Revenir à la rubrique : International | Société

Le 2e RPIMA forme l’armée du Mozambique à la demande de l’Union européenne

Les parachutistes du 2e RPIMA basés à Saint-Pierre ont participé le mois dernier à une nouvelle mission d'entraînement au Mozambique, à la demande de l'Union européenne, afin de former l'armée locale. La région du Cabo Delgado, située dans le nord du pays, est secouée par des conflits armés et d'importants mouvements de population en lien avec l'installation du projet gazier du géant français TotalEnergies.

Ecrit par Thierry Lauret – le vendredi 08 mars 2024 à 07H19

C’est presque devenu une routine désormais : début février, une dizaine de parachutistes du 2e RPIMA ont été envoyés en mission au camp de Katembé, dans la région de la capitale Maputo, afin de former des militaires mozambicains. Un partenariat instauré dans le cadre de l’EUTM (European union mission training in Mozambique), une mission financée par l’Union européenne dans le but affiché d’aider l’armée du Mozambique à combattre les bandes armées impliquées dans de nombreuses attaques de villages au Cabo Delgado, dans le nord du pays.

C’est dans cette région qu’en mars 2021, l’attaque sanglante de la ville de Palma par des hommes armés avait contraint le groupe Total à stopper son projet gazier pour raison de force majeure, conduisant l’Union européenne à intervenir pour protéger les intérêts du géant énergétique français. La reprise des activités de Total en toute discrétion l’an dernier s’est accompagnée d’une recrudescence des attaques de villages, comme le rapportait récemment le quotidien Le Monde.

C’est dans ce contexte de poudrière qu’une dizaine de parachutistes basés à Saint-Pierre, choisis pour leurs qualifications de moniteur ou d’inspecteur, ont animé des missions d’entraînement dans les domaines du tir de combat, du secourisme, du contre-IED (explosifs non-conventionnels) et de la réaction aux embuscades.

« Cela peut correspondre aux situations que les militaires du Mozambique rencontrent sur le terrain, mais c’est surtout la base de formation que tous les combattants des armées du monde reçoivent », indiquent les FAZSOI (Forces armées dans la zone-sud de l’océan Indien), en précisant que les modules de formation correspondent aux souhaits formulés par le Mozambique.

Toujours selon les FAZSOI, la mission du 2e Régiment de parachutistes a coïncidé avec la livraison «  d’un stock important de matériels et de véhicules financés par l’Europe », ce qui a permis de faciliter leur appréhension par les militaires mozambicains.

La prochaine mission d’entraînement du 2è RPIMA au Mozambique se déroulera du 8 au 26 juillet et rien n’indique que le contexte se sera apaisé dans le pays d’ici-là. Selon l’organisation intergouvernementale IOM (International Organization for Migration), 81.721 personnes ont été déplacées dans la région du Cabo Delgado entre le 22 décembre 2023 et le 28 février 2024, en raison des attaques armées ou de la crainte qu’elles suscitent dans la population.

Le mois dernier, le média local Zitamar, spécialisé sur l’actualité du Cabo Delgado, a relaté des exactions allant jusqu’aux meurtres commis par la marine nationale, des accusations rejetées en bloc par un porte-parole de l’armée mozambicaine.

Thèmes : FAZSOI | Mozambique
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique