Revenir à la rubrique : Politique

Européennes : EELV « veut protéger les Européens »

C’est la dernière ligne droite pour les candidats aux élections européennes. Aujourd’hui, Europe Écologie Les Verts, a insisté sur le poids de ce vote pour le développement durable de la Réunion et sur les directives que l’Europe devra suivre. Puisque l’Europe « est le quotidien de la Réunion », le vote des ces élections est « extrêmement important », […]

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 22 mai 2014 à 13H20

C’est la dernière ligne droite pour les candidats aux élections européennes. Aujourd’hui, Europe Écologie Les Verts, a insisté sur le poids de ce vote pour le développement durable de la Réunion et sur les directives que l’Europe devra suivre.

Puisque l’Europe « est le quotidien de la Réunion », le vote des ces élections est « extrêmement important », selon le directeur de campagne d’EELV (Europe Écologie Les Verts), Jean-Alain Cadet. La tête de cette liste, Yvette Duchemann, s’engage à entretenir un « lien essentiel avec le terrain » pour « expliquer à la population l’utilisation des fonds européens », de façon à ce que les décisions soient prises de manière « démocratique ». Elle soutient que pour chaque projet, « les meilleurs experts sont les citoyens » et refuse « d’abandonner l’Europe aux lobbys et aux technocrates ». Pour elle, ils n’ont que des intérêts personnels et « écartent la population des projets ».

Conscient du « ras-le-bol » des Réunionnais qui « en ont marre des élections », le parti dit avoir mené une campagne « rude, de terrain » avec « cœur et ambition », parce que « la démocratie est en danger » et « l’abstention est de plus en plus importante ». Yvette Duchemann affirme que ne pas voter, c’est « laisser les autres décider pour soi ». À côté de ça, le directeur de campagne constate que « le calendrier des élections est peut être mal choisi », expliquant ainsi une plus grande abstention autour des élections européennes.

L’Europe doit changer

Pour EELV, les « axes de l’Europe doivent changer » et cette année peut être la chance de donner « une majorité progressiste écologique » à travers un président de la commission européenne « élu par ses paires », ayant « beaucoup d’influence ».

Avec un projet politique écologique, le parti fait de la transition énergétique, « sa trame principale » et « ne peut pas laisser passer le temps ». Yvette Duchemann soutient que la Réunion est « capable d’avoir le mix énergétique, le mix des stockages et la maîtrise des consommations » et que « ce n’est pas une utopie » car l’idée est « soutenue par l’Europe » si « les 2,1 milliards de fonds FEDER sont priorisés dans ces investissements ». Comme pour le projet Green Hyland, des programmes de recherche et des investissements financés en partie par l’Union Européenne.

EELV croit en l’instauration d’une « économie circulaire locale » avec l’autosuffisance alimentaire possible avec le POSEI (Programme d’Options Spécifiques à l’Éloignement et l’Insularité), visant à « promouvoir l’agriculture durable dans les RUP (Régions ultrapériphériques ) » et « diversifier les productions réunionnaises pour répondre aux besoins  de consommation locale ». En ce sens, Yvette Duchemann critique aussi un étiquetage des produits encore « trop opaques » qui soulèvent des questions de santé.

Protéger le patrimoine

Grâce à l’Outre-Mer, la France est le 2ème domaine maritime mondial (dont 95% de sa biodiversité végétale, convoitée par les lobbys pharmaceutiques) et 6ème dans le rang des pays hébergeant le plus d’espèces protégées. Dans cette optique, EELV compte « garantir emploi et biodiversité en Outre-Mer » car  » c’est l’avenir de nos enfants », avec « le développement d’une économie sociale et solidaire ». S

Selon Yvette Duchemann, « la France et l’Europe ont une énorme responsabilité dans la protection du patrimoine mondial ». Concernant le projet de la route du Littoral, auquel EELV Réunion a toujours été opposé, ce serait « condamner la Réunion au tout-voiture ».

La protection de ce « potentiel », pourrait amorcer, selon la tête de liste, « l’éco-tourisme », une « niche de savoir-être et savoir-faire pour la création de l’emploi ». Pour elle, il faut « aider les petits lieux touristiques à se développer » en se demandant « comment valoriser le moindre endroit touristique ». Toujours au niveau de l’emploi, le parti estime que « le grand pan de l’économie à soutenir, c’est l’artisanat ».

Soutenant ne « pas être seul », le parti appelle à voter « non pas pour une seule personne » mais « pour une équipe » qui doit « protéger les européens ».

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Emmanuelle Wargon : “La Réunion peut progresser sur le photovoltaïque”

Pour son troisième jour de visite, Emmanuelle Wargon, la présidente de la commission de régulation de l’énergie, s’est rendue dans la nouvelle centrale photovoltaïque de la rivière des Galets au Port. L’ancienne secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire du gouvernement d’Edouard Philippe a salué les progrès de l’île pour la transition énergétique.