Revenir à la rubrique : Société

Aïcha Mounichy prouve une nouvelle fois que sagesse et amour triomphent du mal

Deux ans après son premier roman jeunesse, Aïcha Mounichy récidive. C’est le même esprit combatif caractérisant son parcours personnel qui vient enrichir ce deuxième conte.

Ecrit par Ludovic Grondin – le samedi 19 août 2023 à 13H09
"Où suis-je et pourquoi ai-je cette apparence ? demanda Mariasa" (extrait de « Le Monde de Liacrysane »)

Persévérer, faire fi des moqueries et s’accomplir… Aïcha Mounichy a pris depuis cinq ans un virage inédit dans sa vie. Un nouveau chemin où l’écriture vient donner aux enfants l’envie de se battre face à l’adversité. Une adversité que l’auteure réunionnaise a affrontée dans sa vie mais qui ne l’a donc pas empêché d’aller jusqu’au bout de son rêve : écrire et le partager. 

Avec « Le Monde de Liacrysane » publié aux éditions Jets d’Encre, elle renouvelle le message véhiculé dans « Izoria et l’arbre magique » sorti en 2020. « J’ai pris la décision d’écrire mon second roman dès la publication de mon premier livre. D’ailleurs j’avais quelques pistes et j’avais commencé à le mettre par écrit. Ensuite j’ai dû attendre pour avoir plus d’inspiration et sortir quelque chose de beau », explique la narratrice.

Dans son premier roman jeunesse, la Saint-Pauloise donnait à explorer la déchirure entre deux peuples avec la malédiction qui s’était abattue sur la terre de Mandara. Dans ce deuxième ouvrage, il est également question de deux mondes avec une héroïne qui découvre l’existence de sa vie antérieure. Le fil rouge qui parcourt les aventures d’Izoria pourrait se retrouver dans le fait que cette nouvelle héroïne porte en elle le pouvoir de sauver le monde. Mariasa, 17 ans, est née avec une singularité – une partie de son dos est recouverte d’écailles… un mystère insoluble pour le corps médical – qui complique ses relations avec son père – qui remet en cause sa paternité – et sa sœur aînée, Bétina. Un beau jour, alors que Mariasa espionne une conversation, elle apprend une nouvelle surprenante. Choquée et étourdie, elle se met à courir, les larmes aux yeux, et ne voit pas la voiture qui arrive en sens inverse… La suite est à découvrir.

Amour et sagesse comme remèdes face au mal

« La moralité demeure la même que pour mon premier livre : le mal ne triomphera pas si on a l’amour des uns et des autres mais aussi une certaine sagesse en nous », évoque Aïcha Mounichy.

Il lui a fallu six mois pour ficeler cette nouvelle histoire qui conviendra aux enfants et grands enfants… Une histoire dans laquelle l’auteure avoue avoir été « plus inspirée ».

« Ça venait tout seul en écrivant tandis que pour le premier roman, je repassais dessus et je n’étais pas sûre de moi en me disant que ce n’était pas la bonne version », observe-t-elle. Ce second livre jeunesse est également « plus enrichi d’idées et de détails ».

Pour son second livre, Aïcha Mounichy a choisi d’en confier l’illustration à Véro Yasumi Inuzuka, une illustratrice professionnelle de Madagascar.

Elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin puisque d’autres projets s’annoncent comme une évidence. 

« Ce n’est que le début pour moi, j’ai encore à découvrir. Je vais écrire d’autres livres jeunesse », ambitionne Aïcha Mounichy.

« Actuellement je suis en train d’écrire mon troisième livre », annonce celle qui a fait de l’écriture une manière de défier les préjugés subis dans sa jeunesse. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Emmanuelle Wargon : “La Réunion peut progresser sur le photovoltaïque”

Pour son troisième jour de visite, Emmanuelle Wargon, la présidente de la commission de régulation de l’énergie, s’est rendue dans la nouvelle centrale photovoltaïque de la rivière des Galets au Port. L’ancienne secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire du gouvernement d’Edouard Philippe a salué les progrès de l’île pour la transition énergétique.