Revenir à la rubrique : Faits divers

Harcèlement, violences et viol : Hosman Gangate reste en détention

La partie est perdue pour Hosman Gangate qui reste incarcéré pour la suite des investigations dans le cadre de l'enquête pour harcèlement, violences psychiques et sexuelles et viol ouverte en février dernier. Quatre de ses compagnes sont restées constantes dans leur déclarations qui accablent le directeur de la Ligue réunionnaise de football.

Ecrit par 2181159 – le mercredi 26 avril 2023 à 13H14

Même si pour l’heure la partie est aujourd’hui perdue pour Hosman Gangate, elle n’est que remise pour ses avocats qui ne vont  vraisemblablement pas baisser les bras et tenter dans les prochains mois de faire en sorte que leur client sorte de détention. Ce mercredi, les magistrats de la chambre de l’instruction ont rejeté la demande de placement sous contrôle judiciaire du directeur technique de la Ligue de foot réunionnaise. 

Les risques de pression largement évoqués lors de l’audience publique de ce mardi ont convaincu les juges de la rue Juliette Dodu de laisser le quinquagénaire, accusé de harcèlement, de nombreuses violences aussi bien physiques que psychiques et de viol, derrière les barreaux. Quatre de ses compagnes, dont deux sont les mères de ses enfants, ont porté plainte. Deux d’entre elles se sont pour l’instant portées partie civile.

Hosman Gangate est décrit comme un homme violent, accro au sexe et à l’alcool, qui inspire la crainte et cultive une forme d’emprise sur celles qui ont partagé sa vie, leur faisant vivre un « calvaire » et n’hésitant pas à diffuser des images intimes au sein de son réseau pour les humilier.  Mais pas toutes selon ses avocats qui brossent le portrait d’un homme intelligent qui réfute tout ce qui lui est reproché.
Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Professeur d’aïkibudo accusé de viol sur un élève mineur : La défense pourrait plaider l’acquittement

Alain T., 63 ans, accusé d’avoir violé un adolescent de 16 ans, évoque une relation amoureuse alors qu’il est également poursuivi pour avoir agressé sexuellement un autre mineur invité à dormir à son domicile. Le sexagénaire a déjà été condamné en métropole pour des faits similaires. Mais son avocat avance qu’il pourrait plaider l’acquittement au motif que les victimes qui fréquentaient les sites de rencontre ont sollicité son client.

Indemnités de logement : Didier Robert pourrait ne pas être poursuivi

Didier Robert, ancien président de la Région Réunion, reste sous enquête pour des indemnités de résidence perçues entre 2016 et 2019, potentiellement supérieures à son loyer. Après une condamnation en 2021 pour abus de biens sociaux, l’étude de son dossier est toujours en cours. Son avocat conteste les évaluations financières de la Chambre régionale des comptes.

Le président de l’Ordre des médecins accusé de violences par son ex-compagne

Actuel président de l’Ordre des médecins, le docteur Benjamin Dusang fait l’objet d’accusations de violences de la part de son ex-compagne Lise François, elle-même médecin. Alors que le renouvellement des membres de l’Ordre est prévu le 21 juin, Lise François a vu sa candidature à l’élection indirectement refusée : le dossier de son binôme, le Dr Ramou Anandanadaradja, a été jugé irrecevable et rejeté par le Conseil départemental de l’Ordre des médecins. Le docteur Anandanadaradja conteste son éviction du scrutin ce jeudi 20 juin devant le tribunal administratif de Saint-Denis.

Saint-Denis : Des policiers tirent sur un chauffard en fuite

Vers minuit ce lundi soir, un équipage de la police nationale a dû se lancer dans une course poursuite dans les rues du chef-lieu pour tenter d’interpeller un conducteur qui roulait à vive-allure. Une autre patrouille, déjà en intervention, a failli être renversée, forçant les agents à faire usage de leurs armes. Finalement, le chauffard a été arrêté à son domicile plus tard dans la soirée.