Revenir à la rubrique : Santé

L’ARS au diapason dans la lutte contre le tabagisme

À l’approche de la journée mondiale sans tabac et suite aux derniers chiffres annonçant que le tabagisme repart à la hausse en France, l’ARS de La Réunion tient à faire le point. En 2015, 11,6% des décès enregistrés dans l’île étaient liés au tabac. L’ARS rappelle donc les dispositifs pour la prévention et le sevrage du tabagisme.

Ecrit par – le vendredi 28 mai 2021 à 16H47

Le communiqué:
 

Au diapason avec la campagne de l’OMS, La Réunion relève le défi des environnements propices à l’arrêt du tabac
 

À La Réunion, 25% des personnes âgées de 15 à 75 ans fument du tabac quotidiennement et plus de la moitié sont des gros fumeurs.
Or, le tabac est un facteur de risque avéré pour 17 cancers, mais aussi diverses maladies cardiovasculaires et respiratoires chroniques. Le tabac reste le produit psychoactif causant le plus de décès évitables avec 75 000 décès/an qui lui sont attribués en France.

Par ailleurs, si le tabagisme quotidien avait tendance à diminuer ces dernières années, la crise du Covid19 semble l’avoir fait repartir à la hausse.

À l’approche de la journée mondiale sans tabac portée le 31 mai par l’OMS, l’Agence Régionale de Santé La Réunion et l’association SAOME souhaitent informer et sensibiliser la population sur les effets nocifs et mortels du tabagisme actif et passif.

Le tabac : un enjeu de santé publique à La Réunion

Situation du tabagisme à La Réunion

À La Réunion, 25% des 15 à 75 ans fument du tabac quotidiennement et plus de la moitié sont des gros fumeurs.

À La Réunion, 580 décès ont été attribués au tabagisme en 2015 soit 11,6% des décès enregistrés dans l’année, parmi lesquels :

  • 52% liés à des cancers
  • 24% à des pathologies cardiovasculaires
  • 17% à des affections respiratoires chroniques

L’impact du tabac sur la santé

  • Le tabac est un facteur de risque avéré pour 17 cancers (poumon, gorge, bouche, lèvres, pancréas, reins, vessie, utérus…), et diverses maladies cardio-vasculaires (infarctus du myocarde, AVC , hypertension artérielle…), ou respiratoires chroniques (BPCO)…
  • Pour la plupart des patients d’hospitalisés ou ayant une affection longue durée, le maintien du tabagisme est facteur de sur-risques opératoires, d’effets indésirables renforcés des traitements et plus globalement de dégradation du pronostic ou de la qualité de vie.
  • Une grossesse avec maintien du tabagisme signifie plus de risques de fausses couches, d’accouchements prématurés et de retard de croissance du fœtus. 

La lutte contre le tabagisme : une priorité

La nouvelle stratégie décennale de lutte contre les cancers 2021-2030 insiste sur la nécessité de réduire le tabagisme.

Depuis 2018, l’Agence Régionale de Santé de La Réunion a retenu la lutte contre le tabagisme comme une priorité, et engagé un programme régional de réduction du tabagisme (P2RT) en mobilisant les différents acteurs. L’ARS poursuit deux objectifs principaux :

  • Protéger les enfants et éviter l’entrée dans le tabagisme
  • Encourager et accompagner les fumeurs vers le sevrage

De nombreuses actions ont déjà été développées et ont commencé à produire leurs effets.

Le dispositif Lib’ Sans tabac propose d’aider les professionnels de santé libéraux qui souhaitent accompagner leurs patients fumeurs. Grâce à cette dynamique, le sevrage tabagique est rendu plus accessible, dans une démarche de parcours coordonné.

Le #MoisSansTabac mise sur un élan collectif en incitant les fumeurs à arrêter tous ensemble pendant un mois, en novembre, chaque année.
Dans un même esprit collectif, la dynamique des Lieux Sans Tabac (LST) se déploie à La Réunion. Cette démarche initiée historiquement dans les établissements de santé vise à offrir un environnement sans tabac ou avec des zones fumeurs circonscrites, en ayant une démarche active de prévention et d’accompagnement à la réduction du tabagisme auprès des patients, des salariés et du public.

L’ARS La Réunion a missionné SAOME pour venir en appui des structures qui voudraient se lancer dans cette dynamique collective. 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Réunion face au cancer : Une étude révèle des disparités de survie avec l’Hexagone

La première étude sur la survie des personnes atteintes de cancer à La Réunion entre 2008 et 2018 révèle des disparités significatives de survie entre les différents cancers, mais également entre La Réunion et la France hexagonale. Cette étude met en lumière l’impact de facteurs socio-économiques sur les causes de la maladie et la nécessité d’adapter les stratégies de lutte contre le cancer au contexte local.

Épidémie de Leptospirose : Circulation à un niveau élevé

Santé Publique France océan Indien fait le point sur les circulations virales en cours à La Réunion. L’épidémie de Leptospirose a atteint un niveau plus élevé que les années précédentes. Une personne diagnostiquée est décédée, mais les autorités ne peuvent pas confirmer un lien entre le décès et la maladie bactérienne.

Un quart des élèves réunionnais de 6e sont en surcharge pondérale

À l’occasion de la Journée mondiale de l’obésité le 4 mars prochain, L’ARS et l’académie de La Réunion ont mené une étude conjointe sur la corpulence des enfants en classe de 6ᵉ. Sur 1.700 élèves, presque un quart d’entre eux sont déjà concernés par le surpoids.