Revenir à la rubrique : Faits divers

?Déjà 21 condamnations à son casier… à 27 ans. Et il se rebiffe devant sa nouvelle condamnation !

Correctionnelle Champ-Fleuri, mardi 9 avril

Ecrit par Jules Bénard – le mercredi 10 avril 2019 à 10H12

« Si vous n’êtes pas d’accord avec ce jugement, vous avez toujours la possibilité de faire appel », lui a vertement  indiqué le Président Molié.

Parce que Jean-Christophe manifeste un fort mécontentement en entendant le jugement qui le renvoie en vacances à Domenjod, où il séjourne actuellement, pour 12 mois de rab’. Faut dire aussi qu’il n’a pas vraiment mis les juges de son côté durant l’audience. Ni avant.

Déjà qu’en réponse au Président lui demandant s’il a une déclaration préliminaire à faire, il lance avec hargne :

« Oui ! Mi conné pas ça, mwin. Mwin té pas là, mwin ». De quoi mettre le président de bonne humeur : « Bref, vous êtes innocent comme l’agneau ? »« Ça minm’ ! »

C’était mal barré…

Les biceps, ça sert toujours

Il ne travaille pas, n’a jamais travaillé, n’a jamais cherché à avoir un emploi. Il faut dire que son emploi du temps judiciaire ne lui en laisse pas vraiment le temps non plus : Jean-Christophe, au hasard des différentes condamnations (21 mentions à son CV, à 27 ans, excusez du peu), a déjà été incarcéré 13 fois, pour une valeur totale de quelque dix à douze années d’emprisonnement. Les premières remontant au tribunal pour enfants. Comment, avec un emploi du temps aussi encombré, avoir le temps de se former et de trouver un travail, on vous le demande un peu.

En prison, « il a des activités », c’est lui qui le dit, mais impossible de savoir à quoi ça correspond. Peut-être les haltères ? Car bonhomme, qui se la joue « bad boy », affiche une impressionnante musculature. Ça peut toujours servir… Par exemple pour casser un baraquement de chantier, comme dans l’affaire qui lui valait d’être de retour devant ses juges hier.

Cela s’est passé dans la nuit du 9 au 10 août 2018.

L’association des pêcheurs de Sainte-Rose (APSR) dispose, sur le port de cette localité, d’un baraquement amovible dans lequel sont entreposés divers matériels nécessaires à leur activité, professionnelle ou autre : alcools, enceintes stéréo, micros, cafetières…

Un coupe-boulons a fait l’affaire et les matériels évoqués ci-dessus ont tous été retrouvés peu après chez Kevin, son complice, à la Plaine-des-Palmistes. Où, soi-disant, ils auraient tous deux passé la nuit du cambriolage, en compagnie de la compagne de ce dernier et n’en auraient pas bougé, na !

Violences, vols, extorsions + RSA

Ce pauvre Jean-Christophe n’a vraiment pas de chance et doit se dire qu’à l’avenir, il choisira mieux ses comparses. Parce qu’avec Kevin (absent à l’audience), ils avaient décidé de s’en tenir à cette version et ne rien lâcher aux enquêteurs. Las ! Kevin l’a balancé sans vergogne aux gendarmes.

Pour remonter la piste des stupides monte-en-l’air, les enquêteurs ont « fait parler » les numéros de téléphone, notamment celui de Jean-Christophe, qui a actionné une borne-relai précisément à Sainte-Rose, cette nuit-là. Ce qui n’empêche nullement l’intéressé de continuer à nier.

Sans souci du coupe-boulon lui aussi retrouvé à la Plaine.

Sans compter les assertions de la copine qui dit s’être réveillée au petit jour devant « in tas d’z’affair té pas là hiérosoir ».

Le Président Molié ne nous donnera qu’une version expurgée du casier de Jean-Christophe (la totalité serait fastidieuse) : violences volontaires, vols divers et variés, avec ou sans violences, dégradations multiples, extorsions qui feraient ricaner Landerneau, rébellions multiples, conduites sans permis à n’en plus finir, le tout assaisonné de nombreuses années de Domenjod. On a un peu l’impression d’assister à un challenge du nombre, là. Entre le RSA, les cambriolages et autres extorsions, il ne vit pas si mal, après tout.

Kevin, quant à lui, n’a « que » 7 mentions à son casier : notamment pour vols et violences (ou les deux ensemble ; tant qu’à faire…)

Au-delà des réquisitions du Parquet

La procureure Carniello n’a guère eu à forcer son talent pour mettre en exergue la réalité des culpabilités en réclamant 5 mois ferme contre Kevin et 10 pour Jean-Christophe.

Me Djafour a bien tenté d’expliquer que Kevin est papa de deux enfants en bas âge ; on ne voit pas trop le rapport ; et aussi « qu’il n’est pas un violent », ce que contredit férocement le casier du monsieur. Le tribunal est allé au-delà des réquisitions : 8 mois pour Kevin et 12 pour Jean-Christophe, ferme, cela va de soi.

« Encore 12 mois en plus que ça ? » s’est alors écrié le principal accusé. Ben oui. La vie est dure, mon pauvre ami.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Incident à But : Deux personnes électrisées

Deux victimes ont été évacuées en état d’urgence absolue à l’hôpital suite à un incident qui s’est produit dans le magasin But à Saint-Pierre. Le bâtiment a dû être évacué pour permettre la réalisation de tests électriques.