Revenir à la rubrique : Faits divers

Aniel Boyer rejugé dans l’affaire des extractions de la rivière Saint-Etienne

Le leader du parti indépendantiste réunionnais fait à nouveau parler de lui. Après avoir été relaxé lors d'une première instance, Aniel Boyer comparaissait devant la Cour d'Appel de Saint-Denis ce jeudi dans l'affaire de l'extraction d'alluvions dans le lit de la rivière Saint-Etienne. Extractions qui, à la longue, auraient causé l'écroulement du pont en 2007.

Ecrit par Ludovic Robert – le vendredi 18 décembre 2009 à 16H05

Quelle ne fut pas la surprise des gardes de la brigade nature de l’océan Indien lorsqu’ils découvrent la présence d’un engin de terrassement et d’un camion respectivement dans le lit de la rivière Saint-Etienne et à quelques centaines de mètres de là. Un engin et un camion visiblement dédiés à l’extraction d’alluvions sur le site et sans autorisations préalables, c’était en avril 2008.

Détenteur d’une entreprise spécialisée dans les gravats, Aniel Boyer devenait le suspect numéro 1 dans cette affaire avant d’être finalement relaxé en première instance. Seulement le parquet a fait appel, résultat, le candidat aux prochaines échéances Régionales comparaissait ce jeudi devant la Cour d’appel du chef-lieu en réponse aux accusations soulevées par le procès-verbal des gardes en fonction. Ces derniers ayant pris différents clichés des engins visiblement incriminés.

Mais Aniel Boyer n’en démord pas. Aux côtés de son avocat, Me Frédéric Hoarau, il a fait appel à la présomption d’innocence et a expliqué qu’il n’avait aucune raison de prélever des gravats alors qu’il en détenait en quantité suffisante.

Du côté de l’accusation, un rapport mettant en cause ce type de pratiques dans la destruction d’un des deux ponts de la rivière Saint-Etienne a été versé au dossier. Un dossier qui devrait trouver son épilogue le 7 janvier prochain, date du délibéré.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : « La fin ne saurait justifier les moyens »

La procureure de la République Véronique Denizot a demandé la condamnation des 11 prévenus de l’affaire des emplois présumés illégaux de la Région, ce jeudi lors de la quatrième journée du procès, une peine de 5 ans d’inéligibilité étant notamment requise pour l’ancien président Didier Robert, visé pour prise illégale d’intérêts et détournement de fonds . L’actuelle mandature de la Région, partie civile du procès, a demandé un préjudice à hauteur de 1,5 million correspondant à la somme des salaires versés aux huit conseillers techniques poursuivis pour recel.

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : « Nous étions des facilitateurs »

Au troisième jour du procès sur les emplois présumés fictifs à la Région sous les mandats de Didier Robert, six prévenus ont témoigné, affirmant leur engagement et leur innocence. Yves Ferrières, Sabrina Ramin, Yannick Gironcel, Jean-Charles Maroudé, Ravy Vellayoudom, et Yoland Velleyen ont décrit leurs rôles sans pour certains fournir cependant des détails concrets sur leurs missions. Le procès continue aujourd’hui avec les dépositions attendues de Vincent Bègue et Didier Robert et les réquisitions du parquet qui permettront sans doute d’en savoir plus sur ce qu’a révélé l’enquête menée par les policiers parisiens.

Un incendie se déclare dans un immeuble SIDR à Saint-Denis

Ce mercredi peu avant 19 heures, un appartement situé au 1er étage de la résidence SIDR Camp Jacquot situé à l’angle de la rue Camp Jacquot et général de Gaulle à Saint-Denis a pris feu. Les sapeurs pompiers ont déployé la grande échelle pour accéder à l’appartement en proie aux flammes. Fort heureusement, il n’y a pas de blessés à déplorer. Par mesure de précaution, l’ensemble de l’immeuble a été évacué.