Revenir à la rubrique : Faits divers

Fraude aux municipales à l’Etang-Salé : « Cette manipulation électorale a atteint son objectif »

Le volet pénal des élections municipales de 2020 à l'Etang-Salé s'est à nouveau joué devant la justice ce jeudi. Lors du premier procès à St-Pierre, les cinq personnes poursuivies avaient été relaxées. Le ministère public a requis des peines amende à l'encontre de trois d'entre eux, ceux qui avaient des responsabilités administratives et électorales le jour des faits. Décision le 11 avril prochain.

Ecrit par I.S – le vendredi 09 février 2024 à 06H36

Les anciens DGS et DGA de l’Étang-Salé, la responsable du service des affaires électorales de l’époque, un policier municipal et une conseillère municipale de l’opposition se sont retrouvés ce jeudi à la barre de la cour d’appel. Cette convocation fait suite à l’appel interjeté par le parquet de St-Pierre suite à leur relaxe prononcée en août 2023. Alors que dans la prévention il était reproché aux intéressés dans une action postérieure aux votes et en s’enfermant dans un bureau d’avoir modifié sciemment les résultats de l’élection, pour le premier juge, la preuve que les prévenus avaient agi intentionnellement n’avait pas été rapportée.

Une nouvelle fois ce jeudi, les prévenus ont expliqué chacun à leur tour pourquoi, en mars 2020, après la promulgation des résultats qui annonçaient la victoire de Jean-Claude Lacouture qui venait de devancer son rival d’une seule voix, ils se sont déplacés avec le matériel de vote dans le bureau de la responsable des élections afin de préserver leur sécurité ainsi que celle du scrutin. « J’ai eu peur pour ma vie », a confié l’élue municipale qui avait tenu un bureau de vote toute la journée et venait ramener son matériel au bureau centralisateur. « J’ai fait ce que mon chef m’a dit de faire », a rappelé le policier municipal précisant à quel point il ne porte pas l’ancien maire Lacouture dans son cœur. Quant au directeur général adjoint des services de la commune, il a décrit « un scrutin particulier et une tension palpable. »

« Il aurait suffi d’appeler les gendarmes afin de faire revenir le calme dans le bureau centralisateur », a rétorqué la procureure générale. Car pour Fabienne Atzori, le code électoral est formel : il est interdit de déplacer le matériel de vote. Une évidence pour la partie poursuivante qui a proposé à la cour de sanctionner la responsable du service électoral et le directeur général des services ainsi que son adjoint en les condamnant à une amende respective comprise entre 7.000 et 8.000 euros.

« C’est de la manipulation électorale qui a atteint son objectif », a rétorqué le bâtonnier Normane Omarjee en défense de l’ancienne élue. « Vous devez caractériser qu’il y a eu une manœuvre frauduleuse, a renchéri Me Ghislain Chang To Sung, l’inobservation d’un texte du code électoral n’était pas volontaire ». Pour la robe noire, il était de toute façon impossible de changer le cours du scrutin en s’isolant dans un bureau communal puisque les résultats de l’élection avaient déjà été proclamés.

En partie civile, Mathieu Hoarau a brillé par son absence. C’est lui qui dès l’annonce des résultats en mars 2020 avait annoncé porter plainte pour de nombreuses irrégularités constatées durant le scrutin. Sur le volet administratif, le Conseil d’État avait finalement annulé l’élection qui s’était rejouée en février 2022 se soldant par sa victoire.

Pour mémoire, un différentiel de sept signatures dans le bureau numéro 1 entre le nombre d’enveloppes et le nombre de signatures sur la liste d’émargement (531 enveloppes pour 524 signatures) avaient été constatés. Cependant, la sous-préfecture et le tribunal administratif avaient bien comptabilisé un nombre de signatures sur la liste d’émargement qui correspondait au nombre d’enveloppes. En revanche, à l’ouverture des scellés en juin 2022, les magistrats, malgré de nombreux recomptages, avaient retrouvé 524 signatures comme annoté dans un premier temps sur le procès-verbal. Un mystère.

Cette affaire d’atteinte à la sincérité du scrutin devrait trouver son épilogue pénal le 11 avril prochain.

 

Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Ma dalton
21 jours il y a

Mi vote Averell Bokedanoff tan salé

Electeur
21 jours il y a

Partie civile capon …!

Dans la même rubrique

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.

Opération Place Nette : Trois individus interpellés pour port d’arme

Les fonctionnaires de la police nationale de La Réunion ont effectué des contrôles dans le cadre de l’opération « place nette » ce mercredi à Saint-Denis. À ce titre, cinq personnes ont été interpellées dans le quartier de Sainte-Clotilde, indique la police sur sa page Facebook.

Tentative de meurtre au carré cathédrale : Avant son jugement en appel, le suspect souhaite retrouver la liberté

Un acquittement pour tentative de meurtre « incompréhensible » selon le parquet général qui a fait appel de la décision de la cour d’assises prononcée en septembre dernier. Julien G. est poursuivi pour avoir planté une lame dans la carotide d’un touriste suite à une discussion animée sur fond d’alcool avec des touristes en décembre 2020 au centre-ville de Saint-Denis. Il souhaite attendre son nouveau procès en liberté.

Tentative de féminicide : L’auteur des coups de feu est décédé

Un drame s’est produit ce mercredi à Sainte-Marie aux alentours de 14 heures. Un quadragénaire a tiré sur sa compagne avec un fusil avant de retourner l’arme contre lui. La victime, âgée de 48 ans, a été transportée au CHU de Saint-Denis en état d’urgence absolue.  L’homme, gravement touché, est mort.

Maltraitance animale : Un individu interpellé et placé en garde à vue

Mercredi 28 février 2024, un individu défavorablement connu des services de police pour des faits de maltraitance envers les animaux a été interpellé. Il avait été filmé, en décembre dernier, alors qu’il frappait sa chienne avec un bâton sur son balcon. Placé en garde à vue, l’auteur devra répondre de ses actes devant le tribunal judiciaire, indique la Police Nationale de La Réunion sur sa page Facebook.