Revenir à la rubrique : Politique

Collecte des ordures ménagères: Nathalie Bassire s’inquiète d’une gestion en régie à la CASUD

« C’est un retour en arrière de 30 ans, une incohérence », clame Nathalie Bassire. Le marché d’acquisition et livraison de poids lourds et camions-bennes à ordures ménagères d’occasion, mis en ligne il y a quelques jours par la CASUD, a interpellé les équipes de la candidate aux prochaines élections municipales au Tampon.   L’appel d’offres de […]

Ecrit par – le vendredi 15 novembre 2019 à 18H04

« C’est un retour en arrière de 30 ans, une incohérence », clame Nathalie Bassire. Le marché d’acquisition et livraison de poids lourds et camions-bennes à ordures ménagères d’occasion, mis en ligne il y a quelques jours par la CASUD, a interpellé les équipes de la candidate aux prochaines élections municipales au Tampon.  

L’appel d’offres de l’intercommunalité concerne 10 lots de véhicules d’occasion de 4 à 10 ans d’âge alors que le marché passé en 2014 avec Derichebourg ainsi que son associé Mooland pour l’Entre-Deux et Le Tampon et How Choong Environnement (HCe) pour les communes de St-Joseph et St-Philippe arrive à terme en juin 2020.

Nathalie Bassire craint ainsi un retour en régie, balayant l’argument d’économie pour au contraire parler de « gaspillage d’argent public ». « La Casud a payé pendant ces 6 dernières années l’amortissement intégral des véhicules à travers les marchés en cours. Et maintenant que cela est amorti, plutôt que de relancer un appel d’offres, on rachète du matériel d’occasion ». Si un mode de gestion en régie est privilégié,« qu’en pensent les maires concernés », interroge-t-elle. 

Pour la candidate, si le ramassage des déchets en régie est inscrit dans les statuts de la SPL SUDEC, « la SPL est au point mort et semble incapable de gérer correctement les déchèteries dont elle a la charge ». 

Les camions-bennes mis à la disposition de la SPL SUDEC

La perte de ces marchés pourrait avoir des conséquences financières importantes sur ces entreprises, déplore à ses côtés Imrhane Moullan qui pose la question de la concurrence entre les prestataires. 

Contactée, l’intercommunalité indique que « dans la continuité de cette délibération (du 08 décembre 2017 qui a approuvé les statuts de la SPL SUDEC), la CASUD envisage donc de confier, dès l’année prochaine, la gestion de la collecte en porte-à-porte à la SPL SUDEC. Les simulations financières effectuées démontrent un gain financier. Dans ce cadre, nous avons lancé un appel d’offres pour acheter des camions de collecte qui seront mis à la disposition de la SPL SUDEC. Cela est déjà le cas aujourd’hui pour la collecte des VHU, des bornes verre et l’évacuation des caissons des déchèteries ».

À quatre mois du scrutin, la candidate, soutenue par Didier Robert, s’est également exprimée sur la concertation préalable en cours jusqu’au 12 décembre prochain sur le projet de pôle multifilière de valorisation des déchets ménagers porté par ILEVA, présidée par Michel Fontaine. « Est-ce réellement une concertation quand les questions posées ne mentionnent pas l’incinération, mais parle davantage de ‘’transition vertueuse’ « . Pour Nathalie Bassire, le projet « pose davantage de questions qu’il n’apporte de réponses » au problème de l’enfouissement des déchets tant sur l’impact sanitaire, fiscal, social ou environnemental.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Comment prévenir le risque inondation ?

Notre ville de L’Étang-Salé n’est plus ce qu’il était, il y a 20 ans en terme de constructions et d’habitations. Notre réseau d’assainissement est devenu fébrile en raison de l’augmentation des constructions dans notre ville de L’Étang-Salé.

Perceval Gaillard dénonce les « profits scandaleux » du secteur des carburants à La Réunion

Le député Perceval Gaillard a interpellé le ministre de l’Economie au sujet des profits des « profits scandaleux du secteur des carburants à La Réunion ». « Les grossistes pétroliers ont engrangé 28 millions d’euros de résultat net tandis que la Société Réunionnaise des Produits Pétroliers (SRPP), pour son activité de stockage, a dégagé 5,8 millions d’euros de résultat net », pointe-t-il du doigt, déplorant par ailleurs que « seules 30 stations-services sur 160 ont transmis leurs comptes ».