Revenir à la rubrique : Politique

Européennes : La Fédération réunionnaise du Parti socialiste répond à Younous Omarjee

Suite aux déclarations de Younous Omarjee sur Zinfos974 qui se positionne comme élu d'action face aux discours de Raphaël Glucksmann, la Fédération socialiste accuse l'eurodéputé LFI de s'attribuer à lui seul, des avancées collectives.

Ecrit par Baradi Siva – le lundi 27 mai 2024 à 22H20

Il reste moins de deux semaines avant les élections européennes et la campagne bat son plein. Dans une interview diffusée sur Zinfos974, Younous Omarjee a fustigé Raphaël Glucksmann, et a assuré qu’il agissait pendant que la tête de liste Place Publique/Parti Socialiste faisait « des grands discours« . L’eurodéputé LFI affirme avoir eu « pendant cinq ans beaucoup plus de pouvoir d’action » que le candidat de gauche le mieux placé dans les sondages.

Younous Omarjee explique avoir eu plus de poids du fait de son mandat de président de la commission du développement général. Une déclaration à laquelle la Fédération réunionnaise du Parti socialiste ajoute un important astérisque dans un communiqué diffusé quelques heures après la mise en ligne de son interview sur Zinfos974. « Certes, il est le président de la commission du développement régional, sans que son parti LFI et ses alliés n’en constituent la majorité. Il s’agit du résultat d’un accord global qui répartit les présidences de commission entre les différents groupes politiques européens« , tempère le PS réunionnais.

« En aucune façon, il ne dispose du pouvoir de décider seul au nom de la commission et s’appuie obligatoirement sur des compromis et des alliances pour obtenir des majorités, souvent avec le groupe européen le plus important à gauche dont le PS fait partie« , ajoute la fédération socialiste. Une manière de répondre à Younous Omarjee qui a accusé les socialistes de participer à de « fumeux compromis » avec les Verts et les macronistes, notamment au sujet du Pacte Vert.

« Il en est de même pour les attributions de cofinancements aux collectivités locales de la Réunion. Elles ne dépendent pas de la commission parlementaire« , continue le PS qui réagit là aux affirmations de Younous Omarjee qui insiste sur l’importance de la présence d’un Réunionnais en Europe pour défendre les intérêts réunionnais.

L’eurodéputé LFI a par ailleurs interpellé Ericka Bareigts, première secrétaire de la fédération réunionnaise du Parti socialiste, et a affirmé que celle-ci travaillerait avec lui plutôt qu’avec Raphaël Glucksmann qu’elle soutient aux Européennes. Le PS s’insurge : « Aucune collectivité n’a jamais mendié de fonds européens » et indique : « les collectivités locales constituent des dossiers auprès des autorités de gestion compétentes localement, auxquelles l’Union européenne, et non le Parlement, a délégué cette mission. »

La Fédération réunionnaise du Parti socialiste dénonce les arguments de campagne de Younous Omarjee : « En aucune façon, un parlementaire européen, ne peut s’attribuer seul le mérite des financements européens que nous recevons et encore moins faire de sa réélection une condition à pouvoir continuer à bénéficier de ces financements. »

 

Le communiqué complet de la Fédération réunionnaise du Parti socialiste

 

Younous OMARJEE, actuel candidat sortant au Parlement européen, manque totalement d’objectivité et devrait mieux expliquer la situation politique du Parlement Européen et son organisation.

Certes, il est le président de la commission du développement régional, sans que son parti LFI et ses alliés n’en constituent la majorité. Il s’agit du résultat d’un accord global qui répartit les présidences de commission entre les différents groupes politiques européens.

En aucune façon, il ne dispose du pouvoir de décider seul au nom de la commission et s’appuie obligatoirement sur des compromis et des alliances pour obtenir des majorités, souvent avec le groupe européen le plus important à gauche dont le PS fait partie.

Il en est de même pour les attributions de co-financements aux collectivités locales de la Réunion. Elles ne dépendent pas de la commission parlementaire. Les collectivités locales constituent des dossiers auprès des autorités de gestion compétentes localement, auxquelles l’Union Européenne, et non le Parlement, a délégué cette mission.

Aucune collectivité n’a jamais mendié de fonds européens. Ses projets sont financés parce qu’ils sont construits de manière sérieuse, en intégrant toutes les contraintes imposées par l’Europe, dans l’intérêt des Réunionnais.

En aucune façon, un parlementaire européen, ne peut s’attribuer seul le mérite des financements européens que nous recevons et encore moins faire de sa réélection une condition à pouvoir continuer à bénéficier de ces financements.

Nous tenions à rectifier fermement une contrevérité qui participe à troubler le choix éclairé des électeurs.Notre approche politique repose sur des principes de démocratie, de liberté et de choix conscients. Être socialiste, c’est refuser de se satisfaire du statu quo et s’engager en combattant les injustices de la société actuelle et le désir d’une vie meilleure pour tous. L’émancipation complète de chaque individu est l’objectif central de notre engagement.

Nous donnons rendez-vous aux électeurs le 9 juin pour qu’ils expriment sans crainte leur vote pour la liste française de gauche qui, avec ses alliés, sera en capacité de faire évoluer les politiques européennes vers plus de solidarité : la liste du PS et de Place Publique menée par Raphaël Glucksmann.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
19 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Inéligibilité d’André Thien Ah Koon : Le jugement d’appel confirmé

Une erreur dans le libellé du jugement rendu par la cour d’Appel en mai dernier a permis au maire du Tampon de continuer à exercer ses différents mandats encore quelque temps. Ce jeudi, après avoir évoqué l’affaire en chambre du conseil et à huis clos, la cour a corrigé l’erreur et confirmé l’inéligibilité de l’édile.

Michel Vergoz : « Le sursaut, c’est maintenant »

Le président du Mouvement politique Trait d’Union, Michel Vergoz, livrait ce jeudi son analyse sur les résultats des élections européennes qui a confirmé la forte poussée du Rassemblement national (RN). Soutien de la majorité présidentielle, le président du Mouvement politique Trait d’Union (MPTU), qui reconnait que la majorité présidentielle a été ébranlée par les résultats de ce scrutin, assure néanmoins que la dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron est décision « salutaire » pour l’avenir du pays.

Le Tampon : André Thien Ah Koon au bord des larmes à l’heure de dresser son bilan

André Thien Ah Koon a convié la presse ce jeudi matin pour évoquer son avenir politique ainsi que celui du Tampon et de la CASUD suite à sa condamnation à une peine d’inéligibilité.
Celui qui est encore maire du Tampon pour quelques jours, jusqu’à ce que le préfet lui notifie l’arrêt de la Cour d’Appel, a préféré lire un document. Il a réussi à conserver un semblant de self control jusqu’aux derniers mots, au moment de dire adieu aux Tamponnais, où sa voix s’est étranglée et quelques larmes ont pointé au coin de ses yeux.