Revenir à la rubrique : Faits divers

Elle accuse des policiers de St-André de « pression »: Une enquête préliminaire ouverte

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de St-Denis. Carole, battue par son ex-compagnon, accuse des policiers du commissariat de St-André de « pression », révèle le JIR. L’homme est un chef d’entreprise influent de la ville qui reçoit à manger régulièrement policiers mais aussi politiques. Carole, elle, vit un calvaire auprès de cet homme […]

Ecrit par N.P – le jeudi 14 mars 2019 à 10H00

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de St-Denis. Carole, battue par son ex-compagnon, accuse des policiers du commissariat de St-André de « pression », révèle le JIR.

L’homme est un chef d’entreprise influent de la ville qui reçoit à manger régulièrement policiers mais aussi politiques. Carole, elle, vit un calvaire auprès de cet homme violent. 

Mais en 2013 au moment où elle décide de porter plainte, les policiers refusent. Elle revient auprès de son compagnon jusqu’en décembre 2014, enceinte de leur deuxième enfant, il l’a projette contre un tonneau. Elle perdra l’enfant quelques jours plus tard. Son compagnon, lui, revient régulièrement à la charge et fait pression avec des policiers pour récupérer les enfants et convaincre Carole de ne toujours pas porter plainte. 

Un an plus tard alors qu’ils sont séparés, un droit de visite tourne mal. L’homme lui arrache une poignée de cheveux et la frappe. 8 jours d’ITT sont prononcés. Une plainte est déposée à Malartic cette fois-ci mais transférée à St-André par la suite.  Entretemps un frère et une soeur de son ex-compagnon dénoncent des violences intrafamilailes, classées sans suite. Une confrontation a lieu en octobre 2017. 

Pour obtenir le droit de garde, il obtient également des attestations de bonne moralité notamment signées de Jean-Paul Virapoullé, relate le JIR.

Carole s’est adressée à la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les hommes et les femmes et de la lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa, qui a écrit au préfet de la Réunion. Une enquête judiciaire a été ouverte.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Incendie dans un stock de pneus à Bras-Panon

Un feu s’est déclaré dans le garage IPK à Bras-Panon. Les flammes ont ravagé tout le bâtiment. Les commerces avoisinants ont été évacués par mesure de sécurité. L’incendie aurait démarré au niveau d’un stock de pneus. Les gendarmes et les policiers sont sur place. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances du drame.

Reconnaissance de paternité : Poursuivie pour fraude, une mère de St-André échappe à l’expulsion malgré un test ADN

Saïd C., résidente de Saint-André, a été relaxée des poursuites pour fausse déclaration et de fraude pour l’obtention de son titre de séjour. Impliquée dans une affaire de reconnaissance de paternité, l’étrangère a admis avoir demandé à un Français de reconnaître celui qu’elle croyait être son enfant. La trentenaire risquait une interdiction de séjour de 5 ans dans cette affaire après un test ADN négatif.

Décès du Lieutenant-Colonel Jean-Christophe Bellomia, ancien commandant de l’EDSR

Le Lieutenant-Colonel Jean-Christophe Bellomia avait été commandant de l’Escadron départemental de La Réunion, de 2019 à 2023. Il est décédé lors d’un entraînement motocycliste dans le Loiret. Il a té âgé de 56 ans et père d’un enfant. Selon La République de Seine-et-Marne, trois gendarmes qui participaient à l’entraînement ont été percutés par une automobiliste engagée à contresens.

Deux hommes relaxés pour 22 vols à la roulotte, un seul larcin reconnu par le tribunal

Deux Bénédictins étaient jugés pour 23 faits de vols compris entre 2016 et 2021. C’est cette année-là qu’ils ont été vus sur les lieux d’un vol à Saint-Philippe. Le passé judiciaire de l’un d’eux a joué contre lui et les enquêteurs lui ont imputé toute une série de vols dans l’île. Finalement, le tribunal n’a retenu que le vol de Saint-Philippe pour l’un des deux.