Revenir à la rubrique : Faits divers

Arnold Cadet, gourou à La Réunion, arrêté au Bénin pour escroquerie

Il avait annoncé sur les réseaux avoir été nommé ambassadeur d'un réseau africain de bienfaisance en Afrique de l'Ouest. Mais en décembre dernier, après avoir découvert le passif judiciaire du Réunionnais, l'organisation a porté plainte et procédé à sa radiation. Arnold Cadet est en garde à vue au Bénin et pourrait être incarcéré dans les prochains jours.

Ecrit par Zinfos974 – le jeudi 22 septembre 2022 à 05H00

Il y a un an, on retrouvait Arnold Cadet au Bénin en tant qu’ambassadeur au sein de l’Union Européenne, Madagascar et Maurice au sein du Roscao, Réseau des organisations de la société civile de l’Afrique de l’Ouest. Dans différentes vidéos publiées sur le net, il était présenté comme « une personnalité de haut rang de l’Ile de La Réunion, des Pays d’Outre-Mer de la France ». Arnold Cadet, surnommé l’esprit de Gramoune Moussa à La Réunion pour ses talents de gourou, promettait de « mouiller le maillot pour la lutte contre le chômage des jeunes » et ce, dans toute l’Afrique de l’Ouest.

Il indiquait vouloir collaborer avec les autorités du pays pour « de grands projets » dans le domaine de la finance, l’économie, l’énergie, l’agriculture et le développement routier. Mais suite à ses publications, le staff de Roscao avait été destinataire d’une série de commentaires désastreux, notamment en provenance de La Réunion, concernant l’homme d’affaires auto proclamé. 

Rapidement, le vent avait tourné pour celui qui a été condamné à une lourde peine par le tribunal correctionnel de Saint-Denis : 4 ans de prison, dont 1 avec sursis, ainsi qu’à payer 1,5 million d’euros de dommages et intérêts solidairement avec l’ancien comptable du lycée hôtelier de Plateau Caillou. Ce dernier s’était fait copieusement berner entre 2017 et 2018, détournant plus d’un million d’euros de la comptabilité de l’établissement pour faire revenir l’être aimée grâce aux actes de sorcellerie d’Arnold Cadet. En habile charlatan, celui-ci facturait ses « rituels » au prix fort. Interjetant appel de cette décision, il avait évité la prison et, à ce jour, n’a toujours pas été rejugé.

Un faux marché pour installer 50 000 climatiseurs

Ce lundi, l’avenir du coureur automobile s’est de nouveau assombri. En visite à Cotonou, la capitale du Bénin, depuis ce lundi soir 19 septembre, Arnold Cadet avait annoncé aux trois chefs d’entreprise réunionnais qui l’accompagnaient qu’il avait obtenu un marché correspondant à l’installation de 50 000 climatiseurs dans des logements sociaux de la capitale béninoise.

Selon les premiers éléments, le trio dont c’était la première visite dans le pays, lui aurait versé un droit d’entrée de 60.000 euros afin d’en obtenir la sous traitance. Ce mardi, tous se sont déplacés sur la zone où se trouvent les logements en question. Sauf qu’il s’agirait en réalité de constructions démarrées par le gouvernement béninois il y a 15 ans et abandonnées depuis. Les trois entrepreneurs se seraient fait berner en versant leur somme sur un faux compte.

Dans la même soirée, la police, sur les dents depuis le dépôt de plusieurs plaintes pour escroquerie à l’encontre d’Arnold Cadet, aurait arrêté ce dernier sur ordre du procureur. L’interpellation se serait déroulée vers 18 heures alors qu’il se trouvait attablé dans un restaurant de la capitale en compagnie des trois opérateurs économiques de la Réunion.

Faux passeports diplomatiques, fausses inscriptions au registre du commerce

Il serait actuellement en garde à vue dans les locaux de la police criminelle béninoise en attente d’être vraisemblablement déféré devant un procureur qui pourrait requérir son placement en détention provisoire le temps que l’enquête se poursuive.

Arnold Cadet est soupçonné d’avoir utilisé son statut d’ambassadeur de Roscao pour faire fabriquer de faux passeports diplomatiques, de faux comptes et de faux relevés bancaires et de fausses inscriptions au registre du commerce. Il est également dans les radars de la justice pour avoir agi avec la complicité d’individus originaires du Bénin, de République Centrafricaine et du Congo. Deux d’entre eux auraient été interpellés hier. Les autres sont recherchés.

Selon nos informations, son fils tout juste mineur, son co-pilote lors du 53 ème tour auto, accompagnait son père lors de ce déplacement qui a mal tourné. Il n’a pour l’heure pas été inquiété mais pourrait avoir à s’expliquer. Une source proche du dossier indique que sa signature figurerait sur des documents ayant servi à monter la présumée arnaque.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : « La fin ne saurait justifier les moyens »

La procureure de la République Véronique Denizot a demandé la condamnation des 11 prévenus de l’affaire des emplois présumés illégaux de la Région, ce jeudi lors de la quatrième journée du procès, une peine de 5 ans d’inéligibilité étant notamment requise pour l’ancien président Didier Robert, visé pour prise illégale d’intérêts et détournement de fonds . L’actuelle mandature de la Région, partie civile du procès, a demandé un préjudice à hauteur de 1,5 million correspondant à la somme des salaires versés aux huit conseillers techniques poursuivis pour recel.

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : « Nous étions des facilitateurs »

Au troisième jour du procès sur les emplois présumés fictifs à la Région sous les mandats de Didier Robert, six prévenus ont témoigné, affirmant leur engagement et leur innocence. Yves Ferrières, Sabrina Ramin, Yannick Gironcel, Jean-Charles Maroudé, Ravy Vellayoudom, et Yoland Velleyen ont décrit leurs rôles sans pour certains fournir cependant des détails concrets sur leurs missions. Le procès continue aujourd’hui avec les dépositions attendues de Vincent Bègue et Didier Robert et les réquisitions du parquet qui permettront sans doute d’en savoir plus sur ce qu’a révélé l’enquête menée par les policiers parisiens.

Un incendie se déclare dans un immeuble SIDR à Saint-Denis

Ce mercredi peu avant 19 heures, un appartement situé au 1er étage de la résidence SIDR Camp Jacquot situé à l’angle de la rue Camp Jacquot et général de Gaulle à Saint-Denis a pris feu. Les sapeurs pompiers ont déployé la grande échelle pour accéder à l’appartement en proie aux flammes. Fort heureusement, il n’y a pas de blessés à déplorer. Par mesure de précaution, l’ensemble de l’immeuble a été évacué.