Revenir à la rubrique : Communiqué | Société

[Communiqué] L’ADEME OI annonce deux dispositifs d’accompagnement pour l’électrification des véhicules lourds

L'ADEME Océan Indien a annoncé le lancement de deux dispositifs de soutien à l'électrification des véhicules lourds. Le premier, dédié aux PME, vise l'électrification des poids lourds de transport de marchandises, avec des subventions pouvant atteindre 50% du surcoût lié à l'acquisition ou la conversion de véhicules. Le second, prévu pour août 2024, inclura les véhicules de transport de personnes, tels que les bus, afin de promouvoir une mobilité durable à La Réunion.

Ecrit par N.P. – le vendredi 28 juin 2024 à 11H20

L’Agence de la transition écologique (ADEME) est heureuse d’annoncer le lancement de deux dispositifs visant à soutenir la transition écologique et la décarbonation des transports.

Premier dispositif : Soutien aux PME – Écosystèmes des véhicules lourds électriques 2024

Ce dispositif est dédié à l’électrification des véhicules lourds de transport de marchandises de catégorie N. Ce programme d’accompagnement a pour objectif de faciliter l’acquisition, la location et la conversion des flottes de véhicules de transport de marchandises vers des solutions électriques, réduisant ainsi les émissions de gaz à effet de serre et les nuisances sonores associées.

Le montant de l’aide pour l’acquisition ou la location longue durée d’un véhicule, ou le rétrofit d’un véhicule thermique en motorisation électrique, pourra atteindre jusqu’à 50% du surcoût lié à l’acquisition d’un poids lourd électrique, dans la limite de :

– 20 000 € pour un poids lourd ayant un poids maximal compris entre 7,5 et 12 tonnes (catégorie N2) ;
– 65 000 € pour un poids lourd ayant un poids maximal supérieur à 12 tonnes (catégorie N3) ;
– 90 000 € dans le cas particulier des tracteurs routiers.

Actuellement ouvert, les PME ont jusqu’au 19 août 2024 pour candidater à ce dispositif.

Pour plus de précision quant aux dépenses éligibles et sur les procédures de candidature, rendez-vous sur la page qui répertorie l’ensemble des dispositifs mis en place par l’ADEME : https://agirpourlatransition.ademe.fr/entreprises/aides-financieres/20240419/dispositif-soutien-pme-ecosystemes-vehicules-lourds-electriques-2024

Contacts techniques :

– Jusqu’à fin juillet : Ernest Le Blay : ernest.leblay@ademe.fr
– À partir du 1er août : Sophie Pouthier : sophie.pouthier@ademe.fr

Deuxième dispositif : Élargissement du dispositif aux véhicules de transport de personnes

En août 2024, l’ADEME élargira ce dispositif pour inclure les véhicules lourds de transport de personnes. Ce nouveau programme visera à encourager l’électrification des bus et autres véhicules de transport collectif, permettant ainsi aux opérateurs de transport de proposer des solutions de mobilité durable à l’ensemble des Réunionnais.

Les détails concernant les modalités de participation et les critères d’éligibilité seront communiqués ultérieurement.

Contact technique (à partir du 1er août) : Sophie Pouthier – sophie.pouthier@ademe.fr

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Loin de la légende de Libertalia, enquête sur un « repaire de forbans » à Madagascar

Entre les années 1690 et 1720, l’île de Sainte-Marie a abrité un comptoir pirate pour la négoce des butins volés, mais aussi pour la traite des esclaves. Les recherches menées par l’archéologue Jean Soulat et son équipe internationale tendent à faire ressurgir du passé les contours d’un campement de forbans dans la baie d’Ambodifotatra. Une base pirate organisée autour d’un site de carénage, d’une canalisation d’eau douce et d’un fortin dédié à la protection des lieux.