Revenir à la rubrique : Economie

Groupe Caillé : Pas de repreneur pour la société Cadis

  Au tribunal de commerce, la matinée était consacrée à l’étude des reprises des sociétés du groupe Caillé placées en redressement judiciaire. La branche, location et moto était au centre des débats dans la salle d’audience. Si toutes ont eu des offres de reprises de la part de groupes tels que Hayot, Georges Michel ou […]

Ecrit par – le mardi 13 septembre 2011 à 13H59

 

Au tribunal de commerce, la matinée était consacrée à l’étude des reprises des sociétés du groupe Caillé placées en redressement judiciaire. La branche, location et moto était au centre des débats dans la salle d’audience. Si toutes ont eu des offres de reprises de la part de groupes tels que Hayot, Georges Michel ou encore la Sogécore, la société Cadis (Caillé distribution) spécialisée dans les pièces détachées n’a pas trouvé de repreneur.

Conséquence, les 23 employés de la société risquent dans les prochaines semaines un licenciement. L’ex PDG du groupe, François Caillé, n’a pas souhaité faire de commentaire.

Le groupe Caillé est dans l’attente de la validation d’un plan de sauvegarde pour l’apurement de ses dettes, estimées à 221 millions d’euros, sur une durée de 10 ans. Un plan actuellement examiné au tribunal de commerce de Saint-Denis. Une réponse négative et le tribunal pourrait placer le groupe en redressement judiciaire, voire en liquidation.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Trois offres de rachat pour Le Quotidien de La Réunion

L’imprimeur Alfred Chane-Pane, le président du JIR, Jacques Tillier, et le patron de presse hexagonale Henri Nijdam sont les trois candidats à la reprise du Quotidien de La Réunion, placé en liquidation judiciaire depuis le 4 octobre. Aucun des repreneurs potentiels ne s’engage à conserver les journalistes, même si tous prévoient d’en réembaucher un certain nombre après leur licenciement.