Revenir à la rubrique : Economie

Innovation: Des « copofibres » pour faire pousser les plantes péi

La société Copibois et le pôle de compétitivité Qualitrop ont mis au point et déposé le brevet pour l’élaboration d’un substrat de culture baptisé Copofibre.  L’idée, qui consiste à utiliser les copeaux de bois pour faire pousser les plantes péi, vient de Mathieu de Palmas, directeur de Copobois: « L’objectif est de valoriser les déchets naturels […]

Ecrit par zinfos974 – le vendredi 24 juillet 2015 à 10H44

La société Copibois et le pôle de compétitivité Qualitrop ont mis au point et déposé le brevet pour l’élaboration d’un substrat de culture baptisé Copofibre. 

L’idée, qui consiste à utiliser les copeaux de bois pour faire pousser les plantes péi, vient de Mathieu de Palmas, directeur de Copobois: « L’objectif est de valoriser les déchets naturels et les ré-usinant afin de produire un substrat qui servira d’engrais pour les plantes ».

« En effet, la plupart de celles que nous achetons, tout comme les légumes de la majorité des productions maraichères, ne poussent plus dans la terre mais dans du « substrat » », explique-t-il. 

Comment ça marche ? Les sous-produits de sciage sont travaillés mécaniquement « afin de tirer le meilleur parti de la fibre du bois« . Il sont ensuite mélangés avec de la tourbe suivant différentes modalités testées par le centre technique l’Armeflhor, partenaire du projet.

« Un marché prometteur »

La dernière formule identifiée comme « aussi performante que de la tourbe pure » est désormais sur le marché et disponible pour une utilisation professionnelle en horticulture ou maraîchage.

L’analyse des réactions aux engrais organiques (puisque le minéral est aujourd’hui massivement utilisé), le développement  d’un format pour le grand public ou encore peut-être le développement d’un substrat sans tourbe sont désormais les prochains objectifs. Des études sont en cours.

Il a fallu 4 années à Mathieu de Palmas pour mettre au point le produit, mais « les perspectives sont intéressantes » selon lui. Il cible 30% du marché réunionnais des horticulteurs professionnels dans un premier temps, ce qui représente environ 3,5 millions de pots de 3 litres, soit la production de 600 tonnes de substrat local par an sur les 1.800 tonnes de tourbes importées.

Maurice et Madagascar sont dores et déjà dans le viseur de Copobois, et dans un second temps « l’immense marché du maraichage » (qui recourt également au substrat) mais aussi celui des particuliers.

 

Innovation: Des

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« L’octroi de mer : c’est n’importe quoi ! » selon l’UCOR

L’Union des Consommateurs de La Réunion (UCOR) publie une lettre ouverte critiquant l’octroi de mer pour son impact sur le coût de la vie et exige sa suppression immédiate, ainsi que le financement des communes et de la région par l’État, pour protéger le pouvoir d’achat des Réunionnais.

Dérogation pour les produits de construction : « Une victoire écologique et sociale » pour Gaillard et Ratenon

Dans un communiqué, les députés Jean Hugues Ratenon et Perceval Gaillard saluent la décision du Parlement européen d’autoriser La Réunion et les autres territoires ultramarins à importer des produits de construction de pays tiers sans marquage CE. Une mesure permettant de réduire les coûts pour les entreprises et les consommateurs, tout en réduisant l’impact écologique associé au transport.

La CRC épingle la SAPHIR sur la gestion durable de l’eau

La Chambre régionale des comptes de La Réunion a publié son rapport d’observations définitives sur la société d’aménagement des périmètres hydroagricoles de La Réunion (SAPHIR), après son premier contrôle initié en février 2023. Le rapport, qui a finalisé ses observations en octobre 2023, critique les pratiques actuelles de SAPHIR, soulignant sa dépendance financière aux ventes d’eau et ses modalités d’action qui ne s’inscrivent pas pleinement dans une gestion durable de l’eau.