Revenir à la rubrique : Faits divers

Exploitation en zone inondable : Jean-Bernard Caroupaye condamné

Le bras de fer débuté il y a près de dix ans entre l'entrepreneur et les autorités judiciaires au sujet de l'exploitation d'une de ses sociétés située en zone inondable franchit un cap aujourd'hui avec le délibéré du tribunal correctionnel qui s'est penché sur la question. Jean-Bernard Caroupaye s'est déplacé pour entendre le délibéré. Il a été condamné.

Ecrit par 2181159 – le vendredi 11 mars 2022 à 08H07

Un an de prison avec sursis, 10.000 euros d’amende à l’encontre de Jean-Bernard Caroupaye et 50.000 euros d’amende pour sa SAS située à la Marine ont été requis par le parquet de St-Denis, le 11 février dernier.

Le transporteur était une nouvelle fois à la barre du tribunal correctionnel, suspecté d’avoir continué à exploiter une de ses sociétés située en zone inondable, d’y avoir effectué des aménagements et des travaux sans autorisation.

Difficile cependant de rejeter toute la faute sur le transporteur. En 2011, il avait en effet accepté de déménager ses installations de Saint-André et d’aller s’implanter sur un terrain proposé par la commune à titre compensatoire, proche de l’usine de Bois-Rouge. Les 3,5 hectares étaient à l’époque une décharge sauvage. Jean-Bernard Caroupaye avait alors entrepris de remblayer la parcelle, d’y construire une digue afin de créer une plateforme de recyclage de matériaux, de terrassement et de démolition. 

Il est utile de préciser qu’à cette époque, il n’existait ni Plan de prévention des risques naturels (PPRN) ni Plan de prévention du risque inondation (PPRI) jusqu’à ce que la commune se rende compte que la société Caroupaye se situait dans une zone rouge. Un permis de construire qui lui avait été attribué avait été retiré puis ré-attribué suite à une décision de justice en 2014. En 2015, la préfecture avait accepté le dossier du prévenu sous réserve de certaines régularisations. De mises en demeure en demande de mises en conformité et multiples passages des agents de la DEAL, les engins de Jean-Bernard Caroupaye avaient été saisis suite à une décision de la cour d’appel.

En 2020, une étude avait révélé que l’incidence hydraulique sur le terrain en question était nulle permettant même un prochain classement en zone bleue. Le bras de fer administratif et judiciaire débuté il y a près de dix années franchit aujourd’hui un nouveau cap avec la décision du tribunal. Jean-Bernard Caroupaye a été condamné à 5.000 euros d’amende. Sa  société par actions simplifiée écope de 15.000 euros d’amende. 

Régis Labrousse sur place

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Korbey d’or : L’entreprise mise KO par les malversations de son dirigeant et de ses proches

Nouvelle comparution en correctionnelle pour Sergio Toinette, l’ancien dirigeant de Korbey d’Or, pour abus de biens sociaux, corruption et blanchiment. Six de ses proches sont également poursuivis dans cette affaire d’infractions économiques et financières dont le montant des détournements et des tours de passe-passe entre la société de services à la personne et ses satellites fait tourner la tête. Petit exemple d’un florilège, les 457.000 euros d’espèces qui se sont volatilisées pour se retrouver sur le compte des dirigeants via une porteuse d’enveloppes.