Revenir à la rubrique : Blog de Pierrot

Camille Sudre a vendu sa radio à Paul Vergès…

Je n’ai pas toujours été d’accord avec Camille Sudre, mais je lui ai toujours reconnu une qualité: celle d’avoir « senti » mieux que quiconque ce que les Réunionnais attendaient en matière de radio et d’avoir réussi à faire de Freedom un média unique au monde (n’ayons pas peur des mots… lol). Pour ce que j’en savais, […]

Ecrit par Pierrot Dupuy – le dimanche 09 novembre 2008 à 11H47

Je n’ai pas toujours été d’accord avec Camille Sudre, mais je lui ai toujours reconnu une qualité: celle d’avoir « senti » mieux que quiconque ce que les Réunionnais attendaient en matière de radio et d’avoir réussi à faire de Freedom un média unique au monde (n’ayons pas peur des mots… lol).
Pour ce que j’en savais, sa radio était plus importante que tout pour Camille.

 

Plus importante que ses convictions (combien de fois, comme pour le référendum européen par exemple, j’ai vu Camille mettre de côté ses propres convictions pour s’aligner sur ce que pensaient ses auditeurs…), plus importantes que sa vie privée.
Pour ceux qui l’ignoreraient, Camille Sudre a la radio même dans ses WC, histoire de ne jamais rater ne serait-ce qu’une seconde de ce qui se passe à l’antenne, prêt à bondir sur son téléphone pour engueuler un animateur qui aurait raté un enchainement ou qui aurait fait une faute de Français.
J’ai commencé à m’interroger quand j’ai appris, il y a de nombreuses années déjà, qu’il avait vendu un tiers du capital de sa radio à Maximin Chane-Ki-Chune, le patron du Quotidien (qui détient également NRJ, Festival, Chérie FM et depuis peu 102 FM…), avec option d’achat sur les actions restantes. Ce qui signifie que Camille ne peut vendre les actions qui lui restent à quelqu’un d’autre que le patron du Quotidien.
Une autre interrogation est venue de la façon dont Camille Sudre a su se servir de sa radio pour accéder aux plus hauts postes (président de la Région), mais surtout aux postes fictifs (comme il existe des emplois fictifs). Il a été un premier adjoint de Gilbert Annette très peu présent à la mairie, mais c’est surtout depuis qu’il a permis l’élection de Paul Vergès en lui apportant les voix qui lui manquaient et qu’il a obtenu en échange le poste de premier vice-président qu’il donne toute la mesure de ce dont il est vraiment capable.
Il faut savoir que Camille Sudre n’est que très rarement à la Région. Il passe le plus clair de son temps assis dans son bureau, à Freedom, à écouter sa radio et prêt à sauter sur le micro posé sur la table pour engueuler un animateur dans son casque (il a inventé l’oreillette avant tout le monde…) ou pour lui suggérer une question à poser…
Mais surtout, il a accepté d’être un 1er vice-président potiche. Il n’a aucun pouvoir, on le prend pour quantité négligeable, on le lui montre et le pire c’est qu’il l’accepte avec une immense facilité. Quand le président Paul Vergès n’est pas là, c’est normalement lui qui devrait le remplacer. Ce n’est jamais le cas, sauf pour les présidences des commissions permanentes, une matinée par semaine, mais où l’équipe Vergès sait qu’elle n’a rien à craindre, qu’il est là uniquement pour lire les rapports préparés à l’avance, et donner la parole à ceux qui la demandent.
Mais quand il s’agit de choses sérieuses, par exemple de représenter la Région à Bruxelles ou de piloter des réunions importantes, Idriss Omarjee n’a aucun scrupule à le court-circuiter et à faire désigner Pierre Vergès ou pire encore, n’importe quel obscur conseiller régional.
Et le pire, c’est que Camille semble s’accomoder de cette situation. Le principal, apparemment, pour lui, c’est de toucher ses indemnités à la fin du mois, de pouvoir rouler dans sa 407 de fonction (les problèmes d’augmentation des prix de l’essence, il ne connait pas…), de pouvoir bénéficier à la Région d’un secrétariat et d’un attaché de groupe, avec les moyens liés (plusieurs GSM, possibilité d’user des services de la Région, etc…). Par contre, il faut reconnaitre que Camille n’abuse pas des voyages, sans doute parce qu’il n’aime pas ça et que ça le tiendrait éloigné de SA radio.
Malgré tout ce que je viens d’écrire, je pensais que sa radio était la chose la plus importante à ses yeux.
Et voilà que hier, j’en suis tombé sur le c… de voir avec quelle facilité il avait cédé aux amicales pressions de Paul Vergès en acceptant de censurer les auditeurs de Freedom qui souhaitaient critiquer l’attitude de Pierre et de la Région dans le dossier de la baisse du prix de l’essence.
L’image du patron de Freedom en a pris un coup supplémentaire hier.
Quelles relations y a t-il entre Camille Sudre et Paul Vergès pour que le patron de Freedom accepte de censurer ses auditeurs? N’est-ce que de l’admiration, comme le disent certains de ses proches? Y a t-il autre chose? Serait-on dans le domaine du « Je te tiens, tu me tiens par la barbichette« ?
Je sais que les auditeurs et les électeurs ont la mémoire courte, qu’ils auront sans doute oublié dans deux ans, au moment des élections.
Il n’empêche. L’image que je me faisais de Camille Sudre en a pris un sacré coup, hier…

 

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Pierrot Dupuy répond à Jacques Tillier

J’ai eu les honneurs de l’édito de Jacques Tillier dans le JIR de samedi matin. Ça faisait longtemps que ça n’était pas arrivé…
De quoi est-il question ?

Pierrot Dupuy – Ces salauds de chômeurs

Le patron des Républicains propose rien de moins que de vendre encore plus d’essence et de gasoil. Et cerise sur le gâteau, de le faire payer par ces salauds de chômeurs !

Turbulences à la direction d’Air Austral

Alors que tous les observateurs pensaient qu’Air Austral était sortie d’affaire et que les choses allaient rentrer dans l’ordre avec l’arrivée du groupe Clinifutur aux commandes et le départ de Marie-Joseph Malé de la direction, voilà que la compagnie aérienne régionale est à nouveau secouée par des turbulences.
Le DRH ainsi que deux autres membres de son service ont été mis à pied hier et convoqués à un entretien préalable la semaine prochaine en vue d’une sanction.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial