Revenir à la rubrique : Société

Frissons et vengeances : Événements inexpliqués au cimetière de l’Est

Les traditionnelles gerbes de fleurs viendront fleurir les tombes des disparus, ce lundi, date de la Toussaint. Dominique, lui, s'occupe de ces lieux de recueil tout au long de l’année, au cimetière de l'Est à Saint-Denis. L’ancien fossoyeur se souvient de quelques événements mystérieux survenus sur ce site...

Ecrit par zinfos974 – le dimanche 31 octobre 2021 à 17H04

S’occuper des allées du cimetière de l’Est à Saint-Denis, accueillir les familles des défunts, veiller à l’entretien général des lieux de sépulture, c’est le quotidien de Dominique, ancien fossoyeur, aujourd’hui chef d’équipe. En 23 ans à la tâche, il a vu les allées se peupler et les histoires étranges se succéder. “Quand nous sorte un peu tard, nous sent n’a des présences« , affirme l’ancien fossoyeur…
 

Trois blessés pour un enterrement

Parmi les événements qui ont le plus marqué Dominique : un enterrement sanglant. Durant la cérémonie, le gendre de la défunte a perdu des doigts. “Mi souviens, c’était un vendredi. Le genre l’a eu trois doigts coupés, sa femme et ses enfants l’a tombe à terre coté la tombe, comme si n’avait l’esprit. Arrivé dehors, la femme la tombe su le trottoir, l’a perce un trou dans la tête ».

Une proche présente à l’enterrement lui aurait alors confié : “Zot l’a fait passé le martyre à la maman. Le jour là, l’a tape à zot »...

L’homme enterré vivant

Des événements étranges ? Il en a aussi entendu plusieurs, comme celle contée par un ami, sur un homme probablement enterré avant l’heure :

Y doit remont’ aux années 1970. Dix ans après avoir mis un corps, quand les fossoyeurs l’a rouv’ le caveau pour met un nouveau corps dan’ un caveau, zot la trouv’ un squelette, assis devant la porte. Sûrement li té encore vivant quand l’a enterre a li. Li l’a dû essay’ sortir, mais li n’avait aucune chance…” 

Profanations en série

Il n’est pas rare de voir des sacrifices dans les cimetières. À l’approche du soir d’Halloween, rituels sataniques et offrandes sont découverts à l’entrée du cimetière, devant la croix jubilé ou sur les tombes.

Nous l’a fini trouve des dizaines de têtes de coqs, des cobayes piqués, de l’alcool. Une fois nous l’a trouve un cabris mort et entier devant une tombe, la tête coupée. Une fois n’a quelqu’un un soir l’a coupe toutes les têtes des statues de la Vierge”.

Avec l’expérience, Dominique et ses collègues ont appris à gérer leur ressenti face à ces phénomènes. “Des fois n’a des trucs devant le portail, personne y touche, y faut évite toucher. On ne sait jamais”, avoue-t-il avant de poursuivre : “Nous dit que nous fait nout’ travail, nous cherche pas plus »

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les Chroniques de tonton Jules #171

Au fou ! C’est tout ce que j’ai trouvé à vous dire en guise d’introduction, ce jour. Les jours passent et les contes de la folie ordinaire enflent avec la constance d’un blob dévastateur. Il va devenir de plus en plus difficile de dormir sans cauchemarder.

Générosité : Merci pour Maël

Une nouvelle qui fait du bien. Maël, ce jeune Saint-Josephois porteur du syndrome Ravine, pourra de nouveau voyager en toute sérénité . Grâce à un grand élan de générosité, la famille de a pu faire l’acquisition d’un véhicule adapté.

Pour vous inciter à utiliser des barquettes en verre, Oyobo les lave à votre place

L’entreprise locale Oyobo développe un écosystème de contenants en verre qui sont mis à la disposition des entreprises, à destination de leurs salariés qui consomment des plats à emporter pour déjeuner. Le consommateur n’a plus à se soucier de transporter avec lui une consigne propre, c’est Oyobo qui se charge de la lui fournir, puis de la laver.