pyramide inversée souhaite dans le même temps augmenter significativement la part modale de transports en commun (de 11 % en 2023 puis 14 % en 2028) et baisser la consommation des énergies fossiles du transport routier (10 % en 2023 et 23 % en 2028). Les précisions de Didier Robert:

 

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La grande reporter Mémona Hintermann s’interroge sur une contagion calédonienne

Dans une chronique publiée dans la Dépêche, la Réunionnaise s’interroge sur une possible contagion de la situation en Nouvelle-Calédonie sur les autres territoires ultramarins. L’ancienne membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel dresse un tableau alarmant de la situation des Outre-mer, en taclant au passage le président de la République et les élus locaux.