Société

Polémique : Le CRAN accuse le festival "Même Pas Peur" de racisme

Mardi 2 Janvier 2018 - 16:27

Deux jeunes femmes grimées, la peau peinte en noir et des nids d'oiseau en guise de chevelure. L’affiche de la 8e édition du Festival "Même Pas Peur" crée la polémique. Pour le Cran, après Antoine Girezmann déguisé en basketteur noir, cette nouvelle affaire de "Blackface" est celle de trop. 15 affaires ont été relevées par Louis-Georges Tin, président du CRAN en à peine un an.

Le conseil, qui s’est entretenu avec l’organisation de l’événement qui se déroule chaque année à Saint-Philippe, a obtenu le retrait de l’affiche. " Aurélia Mangin a expliqué qu’elle était métisse, comme si le fait d’être née d’une mère noire et d’un père blanc' était une sorte de 'joker' donnant le droit de faire tout et n’importe quoi", écrit le CRAN dans un communiqué. 

"Notre affiche met en lumière des femmes peintes, rendant ainsi un hommage direct à la peinture. Lorsque mes détracteurs voient dans mon geste créatif du racisme, moi j’y revendique mon amour démesuré pour l’art pictural, les femmes, la couleur, la végétation réunionnaise", se défend encore la réalisatrice et directrice du festival, Aurélia Mengin.

Afin d’apaiser les tensions, une nouvelle affiche de l’événement sera dévoilée prochainement. "Il faut malgré tout être conscient que quelque chose de la liberté a été décapitée en même temps que les têtes de mes amazones", déplore-t-elle. "j'ai bien peur que l'enjeu du CRAN ne soit pas seulement la suppression de l'affiche mais aussi la destruction du Festival "MEME PAS PEUR", un événement unique á La Réunion et largement reconnu pour sa qualité et son exigence". 

De son côté, le CRAN persiste et signe en demandant également des excuses des différents sponsors parmi lesquels le ministère de la Culture, Air France et Canal Plus ainsi qu’un engagement à ne plus soutenir des actions culturelles mettant en oeuvre du "blackface".

Polémique : Le CRAN accuse le festival "Même Pas Peur" de racisme
N.P
Lu 7144 fois


Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

64.Posté par PEC-PEC le 03/01/2018 20:27

A mon époque...les années 60 on était tous racistes...On passait la B****au cirage des petits nouveaux.
A l'internat du lycée et au service militaire...Mea culpa, je suis un odieux raciste, comme tous mes copains.

63.Posté par Ma sonnerie le 03/01/2018 18:06 (depuis mobile)

Etre noir n'exclut pas d'etre abruti.
Etre blanc non.plus.

Au concours des plus betes, pas d'arret pour le cran..

62.Posté par Ald'eau le 03/01/2018 17:33

@ 42.Posté par la realité sur cette histoire est tout autre:"'une fois de plus vous dites n'importe quoi...Aurelie Mengin avait publié d'autres affiches en juin 2017 pour cet événement"


"une fois de plus": vous faites ainsi l'aveu que vous souffrez de faire le choix de régulièrement me lire ? Vous devez aimer çà et je vous en félicite.

J'ai connu une artiste littéraire, il y a pas mal d'années. Ce qui me fascinait chez elle, c'était notamment sa capacité à changer de personnalité, ou plus précisément à révéler un aspect différent du même trait de caractère.
C'est sur le côté "changeant" des artistes que je veux attirer votre attention: ils savent exprimer, quelques fois de façon directe, ce qu'ils ressentent. Ces multiples affiches ne sont que les expressions de leurs états d'âme: ils aiment, partagent ou dénoncent, mais toujours avec passion.

Ici un exemple d'affiches multiples pour un même festival: https://marcodeblois.wordpress.com/

61.Posté par Ald'eau le 03/01/2018 17:08

@ 47.Posté par olive le 03/01/2018 10:12:"Si je me déguise en mettant une perruque blonde, c'est raciste envers les blondes ou pas ??? "

Postez la photo sur Zinfos, qu'on puisse en juger...

60.Posté par bernard seillier - 64 le 03/01/2018 15:49

30.Posté par babi le 03/01/2018 04:35 (depuis mobile)

Je suis fière d’etre créol, noir, fils d’ancien esclave !mais la mise en application à La Réunion du décret du gouvernement de février 1848 abolissait l'esclavage dans les colonies françaises EN 1848 ?????? merci de votre commentaire mais ce m interpelle c est votre position de fils d ancien esclave ! mais quel age avez vous donc ? mais aussi en passant bonne année a vous

59.Posté par Mwa la pa di le 03/01/2018 15:34 (depuis mobile)

Chacun son fond de commerce...

58.Posté par JORI le 03/01/2018 14:21

Et tous ceux qui se griment en père noël, c'est considéré comme quoi???.

57.Posté par bernard seillier - 64 le 03/01/2018 13:39

quand a moi ce que je propose au cran c est : aussi de prendre contact avec le président du montenegro , il n est quand meme pas possible qu un pays puisse se maintenir avec un tel nom !!! il y a aussi maintenant que les fetes sont terminées le chocolat noir !! le cirage noir , la réglisse tout cela est vraiment inadmissible , en souhaitant vivement une reaction de cet organisme !!! sans oublier la derniere "réunion é ayant eu lieu a Paris et.....interdite aux blancs

56.Posté par Laristo le 03/01/2018 12:35

Au lieu de blablater sur le black fesse, que les amateurs d'art se constituent en asso 1901 et portent plainte contre le CRAN pour incitation à la haine raciale. Tout le reste le CRAN s'en fout,son seul objectif étant de récolter les subventions de l'Etat pour engraisser la dizaine de bouffons qui constituent ce "comité représentatif" autoproclamé. (du genre CREFOM pour ceux qui connaissent).

55.Posté par mandela (ste suzanne) le 03/01/2018 12:04

"Des propos haineux et méprisants". C'est ainsi que le Cran, Conseil des institutions noires de France, qualifie les propos tenus par Yann Moix, sur l'esclavage, samedi dernier, dans l'émission "On est pas couché" avec Laurent Ruquier. L'essayiste et chroniqueur a déclaré sur le plateau :

"Le problème quand le passé dépend du présent, c'est qu'il y a forcément des anachronismes et qu'on va de ce fait aller voir des crimes contre l'humanité chez Colbert, on va aller voir des crimes contre l'humanité chez Napoléon, ce qui est absolument débilissime, dans la mesure où c'est un concept moderne inventé à Nuremberg."


"L'histoire est tiraillée entre le présent depuis lequel elle fait sens parce qu'elle doit ressembler à la société, et en même temps l'anachronisme qui la fait rendre aberrante quand on lui pose des systèmes de pensée qui n'existaient pas il y a deux cents ans."
« L’ignorance est bien souvent à l’origine du racisme. »
S’il fallait encore insister sur le caractère raciste du blackface, Eric Fassin, professeur de sociologie, souligne que se grimer en Noir, c’est faire fi de « l’expérience brutale » qui est la leur, car « le maquillage s’enlève » :

« Etre noir, ce n’est pas un travestissement, ce n’est pas pour rire ; c’est une condition, prise dans une histoire raciale. »




Colbert et Napoléon
Selon le porte-parole du Cran, Louis-George Tin, dans ses propos Yann Moix visait "la campagne menée par le Cran à propos de Colbert et de Napoléon".

Le Cran mène en effet une campagne pour que les établissements scolaires ne portent plus le nom de Colbert, au motif qu'il a "jeté les fondements du Code noir", et qu'il il a fondé la Compagnie des Indes occidentales, "compagnie négrière de sinistre mémoire".

Dans un communiqué, le Cran rappelle "que l’esclavage a été reconnu comme crime contre l’Humanité par le droit international en 2001. La même année, la loi Taubira, votée à l’unanimité par le Parlement français, reconnaissait également l’esclavage comme crime contre l’humanité. Par conséquent, Colbert qui a créé la Compagnie des Indes et légalisé l’esclavage colonial est un criminel, et Napoléon qui l’a rétabli, l’est tout autant. Contester cette évidence, c’est s’opposer à la loi Taubira, c’est s’opposer au droit international, c’est défendre une vision révisionniste de l’Histoire".

Des sanctions
Toujours dans ce communiqué (à retrouver en cliquant ici) Louis-George Tin réfute toutes accusations d'anachronisme et "demande au CSA de recadrer et de sanctionner sévèrement le producteur de l'émission, car on ne peut laisser ainsi proférer et proliférer à l'antenne, qui plus est sur le service public, des propos qui laissent à penser que 'black lives don't matter'."

54.Posté par Ganagana le 03/01/2018 11:57

Les postures racisantes suivent une courbe parallèle au score du f.haine à la dernière présidentielle.




Vraiment ???? un graphique pour preuve......ou sommes nous censés prendre vos élucubrations pour argent comptant ?

53.Posté par mandela le 03/01/2018 11:38

Des policiers du commissariat du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) doivent eux être jugés prochainement pour avoir organisé, en juin 2014, une soirée au cours de laquelle ils s’étaient grimés en Noirs, à la suite de quoi ils avaient publié des photos sur Facebook. En mars, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a recommandé que des sanctions disciplinaires soient prises à l’encontre des cinq policiers. Le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) souligne que « le Défenseur des droits reconnaît de fait que le blackface est une pratique raciste ». « Tous ceux qui se griment de la sorte en se retranchant derrière l’art ou l’humour le sauront désormais », a écrit dans un communiqué Louis-Georges Tin, président du CRAN, qui déplore :

« L’ignorance est bien souvent à l’origine du racisme. »
S’il fallait encore insister sur le caractère raciste du blackface, Eric Fassin, professeur de sociologie, souligne que se grimer en Noir, c’est faire fi de « l’expérience brutale » qui est la leur, car « le maquillage s’enlève » :

« Etre noir, ce n’est pas un travestissement, ce n’est pas pour rire ; c’est une condition, prise dans une histoire raciale. »

52.Posté par quand le PCR faisait du black face à st lui le 03/01/2018 11:36

lisez la presse en ligne de l'epoque de l'affaire de la poupée peinte en noir à st louis: Le cran avait apporté son soutien "affectif et citoyen" (lol) à hamilcaro car le cran a considéré que le PCR s’adonnait au black face.

et le cran a continué de se discrediter en soutenant hamilcaro malgré toutes ses casseroles à l'AMDR. Le cran a une grande appétence pour la soie!!!

51.Posté par Mithra le 03/01/2018 11:05

Les postures racisantes suivent une courbe parallèle au score du f.haine à la dernière présidentielle. L'art est proposé dans une pornographie librement acceptée et profondément intégrée, pour autant la Reunion se libère - t - elle de ses Demons ( servilité, neo-colonialité, exploitation capitaliste, uberisation rampante)
Année 2018= année de braise.

50.Posté par Zarin le 03/01/2018 10:33

La question des races
dans l’oeuvre de
Rudolf Steiner

Extraits de :
Anthroposophie und Waldorfpädagogik in den Kulturen der Welt
© 1997 by Verlag Freies Geistesleben, Stuttgart.
Traduction de Sabine Rolland

http://www.editions-triades.com/IMG/pdf/racisme.pdf

49.Posté par MARIE le 03/01/2018 10:29

Attention nous entrons dans une période qui me semble compliquée..
plus de caricatures !!!
plus de blagues un peu salace voir sexiste!!!
plus de cigarettes !!
plus d alcool !!!
plus de liquide !!!!

est ce cela que nous voulons pour notre avenir

48.Posté par PEC-PEC le 03/01/2018 10:15

Et si l'état arrêtait de financer ces associations qui ne sont la que pour semer la discorde parmi les français.
Le CRIF le CRAN ne vivent que par ce que nous payons avec nos deniers ces gens; Tout comme les syndicats.....Ceux qui nous enquiquinent le font avec notre argent, un comble. Nous français devons être complétement maso !
Le "dégagisme" a été le nouveau mot de 2017, il serait bon de continuer en 2018.

47.Posté par olive le 03/01/2018 10:12

Si je me déguise en mettant une perruque blonde, c'est raciste envers les blondes ou pas ???

46.Posté par Le CRAN = Conseil pour un Regard Anachronique Négatiif? le 03/01/2018 10:00

Je partage le point de vue de la majorité des commentaires qui s'insurgent contre l'action du CRAN par rapport à ce festival.

Je ne comprends pas ce que leur obsession de la défense de la négritude vient faire ici en plein festival artistique. L'Art n'a rien à voir avec ce type de considérations et de clivages d'ordre social et politique.

Car je ne vois pas en quoi cette affiche porte atteinte à la "négritude". Au contraire, c'est un hommage à la négritude via l'Art et la création.

Certains commentaires parlent de "blackface" et font référence à des pratiques artistiques. Mais sauf erreur, l'organisatrice du festival, n'y fait même pas référence.

Les responsables du CRAN sont-ils atteints de problèmes psychologiques? On peut se poser la question, vu leur propension à dénicher du racisme et des mauvaises intentions ici ....


16.Posté par PATRICK CEVENNES le 02/01/2018 19:11

Je suis tout à fait d'accord sur le principe : il aurait fallu maintenir l'affiche et laisser le tribunal trancher. Mais cela aurait entraîné moins d'entrées, aussi, peut-être. Mais en reculant, le festival donne du poids et un poiuvoir de censure à des gens qui ne l'ont pas (CRAN). Il aurait fallu avoir le CRAN de s'opposer au CRAN!


23.Posté par zenbrocal le 02/01/2018 22:02

Entièrement d'accord: des "obsédés" du racisme qui semblent sélectionnent leurs sujets d'indignation, et les limitent au plan local: c'est plus porteur politiquement...

C'est comme les défenseurs des requins qui ne voient que la Réunion sans s'offusquer du massacre mondial des requins...

On a les sujets d'indignation qu'on peut et on existe comme on peut ...

Précisions : je pense qu'il faut parler de l'esclavage à la Réunion qui fut en soi intolérable et qui a été longtemps tu, et le rappeler, comme d'autres évènements, de façon diverse. De même, dès qu'il y a un fait "raciste": il faut le dénoncer!

Mais je ne suis absolument pas d'accord de toujours ressortir les arguments de l'esclavage et du racisme, via de prétendus délits racistes, à tout bout de champ, dans des buts peut-être inavouables. Ou du fait de personnes elles-mêmes ayant des problèmes psychologiques ...


26.Posté par Ald'eau le 02/01/2018 23:50

Je ne peux qu'espérer aussi que ce festival, placé sous le signe de la créativité et de l'impertinence, soit mieux connu du fait de ce "faux pas" du CRAN!

45.Posté par zanatany le 03/01/2018 09:44

Pourquoi, s'ils ont le CRAN, ils ne demandent pas de :

Détruire tous les livres d'histoire ou on parle d'esclavage ?
Jeter et empêcher de diffuser tous les films ou l'on parle des plantations, des flibustiers, des esclaves avec les arabes dans les films comme ' Angélique' etc...
De détruire les archives et bibliothèques ?
D'empêcher les femmes de couleur d'acheter des produits pour devenir plus claires ?
D'interdire la pub pour la bière brune ?
De changer tous les noms des villes, rues, stations bus ou métro ?
De casser toutes les œuvres représentant l'esclavage ou les périodes d'invasion du Louvre et autres Musées ?
Etc
Faut arrêter vos conneries le CRAN !

44.Posté par AM le 03/01/2018 09:37

Se peindre la peau est une pratique qui a toujours existé et cela dans de nombreuses cultures. Ramener systématiquement cette pratique à UNE seule histoire revient à dénigrer toutes les autres. La censure devient la meilleur arme pour diviser, créer des clans, et c'est ça le racisme...

43.Posté par sudréaction le 03/01/2018 09:07

Il faut faire attention à toutes formes d'extrémiste, qui peuvent enfermer notre liberté.

42.Posté par La realité sur cette histoire est tout autre. le 03/01/2018 08:49

@ 26 Sauf qu'une fois de plus vous dites n'importe quoi.

Aurelie Mengin avait publié d'autres affiches en juin 2017 pour cet evenemeent ou il n y avait pas le "blackface". Mais personne ne parlait de son festival. Du coup Aurelie Mengin c est servi du "blackface" pour faire du buzz sur ce festival.
Et cela a marché.

C'est bien triste d'en arrivé la pour promouvoir un événement.

41.Posté par le pcr de ste suzanne ( la section) le 03/01/2018 08:13

(24.Posté par quand le PCR faisait du black face le 02/01/2018 22:04)



c est faux


ils tentent d eviter le noir (les noirs) c est different

40.Posté par le pcr de ste suzanne ( la section) le 03/01/2018 08:12

(PATRICK CEVENNES le 02/01/2018 19:11

fukcd473
L'organisatrice devrait d'ailleurs modifier le titre de l'affiche et du festival puisqu'elle a baissé son froc devant le CRAN. A sa place, il fallait laisser le CRAN ester en justice et attendre la décision.
De mémoire le blackface n'est pas un délit ou un crime en France.)




pourquoi tu est bete ?



pk tu ferme les yeux sur le racisme ?



Le « blackface », une pratique raciste encore présentée comme humoristique en France
Si aux Etats-Unis le fait de se grimer le visage en noir est considéré comme raciste, cela n’est pas le cas en France, où Antoine Griezmann a évoqué « un hommage ».



Pour les uns, il s’agit d’une « simple blague », d’aucuns osent dire « un hommage ». Pour les autres, le blackface, qui consiste à se grimer le visage en noir, n’est autre que la manifestation sans équivoque d’un « racisme ordinaire », qui trouve sa source dans une culture post-coloniale insidieuse. Si aux Etats-Unis, cette dernière idée a fait son chemin, cela ne semble pas être le cas en France, où la liste des personnalités s’étant fait une blackface s’allonge, et avec elle, le malaise que cette pratique suscite.






Un héritage esclavagiste
Pour comprendre le malaise que le blackface suscite, il faut remonter à l’origine de cette coutume, héritée de l’exposition des esclaves noirs, au début du XIXe siècle. Selon John Strausbaugh, auteur d’un ouvrage paru en 2006 sur le sujet (Black Like You, non traduit en français), le blackface s’inscrit dans une tradition qui consistait à exhiber les Noirs pour divertir les blancs lors de ventes d’esclaves africains.

En 2009, le film d’Abdellatif Kechiche Vénus noire racontait l’histoire tragique de l’esclave Saartjie Baartman, exhibée dans des foires aux monstres et des fêtes foraines d’Angleterre et de France dans les années 1810.

Outre-Atlantique, à la même époque, le public blanc anglo-saxon se retrouvait dans les théâtres où l’on mettait en scène, sous la forme de vaudevilles, appelés « minstrel shows », l’existence des Noirs. Pas question, toutefois, de faire monter des Noirs sur scène, ce sont donc des Blancs qui campent leurs rôles, en se grimant le visage.

L’acteur le plus connu est Thomas Rice, qui popularisa le personnage de Jim Crow au travers de la chanson Jump Jim Crow, racontant l’histoire vraie d’un esclave paralysé travaillant dans les plantations du sud des Etats-Unis. Le clown représente « toutes les tares définies par le regard des Blancs sur les esclaves noirs : paresseux, insouciants, stupides et indolents », explique Sylvie Chalaye, anthropologue des représentations coloniales, interrogée par Slate.

Après avoir été chantée dans tous les minstrel shows du pays, la chanson devint si populaire que le terme « Jim Crow » sert à désigner tous les Afro-Américains. Les « lois Jim Crow » désigneront, elles, plus tard, les mesures qui institutionnaliseront la ségrégation raciale dans le sud des Etats-Unis dès 1876, comme le rappelle Rue 89.

Une pratique répandue au cinéma
Au fil des années, cette pratique est sortie des théâtres pour se répandre dans tous les champs de la culture américaine, notamment le cinéma. La Naissance d’une nation (The Birth of a Nation), de D. W. Griffith, l’un des films fondateurs de l’histoire du cinéma, fresque historique de près de trois heures, sorti en 1915, est aussi l’un des plus racistes.

Pour le réaliser, Griffith fit appel à près de dix-huit mille figurants blancs, dont un grand nombre jouait de façon outrageusement caricaturale des Noirs pendant la guerre de Sécession. Au-delà de la mise en scène, le discours raciste suscita des mouvements de protestation des populations noires dans tout le pays. Pourtant, près de quinze ans plus tard, le premier film parlant, Le Chanteur de jazz, d’Alan Crosland, utilisait, lui aussi, le procédé du blackface.



Il faudra attendre 1950, et le début des mouvements pour les droits civiques des Afro-Américains, pour que l’opprobre soit réellement jeté sur le blackface. « Si le blackface est quand même plus américain que français — puisqu’il n’y a pas la même tradition profonde qu’aux Etats-Unis —, les caricatures racistes ont pu prospérer pendant longtemps et de manière absolument évidente dans l’espace public français, au cinéma ou dans le spectacle », rappelle Pap Ndiaye, historien spécialiste de l’Amérique du Nord, interrogé par Slate en 2016.

« Le maquillage s’enlève »
En France, le message ne semble pas évident. En 2007, le film Agathe Cléry, d’Etienne Chatiliez, présentait une Valérie Lemercier le visage maquillé en noir pour raconter l’histoire d’une directrice marketing raciste, qui voit du jour au lendemain sa peau s’assombrir. Le film n’a pas suscité la moindre polémique — hormis une mauvaise critique sur le fond. Six ans plus tard, la journaliste du magazine Elle Jeanne Deroo s’était déguisée en Solange Knowles pour une soirée privée, et avait publié la photographie sur les réseaux sociaux. Cette fois, la photo suscita un tollé, après avoir fait le tour du monde.

Dans des émissions de télévision comme « Touche pas à mon poste », « C’Cauet » ou « On n’est pas couchés », plusieurs animateurs se sont grimés le visage en noir. Avant de présenter des excuses, tous évoquaient un « trait d’humour ». C’est aussi pour s’amuser que des étudiants de l’Edhec, l’Ecole des hautes études commerciales de Lille, se faisaient des blackface à l’occasion de certaines soirées, rapporte le site Buzzfeed. Depuis 2016, l’établissement a interdit cette pratique.

Des policiers du commissariat du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) doivent eux être jugés prochainement pour avoir organisé, en juin 2014, une soirée au cours de laquelle ils s’étaient grimés en Noirs, à la suite de quoi ils avaient publié des photos sur Facebook. En mars, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a recommandé que des sanctions disciplinaires soient prises à l’encontre des cinq policiers. Le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) souligne que « le Défenseur des droits reconnaît de fait que le blackface est une pratique raciste ». « Tous ceux qui se griment de la sorte en se retranchant derrière l’art ou l’humour le sauront désormais », a écrit dans un communiqué Louis-Georges Tin, président du CRAN, qui déplore :

« L’ignorance est bien souvent à l’origine du racisme. »
S’il fallait encore insister sur le caractère raciste du blackface, Eric Fassin, professeur de sociologie, souligne que se grimer en Noir, c’est faire fi de « l’expérience brutale » qui est la leur, car « le maquillage s’enlève » :

« Etre noir, ce n’est pas un travestissement, ce n’est pas pour rire ; c’est une condition, prise dans une histoire raciale. »

j aimerai me deguiser en patrick cevennes juste pour le plaisir d etre un ignorant

39.Posté par le cran et le collectif TIRSA protegent le commerce du ruhm maloya le 03/01/2018 07:52

En mettant l'accent sur les faits divers, en remplissant ce temps rare avec du vide, du rien ou du presque rien, on écarte les informations pertinentes que devrait posséder le citoyen pour exercer ses droits démocratiques.

pierre Bourdieu-


38.Posté par Dignité le 03/01/2018 07:50

Si je comprends bien le fait pour un blanc de se maquiller de noir devient condamnable?
Sincèrement, je ne vois pas de mal dans ce geste, l'inverse étant également possible.
Je pense que l'expression artistique, dès lors qu'elle ne vise pas à jeter l'anathème sur une personne tout
en permettant à l'artiste de livrer son ressenti, doit être saluée.

37.Posté par ah,ah,ah! le 03/01/2018 07:08

Il y a encore peu de temps , le CRAN ( qui représente qui déjà , à part ses dirigeants autoproclamés?) ne savait même pas ce qu'était le Blackface ...
s'il n'y avait eu l'épisode Griezman, qui en France , à part les spécialistes de l'histoire des USA , connaitrait ça!
A mettre le doigt sur ce genre de chose ( navrante ) on ne fait que donner des idées aux bons vieux suprémacistes ( oui, je sais c'est un terme utilisé aux USA mais Blackface aussi c'est tellement chic de truffer son discours de termes anglais !) qui existent aussi chez nous , il suffit de voir certaines faces avinées et rougeaudes se déclarer défenseur de la pureté de la race ( laquelle , celle des pochtrons grassouillets?)

36.Posté par Marie le 03/01/2018 07:03

l'année dernière le CRAN frôlait la connerie, mais là en début d'année à n'en pas douter il l'a atteint....!

35.Posté par a le PCR le 03/01/2018 04:02

Le pcr la Corée du Nord y attend aou

34.Posté par XIIINRV le 03/01/2018 06:37

Et si on faisait un procés à Mickael Jackson ? C'est pas lui qui s'était "déguisé" en blanc ? Et oui, le Whiteface, qu'est-ce ? Mais on va ou là ? Arrétez vos conneries. Le fait de vouloir ressembler à d'autre personnes d'autres couleurs est pour moi le signe d'un intéret, d'un amour pour cette couleur. Je connais des blancs qui veulent être noirs, des japonnais qui veulent avoir les yeux européens, des noirs qui veulent être blancs... Mais laissez-les tranquilles. Il y a des sujets actuellement plus graves sur lesquels on ferme les yeux, alors arretez vos conneries. Aidons ceux qui en ont besoin et rendons-les heureux, rendons-nous heureux.

33.Posté par lila le 03/01/2018 06:26

C'est n'importe quoi! faut pas vous laisser abuser par quelques zozos qui voient le racisme là où il n'y en a pas! Ce sont eux qui font en sorte de propager des idées racistes ici ! Le presse il faut boycotter ces propagateurs de haine !

32.Posté par amazing ! le 03/01/2018 02:57

shame to you !

31.Posté par CITOYEN le 03/01/2018 05:29

QUI FINANCE UNE TELLE ORGANISATION J ESPÈRE QU AUCUNE SUBVENTION PROVENANT DE NOS IMPÔTS LEUR SOIS ACCORDÉE UN BEL EXEMPLE D INTOLÉRANCE QUI NE MANQUE PAS DE CRANC EST LE MOINS QU ON PUISSE LE DIRE .

30.Posté par babi le 03/01/2018 04:35 (depuis mobile)

Tout est sujet à polémique. C’est honteux. Je suis fière d’etre créol, noir, fils d’ancien esclave et cette affiche ne me choque absolument pas !

29.Posté par Phil à Zots le 03/01/2018 02:54 (depuis mobile)

Merci beaucoup à vous qui avez éclaire r ma lanterne en m''expliquant ce qu''''était le blackface !!

28.Posté par totoche le 03/01/2018 00:51 (depuis mobile)

Desproges aurait eu un tas de procès au cul.
Bientôt l'expression "pas très catholique" va être supprimée.
"La France de mon enfance" de E. Macias aussi....
Le Cran ? Les Couilles OUI

27.Posté par Zarin le 03/01/2018 00:50

Hey Hey Hey, monsieur Wilson Picket
Hey Hey Hey, toi Monsieur James Brown
S'il vous plaît dîtes-moi comment vous faites
Monsieur King, Monsieur Charles, Monsieur Brown.
Moi je fais de mon mieux pour chanter comme vous
Mais je ne peux pas grand-chose, je ne peux rien du tout,
Je crois que c'est le couleur, la couleur de ma peau qui n'va pas.

Et c'est pourquoi je voudrais
Je voudrais être noir, je voudrais être noir...

Nino Ferrer

26.Posté par Ald'eau le 02/01/2018 23:50

Ce festival est celui du film fantastique, celui de l'imaginaire. Le critère esthétique de l'affiche est subjectif et il faut se souvenir du thème, qui nous renvoie aux méandres de notre inconscient.

La nouvelle affiche est disponible sur le site: http://www.festivalmemepaspeur.com
On y voit une femme et un fruit. La jeune femme est enfermée dans un emballage qui l'empêche de s'exprimer et qui révèle - malgré tout - son beau métissage. Le fruit, un ananas, est tenu en main, clairement mis en avant.
Une censure a tenté de museler cette femme mais ses cheveux encore libres démontrent que cette manoeuvre n'a pas eu raison de sa sensibilité de femme, de la belle rebelle ! L'ananas (LA NANA) est intact et il brille !

Bonne ou mauvaise, "lé-cran" a échoué, en lui faisant une publicité qui place désormais ce festival sous le signe de la liberté d'expression.

25.Posté par Franchement le 02/01/2018 22:10 (depuis mobile)

Aujourd''hui tt le monde se dit artiste,tt le monde fait de l''art...entre l''art et la connerie la barrière est fine..moi je vois de la connerie!!cette affiche est moche et représente en aucun cas la Réunion...pffff

24.Posté par quand le PCR faisait du black face le 02/01/2018 22:04

ce qui etait choquant avec la poupée du candidat CH, c'est qu'elle etait pendue par le coup, pas qu'elle ai ete peinte en noir pour signifier qu'il s'agissait de la représentation de l'adversaire.

23.Posté par zenbrocal le 02/01/2018 22:02

Marre, marre du CRAN, une association soit disant de défense des noirs, qui était absente au moment de la révélation de l'esclavage en Libye, qui est absente du moment de l'esclavage qui existe en Mauritanie et dans les émirats du Golfe, c'est une association raciste anti-blanc et je ne suis pas blanc mais mulâtre. Comme association elle est tout juste bonne à récupérer les subventions et c'est tout. Et qu'on arrête de me parler d'esclavage qui fait partie de l'histoire et c'est tout, on va pas se flageller à nouveau et parler de repentance, je dis stop, basta.

22.Posté par Paul le 02/01/2018 21:29 (depuis mobile)

Mon père Cafre et néanmoins métisse confectionnait des épouvantails ressemblant drôlement aux personnages de l’affiche à la différence qu’il les peignait en blanc . Aucune remarque stupide de la part de nos voisins, des Créoles Blancs .

21.Posté par kaflasoie le 02/01/2018 21:29

ca rappelle les cries d'orfraie "TIRSA" pour l'unité psychiatrique du CHU baptisée "maloya" et insinuant par là que les gens qui souffrent de maladie mentale ont par leur seule existence une action avilissante sur tous ce qui les entourent.

Ce qui aurait pu être accepté comme une exigence stricte est, de fait, contredit par le silence assourdissant de ces gros gâteurs sur la campagne du Dr Meté qui fait remarquer qu'une entreprise au passé notoirement esclavagiste continue de promouvoir la vente de rhum avec l'image du maloya alors même que l’alcoolisme est un fléau depuis des siècles et qu'il ne se passe pas un seul jour sans que l'actualité 974 en soit imprégnée entre les faits divers tous plus sordides les uns que les autres.

Au lieu de cela ces messieurs s'insurgent sur une affiche artistique de la même façon que les blaireaux qui ne comprennent pas l'art de la caricature, l'art de la satyre etc....

Les gros planteurs sucriers doivent bien rigoler devant ces gesticulations. Il y a un mot en créole pour designer ces gens là.

20.Posté par Ald'eau le 02/01/2018 20:09

@posts 5 et 13 pcr: pensez à citer les sources de vos copié-collé. Sinon c'est du plagiat (fait de reprendre à son compte le travail d'un autre auteur, lequel peut vous poursuivre).

19.Posté par noir le 02/01/2018 19:53

le cran représente qui ? quasiment personne sauf quelques frustrés
j'ai honte d'être noir en voyant ces gens raconter n'importe quoi

ils détruisent la liberté d'expression et contribuent à un politiquement correct de pacotille à l'américaine avec la bénédiction de journalistes rapporteurs

18.Posté par Zarin le 02/01/2018 19:42

Blanche et Noir
......
Ah non ma Fifine arvise ton jugemen
Oui pense toué lé blanc comm' cachet l'aspirine
......
Seulmen toué lé tro vantard
Devant la porte navé le car
De moun St-Paul té y veu voir
Mariage in blanc avec in noir
......
Ah oui ma Fifine mi rappelle bien ton causement
Joseph toué lé gaillard dan ton costume
Fifine toué lé jolie dan ton mousseline
Embrasse a nou nou redevien comm' avan ...

Paroles et musique: Luc Donat

17.Posté par natan le 02/01/2018 19:17

dis le cran alle joue canete don.zot i kone si zot band zancete lé té pas blanc?mon mari lé blanc si na un y fait a lu une remarke sur sa couleur ma la dit a lu porte plinte et si le cran y defende pa lu y faut porte plinte conte zot

16.Posté par PATRICK CEVENNES le 02/01/2018 19:11

fukcd473
L'organisatrice devrait d'ailleurs modifier le titre de l'affiche et du festival puisqu'elle a baissé son froc devant le CRAN. A sa place, il fallait laisser le CRAN ester en justice et attendre la décision.
De mémoire le blackface n'est pas un délit ou un crime en France.

15.Posté par Question con le 02/01/2018 19:03 (depuis mobile)

Et.si.on met des.blancs...ça passe pour le cran?r

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter