Revenir à la rubrique : Faits divers

Condamné le vendredi pour alcool au volant, il remet ça le dimanche !

Après deux affaires de violences conjugales, le tribunal avait à traiter un sujet qui fait l'objet d'une attention particulière chez certains de nos concitoyens : La conduite sous l'empire d'un état alcoolique et, accessoirement, la conduite sans permis qui va souvent de pair ! Le client du jour est quelque peu gratiné.

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 28 janvier 2021 à 11H57

Fabrice H., 33 ans, se dispute avec sa copine le dimanche 24 janvier dernier à Saint-Paul. Pour se calmer, il part prendre l’air à bord de sa Seat Ibiza. Tout à coup, vers 16h, un arbre traverse la chaussée et immobilise le véhicule. Il est légèrement blessé mais par chance, des gendarmes en patrouille l’aperçoivent et viennent immédiatement lui porter secours. Lorsqu’il les voit, il tente de fuir. Le malheureux, qui tenait à peine debout, est de suite rattrapé par les militaires, et là, c’est le drame ! « Bande de connards, je n*** vos femmes » adresse t-il courtoisement aux agents. 

Tout y passe : Insultes, menaces de mort, refus d’obtempérer et de se soumettre aux test d’alcoolémie. Il est finalement maitrisé et placé en garde à vue. « Je suis tellement désolé ! C’est pas normal les gens comme ça » explique t-il à l’audience. On apprend également que le jeune homme sortait, le vendredi 23 janvier, d’une audience de CRPC ou il avait écopé de 6 mois de prison avec sursis probatoire pour des faits identiques. Il était content et avait compris qu’il pouvait alors récupérer son permis. Au final, il avait surtout écopé d’obligations de soins pour l’alcool et de travail. 

« Est-ce que j’étais dans mon état normal » 

« Est-ce que j’étais dans mon état normal » adresse Fabrice H. aux gendarmes présents à l’audience. À sa décharge, le prévenu est sous traitement médical pour des problèmes psychiatriques mais, il n’avait pas pris son traitement avant l’accident. « Je suis sous traitement car je perds la notion de la vie » indique t-il aux magistrats. Quant aux faits qui lui sont reprochés : « Je ne me souviens pas » répond t-il. « Il est sous suspension de permis et conduit complètement ivre » s’offusque le parquet.

« il ne se souvient de rien mais les gendarmes l’aident et ça se passe mal. Il faut qu’il comprenne. Je vous demande une peine de 8 mois de prison avec maintien en détention, l’obligation d’un système anti-démarrage ainsi que la confiscation du véhicule » requiert le parquet. 

« Il lui aurait fallu une hospitalisation plutôt qu’une interpellation »

« Il est important de remettre les choses dans leur contexte ! » entame la défense. « Il se dispute avec sa copine, il boit, prend la voiture sur une route glissante due aux fortes pluies et il a un accident. C’est le choc qui le rend amnésique. Il lui aurait fallu une hospitalisation plutôt qu’une interpellation après un tel choc. Il regrette profondément de plus, il a des troubles psy et est sous Valium. Il lui faut de l’aide pas de la prison » plaide la défense. 

Il écope finalement de 6 mois de prison, de l’annulation de son permis, de l’obligation d’installer un système anti-démarrage pour l’alcool et la confiscation de son véhicule. Il est également maintenu en détention. 

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Saint-Denis : Des policiers tirent sur un chauffard en fuite

Vers minuit ce lundi soir, un équipage de la police nationale a dû se lancer dans une course poursuite dans les rues du chef-lieu pour tenter d’interpeller un conducteur qui roulait à vive-allure. Une autre patrouille, déjà en intervention, a failli être renversée, forçant les agents à faire usage de leurs armes. Finalement, le chauffard a été arrêté à son domicile plus tard dans la soirée.

Agression sexuelle incestueuse : Comment en apporter la preuve 20 ans après ?

Accusé d’agression sexuelle sur sa nièce il y a vingt ans, un oncle fait face à la cour d’appel après une relaxe controversée à St-Pierre. Entre souvenirs douloureux et absence de preuves matérielles, la quête de vérité confronte la justice à un défi. La décision attendue le 26 septembre pourra-t-elle apporter une réponse à ce drame familial présumé ?