Revenir à la rubrique : Politique

[Communiqué] Appel à la Résistance contre le Rassemblement national

Le résultat des élections législatives de ce dimanche 7 définira la prochaine politique à l’Assemblée Nationale et au gouvernement.

Ecrit par N.P. – le jeudi 04 juillet 2024 à 11H15

L’heure est grave car le risque de l’extrême droite au pouvoir en France est majeur.

Nous regrettons l’absence de positionnement de certains candidats battus au premier tour et de leurs soutiens politiques qui refusent de faire front républicain contre le RN et qui par conséquent se portent complices de la politique du Rassemblement National.

La France ne doit pas tourner le dos à son Histoire. La Réunion ne doit pas oublier les heures sombres oùl’extrême droite gouvernait la France.

C’était en 1940, l’extrême droite gouvernait en collaboration avec les Nazis qui occupaient la France.

Nous ne voulons pas que l’Histoire se répète.

Le RN est l’héritier du Front national et s’inscrit ainsi dans l’histoire de l’extrême droite française, façonnée par le nationalisme xénophobe et raciste, par l’antisémitisme, la violence et le mépris à l’égard de la démocratie parlementaire.

Nombreuses sont les grandes voix de la Nation qui appellent à résister au RN :

A l’instar des prix « Nobel » et scientifiques qui appellent à la mobilisation citoyenne et académique contre l’extrême droite car les positions xénophobes et nationalistes de l’extrême droite isoleraient la France de la communauté scientifique internationale,

A l’instar des milliers d’historiens, chercheurs et universitaires qui appellent à « voter dans chaque circonscription pour battre le candidat ou la candidate du RN »,

A l’instar des 74 universités regroupés au sein de France Universités, la Conférence des Directeurs des Ecoles Fançaises de Management, la Conférence des Grandes Ecoles qui estiment que la politique du RN met en danger notre enseignement supérieur et la chance qu’il offre à toute la jeunesse, quels que soient son parcours, ses origines et son milieu social.

A l’instar de nombreux syndicats, collectifs, ONG, associations, fondations (comme la Fondation Abbé Pierre) coordinations (comme la Coordination des Comités de défense des Hôpitaux et maternités de proximité), le bureau de la Commission nationale consultative des droits humains et d’autres organismes de défenses des femmes, des retraités, personnes handicapées (comme l’APF France handicap)… qui appellent à résister au Rassemblement national.

A l’instar des nombreux artistes et quinze syndicats du spectacle vivant qui appellent « à se mobiliser en faveur des candidats qui s’opposeront à l’extrême droite ».

Face à la menace que représenterait l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite nationaliste, xénophobe, raciste et antisociale, pour les valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de solidarité, pour les droits des travailleuses et travailleurs, les droits des femmes, les droits des minorités, les libertés démocratiques, syndicales et académiques, pour les entrepreneurs, pour la culture et les droits conquis de haute lutte, nous appelons solennellement les Réunionnaises et Réunionnais à prendre leurs responsabilités et à se mobiliser pour battre les candidats d’extrême droite.

Nous appelons les Réunionnaises et Réunionnais à se rassembler toutes et tous, le dimanche 7 juillet 2024 contre le Rassemblement National en votant pour : Philippe Naillet, Karine Lebon, Alexis Chaussalet, Emeline K/Bidi, Jean Hugues Ratenon, Perceval Gaillard, Frédéric Maillot.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.

Jean-Hugues Ratenon et Joé Bédier demandent aux élus locaux de pousser la nomination d’Huguette Bello à Matignon

Dans un communiqué, le président de Rézistan’s Égalité 974, Jean-Hugues Ratenon, appelle le Parti socialiste, et notamment la fédération locale représentée par Ericka Bareigts, à faire preuve de « responsabilité » pour permettre la nomination d’Huguette Bello à Matignon. Même son de cloche pour Joé Bédier pour qui il est crucial « de placer les intérêts supérieurs des Français au premier rang », en demandant aux partis du Nouveau Front populaire (NFP) de s’entendre sur la candidature de la présidente de Région.

NFP : Comment le nom d’Huguette Bello est arrivé au centre des débats

Le Nouveau Front populaire se déchire depuis plusieurs jours autour du sujet du nouveau gouvernement qui sera formé suite aux élections législatives anticipées. Pour sortir de l’impasse, le nom d’Huguette Bello a été cité. Mais comment l’hypothèse d’une candidature de la présidente de la Région Réunion est-elle arrivée sur la table ?