Revenir à la rubrique : Société

Jeux de hasard : Un millionnaire réunionnais toujours perdu dans la nature

La Française des Jeux annonce être toujours à la recherche du Réunionnais qui a remporté un million d'euros à un de ses jeux de hasard. Ce gagnant a jusqu'au 1er décembre pour se faire connaître.

Ecrit par N.P. – le lundi 27 novembre 2023 à 14H48
Illustration de billets de banque

Communiqué de la Française des Jeux

FDJ recherche, jusqu’au vendredi 1er décembre à 23h59, le joueur ayant validé son reçu de jeu Euromillions – My Million à la Réunion (974) pour le tirage du mardi 3 octobre et qui a remporté un million d’euros par tirage au sort.

Code gagnant : MV2492574

Le gagnant, s’il se reconnaît, peut appeler le service clients de FDJ au 09 69 36 60 60, qui le mettra en contact avec les équipes Accompagnement et Expérience Gagnants.

Pour rappel, My Million est un jeu associé à Euromillions, qui garantit un gagnant à un million d’euros en France à chaque tirage (le mardi et le vendredi). Toutes les combinaisons jouées en France se voient automatiquement attribuer un code My Million (deux lettres et sept chiffres). Le jeu My Million prévoit le tirage au sort d’un code gagnant parmi l’ensemble des codes attribués en France.

Les jeux d’argent et de hasard peuvent être dangereux : pertes d’argent, conflits familiaux, addiction… Retrouvez nos conseils sur joueurs-info-service.fr (09 74 75 13 13 – appel non surtaxé)

 

Thèmes : Argent | Jeux d'argent
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
chasseur de prime
3 mois il y a

est ce qu’il y a une prime si on le retrouve ?

Chris
Répondre à  chasseur de prime
3 mois il y a

LOL. On a dit pas délation en France 🙂

Kayam
3 mois il y a

Si y trouv pa le gagnant égaré… la Française des Jeux y gainy pa donn inpé Le Quotidien ? Persone pou fé in kourié pou sov le journal ? Pa kapab lé mor san esayé !

Amoin
3 mois il y a

Je crois avoir le billet mais je ne veux pas être riche tout simplement.
Inutile de fantasmer sur cette histoire

Didi
Répondre à  Amoin
3 mois il y a

Pourquoi jouer alors ?

jean claude
3 mois il y a

Je n’en veux pas, c’est trop de problèmes, je le donne à qui le veut…

Lulu
3 mois il y a

si cela se trouve la personne la personne i gagne pas lire……!

Grangaga
3 mois il y a

Zé rodé, zé rodé par’tou zé nè pa trouvé…
Konm’ K.M déssi z’info, po lo p’ti mo… »dou », mwin la anvoy’ll’ Kayam…

Kayam
Répondre à  Grangaga
3 mois il y a

Bane ti mo dou yadousi é détrwa ti biyé dou en pliss, en l’€ ou en mo yaranz enkor mié !
Zournalis Le Quotidien… y paré sak y rod y trouv… envoy kourié la té !

Etheve
3 mois il y a

Faut arrêter cette pub pour un jeu ou lon a pratiquement aucune chance de gagner…le ticket a certainement été perdu…

Dans la même rubrique

Un diagnostic global du Sport à La Réunion pour façonner demain

La Conférence régionale du sport va lancer ses ateliers de concertation afin d’aboutir à un diagnostic général du sport à La Réunion et d’adopter un Projet sportif territorial (PST). C’est pourquoi tous les acteurs gravitant autour du monde du sport sont invités à venir donner leur avis pour préparer au mieux l’île à la pratique sportive de demain.

La Plus Fashion Week fait son show à l’hôtel Créolia

La première édition de La Plus Fashion Week océan Indien organisé par l’association Ô Cœur des Femmes, s’est tenu hier soir à l’hôtel Excel Créolia à Saint-Denis. Un show de trois heures, mélange de catwalk de collections et de tableaux artistiques qui ont ravi un public nombreux venu apprécier la diversité des mannequins et le professionnalisme des organisateurs.

Après vingt ans de conflit, l’élevage bovin de la famille Bègue pourrait être régularisé

Entre nécessité de préservation de l’environnement d’un côté, et appel à la défense d’une activité pastorale de l’autre, le débat sur l’élevage bovin de la famille Bègue, dans le fond de la rivière de l’Est, symbolise les fortes tensions entre autorités de tutelle et agriculteurs installés dans le cœur du Parc national. Après un an de médiation avec l’ONF, le Département, le Parc national et la Daaf, la possibilité d’un règlement à l’amiable, par le biais de la signature d’une convention d’occupation temporaire, semble être envisagée. Même si le Parc national, échaudé, requiert de solides garanties, notamment en matière de lutte contre les espèces exotiques invasives.